Les acteurs  et  experts  sont en conclave   à Yaoundé, la capitale politique camerounaise, jusqu’au 20 octobre 2016  pour impulser la feuille de route sur la gestion des minéraux du développement.

 

 © Éric Martial NDJOMO E. I La voix Des Décideurs –  Leur participation au développement et à la gestion de ce secteur, quasi honnis, rentre dans le cadre de l’Atelier de consultation relatif au lancement du Programme ACP-UE en faveur des Minéraux du développement, qui s’est ouvert le mardi 18 octobre 2016 dans la ville de Yaoundé.

Les échanges, entre spécialistes et les acteurs du secteur minier au Cameroun, se tiennent 03 jours durant, du 18 au 20 octobre 2016, dans la capitale politique du Cameroun. Les travaux portent sur la formation, les petites subventions, la production de carte et bases de données ; l’élaboration de règlement sur l’environnement, la santé et la sécurité ; l’organisation des dialogues communautaires, des foires de technologies et des évènements de réseautage, qui sont relatifs aux questions des minéraux et matériaux dits Négligés.

En dépit de leur forte contribution aux économies locales et au développement des communautés, certains minéraux de développement, négligés dans les plans programmes, et autres politiques économiques sont considérés vraisemblablement par défaut comme « Minéraux de Faible Valeur ».

Le constat est d’Ernest Gbwaboubou, le Ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement Technologiques (Minmidt). Et pourtant, malgré leur « faible rapport prix-masse et de leur faible cours sur les marchés des matières premières, les minéraux de développement constituent des intrants uniques pour le développement  économique » pour un pays comme le Cameroun, note Mme Najat Rochdi, Représentant Résident du PNUD et Coordonnateur Résident du Système des Nations-Unis au Cameroun.

Ernest Gbwaboubou, MINMIDT

Le même son de cloche retentit dans le propos de Son Excellence Daniel Evina Abe’e, Ambassadeur du Cameroun à Bruxelles, Représentant le Secrétaire Général du Groupe des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP)-Bruxelles, qui précisent que ces inorganiques « constituent les principaux intrants dans la construction des infrastructures… », dans un pays où le contexte relève à suffisance que « l’emploi des jeunes constitue un défi majeur ».

Du constat établi par le diplomate camerounais, la diplomate onusienne en fine conseillère, préconise aux  différentes parties prenantes « que ce projet est le vôtre, de ce fait, il vous revient de formuler sa feuille de route afin qu’il vous assiste au mieux et qu’il permette d’impulser véritablement le développement local de vos régions respectives pour le bien être de toutes et de tous.» car précise-t-elle, « il ne s’agit pas d’échanges intellectuels ou procéduraux, mais bien d’une construction collective d’un avenir meilleur de milliers de familles, de femmes et de jeunes en leur permettant d’accéder à ces nouvelles opportunités et de contribuer à leur tour à cette construction ».

Ladite construction, passe vraisemblablement par le Programme ACP-UE en faveur des Minéraux du développement. Doté d’un budget de 13,1 millions d’euros, soit  08, 593, 036,700 (huit milliards cinq cent quatre-vingt et treize millions trente et six milles sept cent) F CFA, le programme triennal  vise le renforcement des capacités des acteurs du secteur minier, mais aussi l’amélioration du profil et de la gestion des Minéraux du développement que l’on distingue en 04 groupes : les minéraux industriels (calcaire, argile…), les matériaux construction et substances utiles (gravier, sables, pouzzolane…), les pierres de tailles(marbres, quartzites, granites, porphyroïde, basalte…) et les pierres semi précieuse (tourmaline, grenat et aqua marine…).

Le Cameroun se distingue

Le Cameroun a été retenu en Afrique Centrale comme pays pilote pour bénéficier du Programme ACP-UE. Mais comme le précise le ministre Ernest Gbwaboubou, « le choix du Cameroun, fait suite à un appel à candidature international, qui à mis en compétition 21 pays pour 06 places », dont 04 en Afrique, 01 dans les Caraïbes et 01 pour le Pacifique.

Ce choix vient rebooster le cadre de « Valorisation des ressources minières et géologiques », qui constitue un programme ministériel se proposant d’accroitre la contribution des ressources minières et géologiques hors pétroles… afin de faire aboutir un grand projet minier pouvant cristalliser les aspirations du peuple ».

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here