Accueil >> Dernière Infos >> Cameroun : Condamnation de deux trafiquants fauniques à Abong-Mbang

Cameroun : Condamnation de deux trafiquants fauniques à Abong-Mbang

Après un procès qui a duré deux mois, les deux individus ont été condamnés par le tribunal de première instance de la ville d’ Abong-Mbang pour trafic de crânes de chimpanzés.

 Le 9 août dernier, les prévenus ont été reconnus coupables par la justice. En effet, ils ont été condamnés à quatre mois de prison, au paiement des amendes et des dommages-intérêts d’une somme évaluée à de plus de quatre millions de francs CFA. Les accusations retenues contre ces trafiquants fauniques portent sur l’abattage illégal, la détention et la circulation illégale de chimpanzés, espèces sauvages intégralement protégées.

C’est ainsi que 13 crânes de chimpanzés ont été trouvés en leur possession, au cours d’une opération menée le 8 juin 2016 par des agents de la délégation départementale des Forêts et de la Faune du département du Haut- Nyong, avec l’appui de la gendarmerie nationale. Au terme de la sentence prononcée par le juge, ce dernier a pris la peine d’expliquer aux trafiquants condamnés, le sens de la décision, en termes de peines privatives de liberté et de sanctions pécuniaires.
Espèces protégées

Arrivés au tribunal menottés avec d’autres détenus, Bikom Adjap Bertrand et Medibe Dieudonné Simplice ont été appréhendés à Abong Mbang, à l’issu d’un long voyage effectué sur une distance à partir de Somalomo, une localité située près de la réserve de faune du Dja. De là, ils partaient pour vendre les crânes de chimpanzés qu’ils avaient soigneusement emballés dans l’optique de les dissimuler. Les sources impliquées dans cette enquête et qui ont requis l’anonymat, ont révélé que les trafiquants étaient au nombre de trois au départ, puis l’un d’entre eux n’ayant pas effectué le déplacement d’ Abong Mbang, a ainsi échappé à l’arrestation.

Le chimpanzé est une espèce sauvage intégralement protégée par la loi faunique camerounaise de 1994. Elle dispose que toute personne trouvée en possession d’une partie d’une espèce sauvage protégée, est réputée avoir tué l’animal. L’objectif est de protéger les animaux comme le chimpanzé qui fait face au braconnage. 32 crânes de chimpanzés ont été saisis depuis le début de cette année au cours d’opérations effectuées dans le cadre du programme d’application des lois sur la faune adoptées par le ministère des Forêts et de la Faune. Depuis lors, tous les efforts sont déployés afin que les auteurs d’abattage et de la vente de parties de chimpanzés soient traduits en justice.

 

© L’Eveil  Républicain

Notifications

Cameroun : Des pilotes apprécient la piste d’atterrissage et les aires de trafic rénovées de l’Aéroport International de Douala

L’aéroport International de Douala est désormais doté d’une piste d’ atterrissage et des aires de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »