Accueil >> Société >> Humanisme >> Cameroun : Lettre ouverte de Sismondi Barlev Bidjocka à Martin Belinga Eboutou

Cameroun : Lettre ouverte de Sismondi Barlev Bidjocka à Martin Belinga Eboutou

Le président  du Rassemblement de la Jeunesse Camerounaise, Sismondi Barlev Bidjocka, s’est livré  à une envolée épistolaire  pour   manifester sa reconnaissance à Martin Belinga Eboutou, Ministre, Directeur du Cabinet  Civil de la Présidence de la République, un « un homme infesté par le sens de l’humain ».

© La Rédaction Ι La Voix Des Décideurs – Dans cette lettre ouverte parvenue à notre rédaction, le président l’association RJC  fait un vibrant témoignage inédit sur les bienfaits  de ce fidèle collaborateur de Paul Biya qui est toujours  a toujours peint en noir auprès l’opinion.

Mal connu, cet homme aide  et encadre de nombreux jeunes « tous les jours pour qu’ils deviennent demain des hommes pour servir le pays ».

Lire  cette lettre  ouverte.

La Lettre

Le père Martin Belinga Eboutou,  c’est tout une encyclopédie, Toute une ambition,  toute une affirmation sociale, infesté de l’humain et des droits de l’homme.

Le père Martin Belinga Eboutou, je sais ce que vous croyez savoir de lui, je sais aussi  tout ce qui se dit de lui, je vais donc vous dire ce que je sais de lui : C’est un Homme de Dieu, c’est un Homme bien, il est de bonne compagnie, ne fait de mal à personne pour rien, mais sait se défendre.

Cet homme doublement enraciné dans son  Nkilzok  natale, aussi féru de littérature et d’histoire que de politique, sait cultiver le secret, dérouter ses partisans et se montrer un jouteur de première force, combatif mais patient, stratège jamais découragé par l’échec. Chez Martin Belinga, le privé et le public paraissent si intimement noués que l’un n’est intelligible qu’à la lumière de l’autre, parce qu’il met l’essentiel dans le bonheur de l’homme.

Dans la maladie, cet épicurien fait preuve jusqu’à la fin d’un stoïcisme digne d’admiration. Honni ou adulé, il reste au Cameroun un grand homme politique du XXe siècle. Complexe, attachant, aimé, adulé, détesté, il a suscité des fidélités inconditionnelles et des rancunes indélébiles. Plus on le découvre et plus on mesure ce qu’il a d’insaisissable.

« …Je ne le connaissais pas, mais il m’a sauvé la vie, je le voyais comme vous, mais j’ai découvert un homme infesté par le sens de l’humain et des droits de l’homme ; je le redoutais, mais il m’est apparu gentil homme…parce que je suis encore en vie, je dis merci à Martin Belinga Eboutou, je ne dis pas seulement merci pour moi, mais aussi pour ces nombreux jeunes qu’il aide et encadre tous les jours pour qu’ils deviennent demain des hommes pour servir le pays ; merci pour ces nombreux jeunes filles qu’il a sorti de l’enfer esclavagiste Libanais en 2014, merci pour tous ces malades inconnus sur qui il veille, loin des caméras, juste aux yeux de Dieu à qui il rend compte. Merci, Merci Père Martin Belinga Eboutou, tu m’as sauvé la vie, et avec toi j’ai appris la retenue, la tolérance, la générosité et le pardon. Merci… Ceux qui liront cette lettre parleront, mais laissons parler les gens…»

Pensées, polémiques, phrases apaisantes, ton calme, commentaires éclairés sur les autres et sur lui-même, bons mots et conseils, sont autant de clefs pour le comprendre mieux.

Journaliste réputé, toujours à bonne distance de son sujet, SISMONDI  BARLEV BIDJOCKA est un jeune qui ne sait pas se montrer ingrat. Dans cette lettre ouverte, il remercie du fond du cœur celui grâce à qui il est encore en vie.

Sismondi Bidjocka écrit : « …Je ne le connaissais pas, mais il m’a sauvé la vie, je le voyais comme vous, mais j’ai découvert un homme infesté par le sens de l’humain et des droits de l’homme ; je le redoutais, mais il m’est apparu gentil homme…parce que je suis encore en vie, je dis merci à Martin Belinga Eboutou, je ne dis pas seulement merci pour moi, mais aussi pour ces nombreux jeunes qu’il aide et encadre tous les jours pour qu’ils deviennent demain des hommes pour servir le pays ; merci pour ces nombreux jeunes filles qu’il a sorti de l’enfer esclavagiste Libanais en 2014, merci pour tous ces malades inconnus sur qui il veille, loin des caméras, juste aux yeux de Dieu à qui il rend compte. Merci, Merci Père Martin Belinga Eboutou, tu m’as sauvé la vie, et avec toi j’ai appris la retenue, la tolérance, la générosité et le pardon. Merci… Ceux qui liront cette lettre parleront, mais laissons parler les gens…»

« N’attendez pas de moi que je dise un seul mot contre lui un de ces jours, les reproches, c’est à lui que le fais directement, parce qu’il est ouvert et réceptif »

Je ne suis pas fan des hommages posthumes, elles sont très souvent habillés d’hypocrisie, rendons hommage à ceux qui le mérite pendant qu’ils sont en vie.

Merci père Martin Belinga Eboutou, et que Dieu te protège !

(e) Sismondi Barlev BIDJOCKA

 


Père Martin Belinga Eboutou,

Depuis 2004, je n’arrivais plus à plier le genou, je marchais en tirant le tirant la jambe, douloureuse en permanence, attaqué par une ostéite chronique pouvant virer au cancer de l’os.

J’étais en danger sanitaire, cette année 2013, tu es intervenu dans ma vie comme un messie, tu m’as fait soigner, tous les jours tu m’appelais pour savoir comment j’allais, jusqu’à ce que je guérisse. Quand j’allais au bloc opératoire, tu m’a donné une carte à l’effigie du pape Jean Paul II avec une prière au verso, tu m’as recommandé de prier et que tout irai bien, Tout a bien marché.

Je n’oublierai jamais ce que tu as fait pour moi quand j’étais au plus mal, ton soutien a été important pour ma guérison.  Je suis de nouveau parmi vous et en pleine forme.

Ce mois d’octobre 2014, Je viens de faire extraire la dernière prothèse, ma démarche s’est améliorée à 90%, j’arrive à plier le genou, j’ai l’impression que je fais un rêve, et j’ai peur de me réveiller, pourtant tout est réel. Tu l’as fait sans condition, comme ça, comme un père qui s’occupe de son fils.

Je n’oublierai jamais ce que tu as fait pour moi quand j’étais au plus mal, ton soutien a été important pour ma guérison.  Je suis de nouveau parmi vous et en pleine forme.

En attendant, je te demande de bien vouloir accepter encore une fois mes remerciements et te prie de croire, en mon profond respect.

Je te suis profondément reconnaissant pour ce que tu as fait pour moi. Une chose est sûre : je n’oublierais jamais, jamais.

Ton aide à ce moment si particulier de ma vie est un véritable cadeau. Mon cœur t’en est profondément reconnaissant.

Ce fut une période difficile et ton aide fut plus qu’appréciable. C’est si bon de savoir que tu étais présent à mes côtés. Sache que cette main tendue restera à jamais dans mon cœur.

Merci…c’est un mot trop simple. Ce que je souhaiterai exprimer est au dessus de cela. Je suis à la fois touché et reconnaissant je ne pourrai jamais te remercier assez.

Henry Ward Beecher disait « La reconnaissance est la plus belle fleur qui jaillit de l’âme ». C’est de tout mon cœur que je te remercie.

Qu’est ce que j’ai fait pour mériter un père tel que toi ! Tu es incroyable !

 Ceux qui ne te connaissent pas, continueront à parler de toi avec les mots des autres, et je souhaite qu’ils utilisent les miens, parce que c’est la vérité, pour moi tu es l’homme de Dieu.

Tu es humainement remarquable, socialement utile, et devant ces horreurs que certains haineux  déversent sur ton image, je me dis  Mon Dieu, s’ils pouvaient le connaitre vraiment.

 

(e) Sismondi Barlev BIDJOCKA

A Propos De Admin I La Voix Des Décideurs

La Voix Des Décideurs est magazine Panafricain d'Investigations, d'Analyses et d'Informations en texte et multimédia sur l'actualité africaine et internationale. *CONTACTEZ-NOUS Pour toutes vos préoccupations : Informations, couverture médiatique, publireportage, interview, diffusion, lettre ouverte, droit de réponse, publicité, partenariat, critique, dénonciation ou suggestions contactez-nous aux : +237 242 685 205 / 693 522 550 /676 821 111 E-mail: lavoixdesdecideurs.com ou redaction@lavoixdesdecideurs.biz

Notifications

La raison de la visite privée du Prince Albert II de Monaco à Madagascar

Le quatorzième Prince Souverain de la Principauté depuis le 6 avril 2005,  le Prince Albert …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »