Accueil >> Chronique >> Présidentielle 2017 : On aura tout vu et compris sur le système politique français

Présidentielle 2017 : On aura tout vu et compris sur le système politique français

Le premier tour de l’élection française est prévu pour dimanche 23 avril. Dans cette campagne, on aura tout vu, tout entendu et tout compris sur le système politique français. Outre les thèmes réguliers des campagnes, travail, sécurité, immigration, crise économique, pauvreté, religion, terrorisme, on entendu sans rien entendre, et on est resté sur notre faim. Aucun thème ne s’est vraiment imposé, aucun mot fort, aucune vision idéologique phare, pas de véritables solutions, aux problèmes des concitoyens.

Tous les candidats sont dans l’arène à ferrailler des idées déjà connues. Une période électorale mouvementée, on sent le goût de la politique comme leur goût pour la littérature.

Les Français font la politique au quotidien dans les bars, dans les cafés, dans les transports. Mais quel plaisir de voir la science politique mise au cœur de la vie d’un pays. C’est aussi ça la force d’une institution qui lui donne sa vitalité, son énergie, et sa vocation de lumière du monde.

L’envergure d’une campagne fera aussi un grand président. C’est la campagne la plus médiatisée de tous les temps. Les propos sont d’une virulence incroyable, on sent que les acteurs sont en duels permanents, une vie politique accompagnée de scandales, et de coups-bas les plus morbides, nous constatons aussi que dans la vie politique française, chacun nourrit des ambitions toujours plus solitaires.

Et parmi les candidats, il y a certain dont la présence est un encombrement de la scène politique, des personnalités loufoques, des dindons de la farce sans vision politique d’envergure, comme Philippe Poutou, Jean Lassalle et des hommes politiques qui mélangent allègrement efficacité et scandale comme François Fillon et d’autres présentant un programme politique évasif comme jean Luc Melanchon.

Source photo : closermag.fr
Source photo : closermag.fr

Mais on ne peut pas forcer une bourrique à boire de l’eau… mais on peut la forcer à passer le gué pour se rendre à destination. C’est pourquoi l’éloquence de Jean Luc est très prisée dans l’opinion politique française. La remarque qu’il convient de faire, c’est sur les pays francophones de l’Afrique sub-saharienne. Ils sont tous sortis du ventre bouillant du système français, la copie conforme à tous les niveaux de cette vie politique.

Avec la corruption, les manipulations, les candidats bouffons, et le Cameroun est le représentant à juste titre, à chaque élection, un farceur sort du lot comme nous venons de voir en France. À la seule différence qu’en Afrique le débat démocratique est étouffé. On a bâillonné l’opposition constructive, il n’y a pas d’alternative possible, on est content de voir les mêmes personnes pendant 30 à 40 ans, sous prétexte qu’ils sont apôtres de la paix même dans la souffrance. C’est ça l’Afrique on veut toujours rentrer d’où on est issu, l’âge primitif, tout est pour demain on a tout le temps.

Ce qui est enrichissant c’est la stratégie employée par le président Hollande imitant la politique haïtienne, il a justifié son départ par les mêmes raisons qu’évoquait en son heure le président Michel Martilly. Ce dernier a préparé un successeur qui a été élu. Le président hollande a formé un dauphin dans son cabinet qui sera probablement élu en la personne d’Emmanuel Macron, le véritable modèle de la France nouvelle.

L’autre sujet accrocheur c’est la place des médias dans cette élection. Elle est influente et oriente l’opinion publique, une presse qui fait partie du système, et un véritable contrepoids au pouvoir des politiciens.

Mais on se demandera toujours comme disait Valéry Giscard d’Estaing si Mitterrand n’était pas le dernier président de la 5ème république.

 

Par Calvin Honoré Djouari, Enseignant et Ecrivain camerounais

Notifications

Problème anglophone … le statu quo est impossible

La révolte gronde dans les régions du North West et du South West…Ce qui a …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »