Accueil >> Economie >> Suisse : Le Nigeria ratifie l’ accord de facilitation des Échanges
okechukwu-enelamah-nigeria

Suisse : Le Nigeria ratifie l’ accord de facilitation des Échanges

L’instrument d’acceptation de l’AFE a été remis ce 20 janvier 2017 par le  Directeur Général  de l’Organisation Mondiale  du Commerce au ministre du Nigeria de l’Industrie, du Commerce et de l’Investissement, Dr. Okechukwu Enelamah  à Davos.

©Patricia Etonde (Stagiaire) ׀La Voix des Décideurs Le ministre nigérian de l’Industrie, du Commerce et de l’Investissement, Dr. Okechukwu Enelamah a reçu l’instrument d’acceptation du TFA par le  Directeur Général  de l’Organisation Mondiale du Commerce Robert Azevêdo. Selon une étude réalisée en 2015 par les économistes de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), la mise en œuvre intégrale de l’AFE réduirait les coûts commerciaux des membres de 14,3 pour cent en moyenne, les pays en développement ayant le plus à gagner.

Le Nigéria a ratifié l’Accord de facilitation du commerce (AFE), ce qui en fait le 107e membre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à le faire, ce 20 janvier 2017.  Seules trois autres ratifications de la part des membres sont nécessaires pour atteindre le seuil des deux tiers qui mettra l’AFE en vigueur. L’instrument d’acceptation du Nigeria a été soumis aujourd’hui à l’OMC par le Ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Investissement, Dr. Okechukwu Enelamah. Ce dernier  a rencontré le Directeur général de l’OMC, Roberto Azevêdo, en marge du Forum économique mondial de Davos, en Suisse, pour marquer le dépôt.

“Le Nigéria aimerait voir un renforcement de l’OMC qui reflète les principes de développement des pays en développement comme le Nigeria et nous félicitons l’efficacité de  Azevêdo à cet égard”, a-t-il ajouté.

“La ratification par le Nigéria de l’Accord sur la facilitation du commerce reflète notre engagement envers l’OMC et une économie fondée sur des règles. C’est l’évidence de l’engagement du Président  de mettre rapidement en œuvre son initiative présidentielle sur la création d’un environnement propice aux affaires », a déclaré Enelamah. “Le Nigéria aimerait voir un renforcement de l’OMC qui reflète les principes de développement des pays en développement comme le Nigeria et nous félicitons l’efficacité de  Azevêdo à cet égard”, a-t-il ajouté.

Le 10 novembre 2014, le Nigéria a soumis sa notification de la catégorie A à l’OMC indiquant quelles dispositions de fond de l’AFE elle entend mettre en œuvre à l’entrée en vigueur de l’Accord. Le TFA entrera en vigueur une fois que les deux tiers des Membres de l’OMC auront officiellement accepté l’Accord et que la ratification est un moyen d’expression pour qu’un pays soit légalement lié par un traité.

Objectifs de l’Accord de Cotonou

Conclu à la Conférence ministérielle de Bali de 2013, l’Accord de Cotonou contient des dispositions visant à accélérer le mouvement, la main levée et l’apurement des marchandises, y compris les marchandises en transit. Il définit également des mesures pour une coopération efficace entre les douanes et d’autres autorités compétentes en matière de facilitation du commerce et de conformité douanière. Il contient en outre des dispositions relatives à l’assistance technique et au renforcement des capacités dans ce domaine.

L’AFE a aussi la capacité de réduire le temps d’importation de marchandises de plus d’un jour et demi tout en réduisant également le temps d’exportation de près de deux jours, soit une réduction de 47 pour cent et 91 pour cent, respectivement, par rapport à la moyenne actuelle. Cet ensemble de mesures aura  le potentiel d’augmenter les exportations mondiales de marchandises d’un montant maximum de 1 milliard  de dollars.

D’autres pays africains s’engagent

Le Botswana, le Niger, le Togo, la Côte d’Ivoire, le Kenya, la Zambie, le Lesotho, le Mali, le Sénégal, le Swaziland, le Gabon, le Ghana et le Mozambique ont également ratifié l’Accord de facilitation du commerce.  Le TFA ouvre la voie à la mise en œuvre des pays en développement et des pays les moins avancés. Pour la première fois dans l’histoire de l’OMC, l’obligation de mettre en œuvre l’Accord était directement liée à la capacité du pays de le faire.

En outre, l’Accord stipule que l’aide et le soutien devraient être fournis pour les aider à atteindre cette capacité. Un mécanisme de facilitation des échanges a également été créé à la demande des pays en développement et des pays les moins avancés membres afin de s’assurer qu’ils reçoivent l’assistance nécessaire pour tirer pleinement parti des avantages de l’AFE et soutenir l’objectif ultime de la mise en œuvre intégrale de la Convention.

Notifications

placement-émission-obligataire

Saint-Gobain lance avec succès une émission obligataire de 750 millions d’euros à 8 ans

La Compagnie de Saint-Gobain a procédé ce 6 mars 2017 au placement d’une émission obligataire …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »