Des observateurs attentifs de la scène politique camerounaise, les sceptiques et les frustrés déplorent le mutisme de Yaoundé toujours sans voix face à l’expulsion des Camerounais de Guinée Equatoriale et au drame du Stade Ahmadou Ahidjo .

© Lucien Embom I La Voix Des Décideurs « Le gouvernement camerounais ne parvient pas à se défaire de la tunique du silence. L’expulsion des Camerounais de Guinée Equatoriale intervenue le 08 mai 2016 n’a fait ni chaud ni froid aux autorités camerounaises. Bouba Souaré est passé de vie à trépas le 12 mai 2016 dans un éboulement au Stade Omnisports de Yaoundé. Ce drame n’a suscité aucune marque de compassion de la part du gouvernement camerounais. Les deux situations devraient en principe retenir l’attention particulière de l’Etat du Cameroun. »

Ces propos d’un Camerounais bouleversé prouvent que nombre de citoyens souffrent dans l’âme. La plupart des avis recueillis autour du silence gouvernemental sont favorables au changement d’attitude. Une source proche de l’opposition camerounaise déclare : « Sous d’autres cieux, on voit des gouvernements se mobiliser pour apaiser les cœurs des personnes en détresse. Mais ici au Cameroun, les autorités politiques  sont pratiquement insensibles. On se demande à quoi sert un gouvernement dans un pays comme le nôtre. Il faut que les choses changent.  Pour protester contre le régime de Bongo après l’expulsion des Camerounais du Gabon durant les années 80,  le président Ahmadou Ahidjo avait pris des mesures draconiennes. La principale mesure a été la fermeture des frontières entre les deux pays. Cette mesure a conduit à l’asphyxie totale du Gabon. Ce pays dépend toujours du Cameroun en matière de produits vivriers, de main d’œuvre …»

On se souvient que la crise entre le Cameroun et le Gabon a été dénouée lorsque le président Omar Bongo a débarqué toutes affaires cessantes à Yaoundé. Au sortir de l’entretien les deux présidents, les autorités gabonaises se sont excusées. Elles ont préconisé l’indemnisation et le retour des Camerounais en terre gabonaise. Les Gabonais ont promis de développer les liens de fraternité avec leurs frères camerounais. Comme pour dire tout problème a une solution.

 

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here