Accueil >> Politique >> Election >> Cameroun : Le fichier électoral en péril

Cameroun : Le fichier électoral en péril

Le fruit de 04 ans de refonte du fichier électoral a failli disparaître dans deux incendies maîtrisés par les  agents du Centre National de Biométrie Electorale (CNBE).

© Lucien Embom & Marcien Essimi ʃ La Voix Des Décideurs ʃ Edition n°009 – L’institution chargée du processus électoral au Cameroun est mal en point. Selon nos sources, les nominations du Chef de Sécurité, de la Directrice de la Communication, du Chef de la Cellule des Applications et bien d’autres responsables n’ont pas fait l’unanimité. Le favoritisme, le clanisme et le manichéisme auraient milité en faveur de ces nominations. Le Centre National de Biométrie Electorale de Yaoundé a failli perdre toutes ses données dans deux incendies. Le premier incendie a eu pour origine l’explosion du compteur électrique. Le deuxième a pris corps le décembre 2015 dans l’onduleur principal. C’est la bravoure des employés du CNBE qui a permis d’éviter le pire. La fibre patriotique des agents du Centre National de Biométrie n’a pas été entamée malgré la rudesse de leurs conditions de vie et de travail.

Transfert de compétence bafoué

Si nos compatriotes avaient laissé le feu se propager, on ne parlerait plus de biométrie au Cameroun. La refonte du fichier électoral entamée en 2013 serait enterrée aujourd’hui. Les dégâts s’élèveraient à plus de 15 milliards FCFA. Signalons que la machine biométrique a couté 8 milliards FCFA au contribuable camerounais.

Selon une source policière, « des incohérences sévères apparaissent dans l’acquisition des équipements au CNBE.  Jusqu’à présent, la valise de maintenance du système biométrique n’est pas encore acquise. Il était prévu un transfert de compétence ».  Cette source nuance par la suite : «  jusqu’à présent, les experts allemands et leurs partenaires continuent de tenir les clés de la biométrie entre leurs mains. La hiérarchie d’Election’s Cameroon (ELECAM) exige la production systématique des cartes d’électeurs et des listes électorales ».

Déployés sur le terrain, nos fins limiers ont  tenté de rencontrer en vain des responsables et agents du CNBE pour nous parler de leurs déboires. Ceux-ci ont refusé toute collaboration comme le Président du conseil électoral et le Dg des Elections saisi officiellement par  La Voix Des Décideurs. Pourtant aux dernières nouvelles,  nous avons appris que  les agents du Centre National  de Biométrie passent deux à trois semaines sans intrant. Comment peut-on obtenir un produit fini sans matière première ?

A en croire des indiscrétions d’un proche d’un membre du Conseil Electoral, «  beaucoup d’avantages ne sont pas accordés aux agents du Centre National de Biométrie. Notamment les indemnités de logement et les frais de frais de mission. La direction générale reste insensible aux griefs du personnel. Les chefs sont prompts à châtier et virer tous ceux qui se montrent récalcitrants ».

Camouflage des réalités

ELECAM continue de masquer les réalités au lieu de balayer devant sa cour. La situation ne fait que pourrir à l’intérieur de la structure. Aucune mesure n’est prise pour redresser la barre. Le matériel électoral a été bloqué à la Base Aérienne 101 faute de clés. Celles-ci se sont égarées mystérieusement et le remplacement des serrures nécessitaient la somme de 35.000 FCFA. Par simple négligence, le matériel électoral a moisi dans un coin de l’Aéroport International de Yaoundé Nsimalen.

Guerre des tranchées

D’après des avis concordants, l’indifférence de l’équipe en fonction ne fait que s’amplifier avec les luttes intestines. La chasse aux sorcières ne cesse de faire des victimes. Les affidés de Sani Tanimou sont pourchassés comme de vulgaires rats palmistes. Pendant ce temps, les fidèles de Samuel Fonkam Azu’u et d’Abdoulaye Babalé échangent des tirs nourris. Le budget de 11 milliards FCFA, les nominations, la signature des contrats des personnels rattachés au Conseil Electoral et les actes de défiances alimentent les tensions à Election’s Cameroon.  Les différentes responsabilités ne sont pas assumées dans un esprit d’équipe. Il n’y a pas de synergie entre le Conseil Electoral et la Direction Générale des Elections. L’administration, la justice, les partis politiques, les associations, les organisations et les autorités religieuses subissent les contrecoups de la crise qui prévaut à ELECAM. L’ignorance, l’égoïsme et l’incompétence sont à l’origine des balbutiements au sein de l’organe en charge du processus électoral. Le renforcement des capacités du personnel, le transfert des compétences, l’amélioration des conditions de vie et de travail, la sécurisation des données biométriques, la consolidation du plateau technique et l’esprit d’équipe peuvent aider  Election’s Cameroon à retrouver le nord.

Et La Voix Des Décideurs, journal citoyen soucieux de la bonne marche des institutions républicaines mènera un suivi permanent sur le cas Elecam dont les responsables sont appelés à se prononcer sur le risque de la perte des données électorales au moment où les appels à l’anticipation de l’élection présidentielle montent. Elecam n’est pas la hauteur d’une élection anticipée en 2016. Car les listes définitives ne sont pas disponibles. Pourtant elles devraient être publiées avant le lancement de la nouvelle campagne d’inscriptions sur les listes électorales c’est-à-dire avant 2016.

A Propos De Ismael Tchonang

Notifications

Genève : Le nouveau Représentant permanent du Swaziland présente ses lettres de créance

Avant cette nomination, M. Mnisi était, de 2010 à 2015, Ambassadeur et Représentant permanent du …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »