Selon la presse française, malgré ses demandes appuyées, le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed Ben Salman , ministre de la Défense du royaume, n’a pas pu rencontrer, lors de sa visite à Paris, le candidat des Républicains à la présidence française François Fillon.

En visite privée à Paris la semaine dernière, le fils du roi Salman d’Arabie Saoudite, le prince Ben Salman, ministre de la Défense et vice-prince héritier du royaume, a sollicité un entretien avec François Fillon, candidat de la droite et du centre à la présidentielle 2017, qui a décliné.

« Nous avons effectivement reçu plusieurs demandes émanant de plusieurs sources pour que le prince rencontre François Fillon, mais nous n’y avons pas répondu, pour l’instant », a confirmé au Figaro l’entourage du vainqueur de la primaire à droite. Roi Salmane d’Arabie Saoudite
 Ainsi, le fils le plus écouté du roi Salman est resté plusieurs jours à Paris, avant d’en repartir sans avoir pu rencontrer M. Fillon. Les analystes constatent que les autorités saoudiennes, qui avaient plutôt misé sur Alain Juppé, sont embarrassées par la perspective d’une élection de François Fillon à la présidence de la République. Au cours de la campagne de la primaire de la droite et du centre, le camp de François Fillon a multiplié les déclarations à l’encontre de l’Arabie saoudite et surtout de sa politique d’islam radical, prônant un rapprochement avec l’Iran.
À signaler que François Hollande avait promu Riyad au rang de « partenaire stratégique » de Paris dans le Golfe, la France et l’Arabie saoudite convergeant sur de nombreux dossiers diplomatiques, la Syrie en premier lieu, où les deux pays s’activent pour faire chuter le président Bachar el-Assad. Ces derniers temps, l’Elysée est toutefois agacé par le fait que Riyad ne tienne pas ses promesses de contrats.
D’autre part, Riyad semble se désintéresser du président français sortant.
« L’Arabie a tourné la page François Hollande », a estimé dans un entretien au Figaro un homme d’affaires familier du Golfe, rappelant que le prince Mohammed Ben Salman avait boudé un récent rendez-vous pris avec Jean-Marc Ayrault, le chef de la diplomatie française.

 

Un diplomate a perçu une certaine ironie dans le fait que François Fillon ait fait attendre à Paris le prince Mohammed Ben Salman, car d’habitude ce sont les dirigeants saoudiens qui font patienter de très longues heures à Riyad leurs homologues français.

En savoir plus: sputnik

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here