Le président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara semble clairement avoir été d’un soutien à Jean Ping candidat malheureux aux élections présidentielles gabonaises du 27 août 2016.

©Daniel Ebogo ∫ La Voix Des Décideurs –  Le mobile du premier épouse la forme d’un retour d’ascenseur… Aussitôt que Jean Ping, candidat malheureux à l’élection présidentielle gabonaise du 27 aout dernier, a haussé la voix pour exiger le recomptage des voix bureau par bureau en signe de protestation, un millier de voix s’est levé pour lui rappeler ce qu’il avait dit au sujet du recomptage de voix lors de la crise postélectorale en Côte d’Ivoire en 2011.

« La réouverture des résultats de l`élection serait une grave injustice et un précédent fâcheux. L’Union Africaine (UA) ne reviendra pas en arrière. Il y a des gens qui demandent de recompter les voix. Les opinions sont libres. Les gens sont libres de dire ce qu’ils veulent. Mais, nous, notre position est claire », ces propos sont ceux de Jean Ping lors d’une session ordinaire de l`Union africaine (UA).

Le président de la commission africaine d’alors indiquait clairement que l’UA ne reviendra pas en arrière, « On ne reviendra pas en arrière, pas de recomptage, parce que  Gbagbo a perdu les élections ». Il s’agissait là d’une prise de position en faveur d’Alassane Dramane Ouattara.  Aussi, 5 ans plus tard, l’analyse semble vouloir faire voir que le président ivoirien a voulu rendre la pareille à celui qui la soutenu hier.

Retour d’ascenseur

Depuis lors, plusieurs faits ont tissé la trame d’une intrigue qui a fait du président Ivoirien, un soutien de Jean Ping dans la crise postélectorale gabonaise. Au rang des évènements suspicieux, il y a eu ce présumé hacker ivoirien interpellé à Libreville, du nom de Sihifowa Yéo. Ce dernier a tôt fait de désigner, Jean Marc Zoé, un “chargé de mission” à la présidence de Côte d’Ivoire, comme étant celui qui l’a mandaté au Gabon pour l’élection présidentielle. C’est plutôt, M. Mamadi Diané qui verra ses fonctions de Conseiller Spécial à la Présidence de la République de Côte d’Ivoire être achevées.

« La Présidence de la République [ivoirienne] condamne cet acte d’ingérence et rassure les autorités et le peuple gabonais qu’elle tient au strict respect de la souveraineté de la République Gabonaise. La Présidence de la République de Côte d’Ivoire réaffirme sa ferme volonté de tout mettre en œuvre pour continuer à préserver les liens d’amitié et de fraternité qui ont toujours existé entre les deux pays » disait le communiqué de la présidence ivoirienne.

Malgré tout, il s’en faut pour beaucoup pour que le pouvoir sortant, c’est-à-dire Omar Bongo, cesse de penser que le pouvoir de Ouattara voulait prêté main forte à Jean Ping en fournissant donc des hackers et des conseils à ce dernier quant à la position à adopter suite aux élections.

[ads1]

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here