Accueil >> Magazine >> Pillage intellectuel : Ces hommes politiques pris en flagrant délit de plagiat
plagiat-idriss-buhari

Pillage intellectuel : Ces hommes politiques pris en flagrant délit de plagiat

Plusieurs acteurs politiques notamment  des chefs  d’État africains se sont déjà faits prendre  en flagrant délit de plagiat et ont dû s’en excuser. Lire l’enquête de La Voix Des Décideurs.

©Patricia Etonde (Stagiaire) │ La Voix Des Décideurs – Les discours de personnalités politiques font souvent l’objet de reprises d’expressions célèbres, de citations d’auteurs emblématiques ou encore d’homologues qu’elles admirent personnellement. Mais malheureusement, les accusations de plagiat font parfois surface.

Nana Akufo-Addo gâche son premier discours en copiant Bill Clinton et Georges Bush

Le dernier à faire scandale est celui du discours d’investiture du nouveau président ghanéen Nana Akufo-Addo. Prononcé le 08 janvier 2017, ce dernier a repris mot pour mot des phrases entières des allocutions de Bill Clinton et Georges W. Bush.

« Je vous demande d’être des citoyens, des citoyens et non des spectateurs, des citoyens et non des sujets, des citoyens responsables œuvrant à la construction de nos communautés et de notre nation », a-t-il déclaré devant la foule, citant dans le texte le discours d’inauguration de George W. Bush en 2001. Autre emprunt notable, cette phrase prononcée par Bill Clinton en 1993 et dont seul le nom du pays a été modifié : « Même si les défis qui nous attendent s’annoncent monumentaux, nos forces le sont aussi. Les Ghanéens ont toujours été un peuple en mouvement permanent, insatiable, plein d’espérance, et nous devons accomplir le devoir d’aujourd’hui avec la même vision et la même volonté que nos aînés d’hier. »

Eugène Arhin, le directeur de la communication de la présidence a tenu à présenter ses excuses sur Facebook peu de temps après.

Idriss Déby Itno plagie Ali Bongo

Idriss Déby Itno sur sa page officielle Facebook « Vote IDI » a repris à l’identique  les propos du président gabonais Ali Bongo publiés également  sur sa page officielle Facebook.

Plus précisément, le 23 mars 2016, consacrée journée nationale de l’enseignant au Gabon, le chef de l’Etat gabonais s’était exprimé en ces termes via la Toile : « Nous bâtirons cette Ecole républicaine qui offre une véritable égalité des chances de réussite à tous les jeunes gabonais, en fonction de leurs capacités, de leurs efforts et de leur mérite ».

 

Le président tchadien, affectueusement surnommé « IDI » s’est emparé des mêmes termes le 31 mars de la même année, soit exactement une semaine, jour pour jour, après la prise de parole d’Ali Bongo.

« Nous bâtirons cette Ecole républicaine qui offre une véritable égalité des chances de réussite à tous les jeunes Tchadiens, en fonction de leurs capacités, de leurs efforts et de leur mérite », a-t-il repris  en pleine campagne électorale au Tchad.

Ce qui n’est plus ni moins qu’une grossière erreur de plagiat de la part de dirigeants politiques tchadiens qui ne seront ni les premiers ni les derniers à tenter cette expérience. Plusieurs chefs d’Etat africains en sont friands.

Muhammadu Buhari et le plagiat qui tombe mal

Le président nigérian, Muhammadu Buhari a également été accusé de plagiat le 08 septembre 2016 sur un discours  de 2008 du 44eme président des Etats-Unis.

Une situation très gênante pour lui, à une semaine de sa rencontre prévue avec Barack Obama, son « inspiration » en termes de discours.  Ces coïncidences ont d’abord été perçues par le journaliste et compatriote Adeola Akinremi qui l’a dénoncé dans les colonnes du quotidien This Day. Selon lui, cela témoigne d’ « un problème moral de plagiat, le jour même où le président lançait une campagne en faveur du civisme » avant d’ajouter que « la dernière chose à faire quand on lance une campagne comme celle-là est d’être malhonnête avec les gens ».

En 2008, après sa victoire contre le Républicain John McCain, le président américain  Barack Obama avait par exemple déclaré : “Résistons à la tentation de retomber dans le même esprit partisan, les bassesses et l’immaturité qui empoisonnent notre vie politique depuis si longtemps.” Une phrase reprise presque mot pour mot par Muhammadu Buhari : “Nous devons résister à la tentation de retomber dans le même esprit partisan, les bassesses et l’immaturité qui empoisonnent notre pays depuis si longtemps”.

Cette similarité de propos a fait réagir la Toile notamment sur Twitter où le journaliste Lere Olayinka a ironisé sur ces mots : « Un jour, le président Buhari sa lettre de démission sans en avoir lu le contenu ». Pour sa part, le chef de l’Etat nigérian a assuré que les responsables de ce plagiat seraient punis.

Hery Rajaonarimampianina et son copié-collé inconfortable

« Je demande à mes amis qui m’ont accompagné jusqu’ici de me laisser libre, libre d’aller vers les autres, vers celui qui n’a jamais été mon ami, qui n’a jamais appartenu à notre camp, à notre famille politique, qui parfois nous a combattus. Parce que lorsqu’il s’agit de Madagascar, il n’y a plus de camp. »

Cette allocution du président malgache, Hery Rajaonarimampianina,  le samedi 25 janvier 2013 a mis le feu aux poudres du fait de sa ressemblance avec le discours qu’avait donné Nicolas Sarkozy en 2007 lors de sa campagne présidentielle, rapporte Le Parisien« Le Petit Journal » de Canal + a même décelé des extraits piochés dans plusieurs des discours de l’ancien président français. Il voulait mettre en avant la nécessité de réconciliation nationale semble-t-il.

Pour Yamina Benguigui, la ministre de la francophonie française,  avait décrit  « un discours absolument fabuleux, plein d’espoir », toujours selon Le Parisien. « Nous étions tous très très émus », avait-elle ajouté, sans avoir connaissance qu’il s’agissait d’une « reprise ».

A coté des plagiats de ces chefs d’Etat, on voit également des First Ladies entrées dans la danse comme aux Etats-Unis.

Melania Trump imite Michelle Obama

 Le 19 juillet 2016,  c’est Melania Trump, l’épouse de celui qui était alors simple candidat à la Maison blanche, qui s’était vue reprocher de reprendre des extraits d’un discours de Michelle Obama.

Selon Meredith McIver, celle qui a écrit ce discours a admis avoir utilisé certains passages du discours prononcé par Michelle Obama en 2008 tout en s’excusant.  « Au téléphone, elle m’a lu certains extraits de discours de Mme Obama comme exemples. Je les ai écrits et ai ensuite inclus le phrasé dans le brouillon qui est devenu le discours final. Je n’ai pas vérifié les discours de Mme Obama. C’est mon erreur et je suis désolée pour le chaos créé, pour Melania et les Trump, et pour Mme Obama. Je n’avais pas l’intention de nuire »,  a ajouté Meredith McIver.  L’auteur se justifie en insistant sur le fait que :     « En travaillant avec Melania Trump sur son récent discours, nous avons discuté de nombreuses personnes qui l’ont inspirée et des messages qu’elle voulait partager avec le peuple américain et Michelle Obama est une personne qu’elle a toujours aimée. »

Cet emprunt d’abord démenti par le clan Trump a jeté un climat de suspicion sur le premier grand discours de Melania Trump qui avait pour but d’humaniser son mari.

 

 

Notifications

SC Johnson-France-reconnue-palmarès-Best Workplaces 2017

SC Johnson France reconnue au palmarès Best Workplaces 2017

SC Johnson , société est reconnue pour son engagement envers l’excellence sur le lieu de travail. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »