Accueil >> Dernière Infos >> Issa Tchiroma Bakary à propos de la crise « anglophone » : « Pas de fédéralisme, pas de sécession »

Issa Tchiroma Bakary à propos de la crise « anglophone » : « Pas de fédéralisme, pas de sécession »

Issa Tchiroma Bakary, porte-parole du gouvernement camerounais durcit le ton et marque sa fermeté par rapport à ce qui, pour lui, se confirme comme étant la véritable motivation des grèves et remous des ressortissants des régions du Nord-ouest et du Sud-ouest.

© Eric Martial Ndjomo E. l La Voix Des Décideurs – Lorsque le Ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement camerounais, Issa Tchiroma Bakary, effectue sa sortie communicationnelle,  le mardi après-midi du 17 janvier 2017, dans la corporation des journalistes, surtout ce qui ont fait le déplacement du Ministère, l’on appréhende l’objet de l’exercice auquel il va se livrer. Les contours des revendications des populations du Nord-ouest du Sud-ouest, qui ont pour première langue officielle, dans la grande majorité, l’anglais.

Confirmation établie, dans son propos liminaire, le porte parole du gouvernement est tranchant, il n’y aura « pas de fédéralisme, pas de sécession ». Le mot étant lâché, l’on comprend alors, au gré des termes de la communication du Ministre de la Communication, que ce qui se cacherait derrière les manifestations de revendications des enseignants et des avocats camerounais d’obédience linguistique anglophone, ainsi que des mouvements d’humeur et autres échauffourées de Bamenda et Buea, et qui serait finalement clarifié, relèverait d’une scission du Cameroun qui est nourrit par les meneurs de cette impulsion.

Convoquant le Président de la République, Son Excellence Paul Biya, le Ministre Tchiroma renchérit « Le Cameroun reste un et indivisible et le demeurera ». Ce propos du Chef de l’Etat camerounais, dans son discours du 31 décembre 2016, martèle le caractère unitaire qui n’est pas discutable ou négociable. Il s’agit donc d’une intransigeance qui selon le gouvernement camerounais, tient ses fondements de la loi fondamentale en vigueur au Cameroun. Outre la Constitution du Cameroun, Issa Tchiroma Bakary indique que l’Unité du Cameroun est un legs des patriotes et pères fondateurs de la Nation Camerounaise.

Revenant sur l’historique des revendications dites des « anglophones », le Ministre camerounais  de la Communication relève que les enseignants des régions du Nord-ouest et du Sud-ouest avaient posé sur la table, 11 problèmes, préalables aux débats, indiquant que la résolution de l’un de ces préalables motiverait la levée du mot d’ordre de grève lancée dans les régions sus-évoquées.

Selon Issa Tchiroma, non pas 01, mais 02 revendications trouveront solutions, à savoir le recrutement de 1000 enseignants parfaitement bilingue et l’octroi de 02 milliards de francs CFA devant servir de subvention à l’enseignement laïc qui ont été instruit par le Président Biya. Le blocus demeurera pourtant, contre toute attente. Mais en outre, l’on est passé « de 11 à 18, puis 21 revendications », précise le porte-parole du gouvernement. Même la descente du Premier Ministre Philemon Yang à Bamenda, sous instruction du Président de la République n’a pas permis de faire revenir les syndicats et manifestants à la raison tel que voulu par le gouvernement.

Tout au contraire, il sera demandé une augmentation de la taille des ressortissants des régions du Nord-ouest et du Sud-ouest dans le comité ad hoc commis à l’effet de trouver des solutions au problème sur la table, ainsi que la libération des manifestants interpellés lors des échauffourées. Surtout, la fâcheuse question d’une fédération avec deux états fédérés dont les gouvernants en tête duquel le pouvoir de Yaoundé, intransigeant, ne voudrait entendre parler, du fait de l’histoire connue de tous, a été revendiquée.

Il est également à noter, selon Issa Tchiroma Bakary, que le gouvernement qui a également engagé des pourparlers avec les avocats camerounais des régions à problème, depuis l’année dernière décembre 2016 pour la résolution des différents, reste ouvert au dialogue, en dehors d’une quelconque scission.

Notifications

Genève : Le nouveau Représentant permanent du Swaziland présente ses lettres de créance

Avant cette nomination, M. Mnisi était, de 2010 à 2015, Ambassadeur et Représentant permanent du …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »