Accueil >> Afrique >> Rwandais : Les trois décisions clefs des ministres africains des Sciences et de l’Éducation

Rwandais : Les trois décisions clefs des ministres africains des Sciences et de l’Éducation

Les ministres africains des Sciences et de l’Éducation se sont réunis à Kigali pour encourager les réseaux de recherche collaborative et les mécanismes de financement.

Le Next Einstein Forum (NEF) ( http://NEF.org ) et le gouvernement du Rwanda a accueilli la deuxième Réunion ministérielle du NEF visant à encourager le développement à long terme de l’Afrique à travers l’exploitation des réseaux de recherche et des mécanismes de financement. La réunion, dont le thème était « Réseaux internationaux de recherche collaborative : pour la mise en œuvre d’actions essentielles », s’est intéressée à trois sujets importants mis en lumière lors de la première réunion ministérielle de Dakar (Sénégal) en mars 2016.

« Après une première réunion couronnée de succès, qui s’est tenue à Dakar plus tôt cette année, cette réunion avait pour objectif de formuler des propositions concrètes autour de trois initiatives : augmenter le nombre de titulaires de Doctorat en Afrique, créer et structurer l’Initiative des Chaires de recherche africaine (ICRA) et développer des mécanismes permettant de tirer parti des avantages de la mobilité des chercheurs en Afrique. Nous souhaitons remercier les délégations du Nigeria, du Sénégal, d’Afrique du Sud, de Tanzanie, d’Ouganda et notre hôte, le Rwanda, pour leur participation à ces débats essentiels. Le NEF étudiera les recommandations issues de cette réunion et proposera une feuille de route concrète. Nous sommes convaincus que les transformations de l’Afrique, rendues possibles par l’innovation, ne pourront être durables si elles sont détachées de la recherche. Nous travaillons donc avec les gouvernements africains, les établissements d’enseignement et le secteur privé afin d’accélérer les collaborations dans le domaine de la recherche et les financements dans les domaines scientifiques et technologiques stratégiques », a affirmé M. Thierry Zomahoun, président du NEF et PDG de l’AIMS.

Le ministre de l’Éducation au Rwanda, le Dr Papias Musafiri, a déclaré : « Le Rwanda est fier d’avoir accueilli cette réunion très importante destinée à concrétiser les ambitions de notre pays et de l’Afrique en faveur de l’amélioration de la vie des populations à travers la recherche et le développement. Certaines des initiatives proposées permettront de favoriser les collaborations dans la recherche et d’améliorer les mécanismes de financement pour augmenter le nombre de chercheurs et les innovations d’envergure internationale issues de l’Afrique. Nous sommes impatients d’assister à la concrétisation de ces discussions. »

Au cours de cette la réunion, trois décisions ont été prises.

  • Concernant l’augmentation du nombre annuel de titulaires de Doctorat : chaque pays d’Afrique est invité à mener une évaluation et une analyse complètes du nombre de titulaires de Doctorat dans chaque domaine afin d’identifier les forces et les faiblesses des systèmes universitaires nationaux, notamment en matière de conception et de mobilité. Les participants ont également demandé la création d’une équipe panafricaine de chercheurs. Enfin, les délégués ont aussi souligné que l’augmentation du nombre de titulaires de Doctorat dans les domaines des STIM, bien qu’essentielle à l’innovation, ne devait pas se faire au détriment des sciences sociales et des lettres.
  • Concernant la création d’une Initiative des Chaires de recherche africaine : le processus de création des initiatives de chaires de recherche doit être géré au niveau national, selon les capacités et les avancées de chaque pays. En outre, elles doivent permettre de constituer un réseau de jeunes chercheurs appelés à bénéficier de ces initiatives. La prochaine réunion devra approfondir ce sujet par l’identification des mécanismes de collaboration utilisés par les initiatives existantes et par la création de liens avec les nouvelles initiatives nationales et régionales.
  • Concernant la promotion de la mobilité des chercheurs sur le continent : il existe un besoin de créer un consortium composé de divers établissements internationaux et africains. Le secteur privé, notamment, pourrait aider à concevoir et financer des mécanismes visant à encourager la mobilité des chercheurs africains vivant en Afrique, mais aussi de la diaspora. Ce consortium permettrait également de mettre en lumière les opportunités offertes par chaque pays et d’encourager les collaborations internationales dans le domaine de la recherche. Les délégués ont également demandé au NEF d’étudier de manière plus approfondie la création d’initiatives de recherche soutenues par le secteur privé en vue de promouvoir la mobilité et les collaborations.

La Réunion ministérielle du NEF a lieu tous les six mois. Elle étudie les avancées réalisées sur la base des recommandations issues de chaque réunion et propose des initiatives concrètes qui reposent sur les bonnes pratiques internationales, ainsi que sur les expériences et difficultés locales

Source : NEF

A Propos De Admin I La Voix Des Décideurs

La Voix Des Décideurs est magazine Panafricain d'Investigations, d'Analyses et d'Informations en texte et multimédia sur l'actualité africaine et internationale. *CONTACTEZ-NOUS Pour toutes vos préoccupations : Informations, couverture médiatique, publireportage, interview, diffusion, lettre ouverte, droit de réponse, publicité, partenariat, critique, dénonciation ou suggestions contactez-nous aux : +237 242 685 205 / 693 522 550 /676 821 111 E-mail: lavoixdesdecideurs.com ou redaction@lavoixdesdecideurs.biz

Notifications

Publication d’une étude sur le commerce transfrontalier informel en Afrique

Une étude de la FAO offre des directives politiques afin d’associer au mieux la moitié …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »