Accueil >> Tribune Libre >> Denis Émilien Atangana : ” Mebe Ngo’o doit répondre “
cameroun

Denis Émilien Atangana : ” Mebe Ngo’o doit répondre “

Déraillement d’Eséka : Mebe Ngo’o doit répondre

Quatre voitures de train surchargés qui plongent dans un précipice. Une dizaine de wagons couchés sur les rails et sur les côtés de la voie ferrée près de la gare d’Eséka.

Un amas de ferrailles ensanglantées qui piègent encore des cadavres et des rares survivants blessés. Des populations de cette bourgade perdue en pays Bassa, non loin de la sépulture oubliée de Um Nyobe Ruben sont surprises et traumatisées par la plus grande catastrophe ferroviaire jamais enregistrée au pays de Paul Biya.

Une autre catastrophe vient s’amonceler à celles de Nyos, Msam, Mbanga Mpongo, Youpoue, Kousseri, Koumatekel etc. Les Camerounais n’ont pas droit au répit après l’accalmie de Boko Haram et ses affidés et à quelques semaines de cette Fête de la Can Féminine qui allaient les aider à oublier les douleurs quotidiennes infligées par un régime littéralement incapable et irresponsable.

Un autre train de la mort qui charrie toutes les peines d’un peuple meurtri par les folies managériales d’une élite politico-administrative compradore et cyniquement sadique. Le pays est entre urgences, catastrophes et bricolage mode système D.

Tous ces morts parce qu’une route a été coupée entre les deux pôles névralgiques du Cameroun. Les règles élémentaires de gestion d’une crise n’ont pas été respectés. Route effondrée parce qu’elle n’a pas été entretenue par des gens payés pour le faire et qui se pavanent sans honte au son des louanges à un démiurge très souvent absent de son pays et qui nous donne des leçons de patriotisme et de compassion tardive depuis ses interminables vacances helvétiques.

Ces morts juste parce que des mercenaires à col blanc détournent avec une frénésie diabolique les recettes des péages et des pesages que leur versent leurs victimes chaque jour sur nos « axes lourds » du moyen âge.

Ces morts parce qu’un train digne des vieux films western s’est arrimé des wagons de trop et près de deux fois plus de passagers que sa force de traction et de pression ne peut durablement supporter.

Ces morts d’Eséka et d’autres catastrophes qui s’amoncellent parce que des « ministres » attendent les « hautes instructions » d’un président vacancier pour tousser et réfléchir, mais toujours pressé pour persécuter les caisses de l’Etat qui s’appauvrit et se meurt avec ses citoyens laminés par leurs gouvernants.

Grâce aux réseaux sociaux, il n’y a pas eu « zéro mort ». Heureusement qu’il n’y a pas eu « zéro mort » messieurs les ministres ! Que diable ! Hier j’étais Fotokol, aujourd’hui je suis Eséka, demain je serai peut-être Etoudi.

La tragédie camerounaise se noue dans le chaos et le silence de la corruption et de la tyrannie du verbe évidé. Cameroun, ce paradis perdu, avec ses « mensonges d’Etat » et son « désert de République » ! Je suis Eséka. Y a-t-il quelqu’un pour répondre et assumer ? Quelqu’un doit afin répondre. A commencer par le truculent ministre des Transports.

Excellence, vous ne pouvez pas vous défiler comme ça devants ces morts et ces familles meurtries par votre faute. Par omission ou par commission, vous devez répondre au premier chef sans chercher à diluer la responsabilité sur les autres ou sur cette Camrail que votre régime a cédé au franc symbolique à ce négrier des temps modernes.

Quand vous transportez votre irresponsabilité sur les rails, voilà ce que ça produit : sang et larmes. Il parait que c’est ce sang des innocents qui tonifie les tyrans et les vampires, mais de grâce.

Tout le monde sait que vous êtes redouté et redoutable dans ce pays placé en pilotage automatique et extrêmement dangereux par la faute de ces « patriotiques » qui excellent dans la vampirisation de notre patrimoine amaigri.

Mais vous devez enfin répondre devant votre « créateur » et devant la justice camerounaise à défaut de démissionner si vous avez un peu de conscience, de courage et de sens de l’honneur. Il s’agit d’un cas d’homicide volontaire des Camerounais innocents et victimes de vos errements.

Vous pourrez après renaître comme un phénix pour atterrir sur ce trône suprême qui vous semble promis. C’est un autre sujet.

Avec ou sans deuil national que vos compatriotes portent d’ailleurs depuis 34 ans, répondez enfin Excellence!

Yaoundé le 22 octobre 2016

(e) Denis Emilien Atangana

Acteur sociopolitique

 

NB:  Les propos de cette “Tribune Libre” n’engagent pas la responsabilité du journal, ils engagent celle de leur auteur.

A Propos De Admin I La Voix Des Décideurs

La Voix Des Décideurs est magazine Panafricain d'Investigations, d'Analyses et d'Informations en texte et multimédia sur l'actualité africaine et internationale. *CONTACTEZ-NOUS Pour toutes vos préoccupations : Informations, couverture médiatique, publireportage, interview, diffusion, lettre ouverte, droit de réponse, publicité, partenariat, critique, dénonciation ou suggestions contactez-nous aux : +237 242 685 205 / 693 522 550 /676 821 111 E-mail: lavoixdesdecideurs.com ou redaction@lavoixdesdecideurs.biz

Notifications

Asani Akila Malongue, Sciences Juridiques et Politiques

Cameroun : La jeune diplômée au chômage Alice Grace Malongte écrit au Président

Sensible à la mini campagne de sensibilisation des jeunes camerounais à s’inscrire sur les listes …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »