Accueil >> Afrique >> Cameroun : Denis Atangana propose la création d’une «Médiature» pour la gestion des crises sociales

Cameroun : Denis Atangana propose la création d’une «Médiature» pour la gestion des crises sociales

En suggérant que le Cardinal Christian Tumi soit le premier à occuper le poste de Médiateur de la République, le président du Cerad pense dans son plaidoyer arrivé ce matin à notre rédaction, que ce poste « sera donc un recours pour le citoyen et un conseil pour l’administration » pour une meilleure gestion des crises sociales.

Lire en intégralité ce plaidoyer qui jaillit pendant que les crises et les revendications sont actuellement observées dans les villes de Bamenda et de Buea.

 

 

GESTION DES TENSIONS ET CRISES SOCIALES : PLAIDOYER POUR L’INSTITUTION DU POSTE DE MEDIATEUR DE LA REPUBLIQUE DU CAMEROUN

Le Cameroun de nos jours est plus que jamais divisé. Il ne se passe plus une semaine sans que la presse ou les médias sociaux ne nous révèlent une tension ou une crise sociale dans une partie du pays. Nous assistons à des revendications corporatistes qui fragilisent le minimum de notre socle social .Nous venons de vivre des humiliations, les récentes sont celles des avocats, des enseignants et des étudiants anglophones de l’Université de Buea. Une fois de plus les forces de défenses et de sécurités ont été utilisé par le gouvernement comme étant la première force de dialogue et de négociation à Buea et Bamenda pour mater des manifestations pourtant pacifiques et légitimes.

Malgré la sortie du Ministre de la Justice Garde des Sceaux, les avocats anglophones n’ont pas changé leur position, au contraire ils se sont radicalisés. A ce jour dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, l’année scolaire et académique est menacé suite à la grève des enseignants et des étudiants qui ont rejoint le mouvement de protestation. Sur les avocats anglophones, les populations de Bamenda et les étudiants de l’Université de Buea nous avons remarqué des dérives inacceptables et inadmissibles qui ne peuvent pas être tolérées dans une république normale et responsable qui respecte ces citoyens et qui n’est pas au-dessus des lois.

La médiation étant une discipline qui nécessite la participation d’un tiers pour aboutir à un accord entre deux parties, ce poste est confié à une personnalité qui fait consensus sur le plan national et dont le mandat de cinq ans est irrévocable et non renouvelable. Il me semble que dans le Cameroun actuel le Cardinal Christian Tumi est la personnalité morale qui peut mieux jouer le rôle de Médiateur de la République du Cameroun.

La première remarque que nous pouvons faire de cette triste situation qui est à l’origine du comportement barbare et sauvage des forces de l’ordre et de défense sur les compatriotes sans doute sur haute instructions de leur hiérarchie ne serait pas arrivée si et seulement si le gouvernement et notamment le Président de la République avait mis sur pied des cadres formels d’échanges et dialogues constructifs avec les citoyens. La deuxième remarque qu’on peut se permettre de faire en toute humilité est que les camerounais ne font plus confiance au gouvernement en matière de règlement de conflits à cause des promesses non tenues. En d’autres termes au vu des expériences passées, il n’est pas sage de confier la gestion d’une tension ou d’une crise sociale à un membre du gouvernement.

Au vu de ce qui précède et regard des tensions sociales actuelles, je pense qu’il serait sage pour le Président de la République de créer le poste de Médiateur de la République du Cameroun. Une autorité indépendante exerçant une magistrature d’influence. Le Médiateur de la République est une institution de l’Etat de droit. La vision du Médiateur de la République est de contribuer à la promotion des droits humains, de la bonne gouvernance et des règlements pacifiques des conflits, dans le respect des lois de la République. Dans cette perspective il s’emploie à convaincre, par ses actions, les Administrations mises en cause par les usagers, qui demeurent la raison d’être des services publics. La mission du Médiateur de la République est de rapprocher l’Administration des administrés et contribuer à faire de celle-là un outil de développement au service du citoyen. Ainsi créer, le poste de Médiateur de la République sera donc un recours pour le citoyen et un conseil pour l’administration. A mon avis l’institution de ce poste va nous permettre de préserver notre stabilité sociale et de résoudre les problèmes avant que la situation ne dégénère. Le gouvernement doit plus que jamais cesser avec la stratégie du pourrissement et éviter aux Camerounais une situation complexe dans l’avenir.

Des pays africains comme le Mali, le Sénégal ou encore la Cote d’Ivoire ont créé le poste de Médiateur de la République conscient du fait que c’est une autorité indépendante qui reçoit les réclamations concernant le fonctionnement des Administrations de l’Etat, des Collectivités Territoriales, des Etablissements Publics et de tout organisme investi d’une mission de service public dans leurs relations avec les administrés. La médiation étant une discipline qui nécessite la participation d’un tiers pour aboutir à un accord entre deux parties, ce poste est confié à une personnalité qui fait consensus sur le plan national et dont le mandat de cinq ans est irrévocable et non renouvelable. Il me semble que dans le Cameroun actuel le Cardinal Christian Tumi est la personnalité morale qui peut mieux jouer le rôle de Médiateur de la République du Cameroun.

Le Cardinal Christian Tumi en sa qualité de Médiateur de la République du Cameroun pourra régler les différends entre Administrations et administrés afin de parvenir, en équité, à une solution commune entre les parties. Il pourrait aussi en cas de tensions et crises sociales faire des propositions en vue d’améliorer, en tant que de besoin, des dispositions législatives et réglementaires concernées dans les affaires qu’il traite. Une fois cette fonction instituée, le Médiateur de la République peut être chargé par le Président de la République, le Gouvernement ou le Parlement de toutes autres missions particulières dans le cadre de l’amélioration de l’état de droit, de la gouvernance et des droits humains ou en matière de règlement des conflits .

 

Denis Emilien Atangana

Président du CERAD (Cercle de Réflexion et d’Action pour le Développement)

 

 

A Propos De Admin I La Voix Des Décideurs

La Voix Des Décideurs est magazine Panafricain d'Investigations, d'Analyses et d'Informations en texte et multimédia sur l'actualité africaine et internationale. *CONTACTEZ-NOUS Pour toutes vos préoccupations : Informations, couverture médiatique, publireportage, interview, diffusion, lettre ouverte, droit de réponse, publicité, partenariat, critique, dénonciation ou suggestions contactez-nous aux : +237 242 685 205 / 693 522 550 /676 821 111 E-mail: lavoixdesdecideurs.com ou redaction@lavoixdesdecideurs.biz

Notifications

Publication d’une étude sur le commerce transfrontalier informel en Afrique

Une étude de la FAO offre des directives politiques afin d’associer au mieux la moitié …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »