Accueil >> Dernière Infos >> Cameroun – Affaire Kousseri FC : Vincent Aboubakar abandonne son club formateur

Cameroun – Affaire Kousseri FC : Vincent Aboubakar abandonne son club formateur

Depuis son départ de Kousseri en 2006, l’attaquant des Lions Indomptables  et du club turc, Besiktas Vincent Aboubakar  n’y est plus revenu.

De l’avis général, Vincent Aboubakar a été formé au Coton Sport de Garoua. Pourtant ce n’est pas vrai. L’attaquant des lions Indomptables a bel et bien évolué saison 2005-2006 au sein de Kousseri FC ,un club de 2e division régionale de l’extrême-nord à l’époque. L’équipe avait pour capitaine un certain Abaka Fabrice et pour gardien de but, Ramadan Kaka alias Djangui.

On notait également la présence des joueurs comme Vachala Thierry, Fangargué alias Gassina , Kaelé Blanchard, Amama alias Romario, Oumarou Wabel ,Mohamadou Yagass et Papa Salle Abamat.

Meilleur buteur du club, Vincent Aboubakar avait participé en 2006 à la finale régionale pour la montée aux inter-poules. Cette finale avait opposé Kousseri FC au Kohi Club de Maroua en présence du gouverneur Ahmadou Tidjani. La victoire de Kohi avait précipité le départ de Vincent Qboubakar déjà courtisé par Coton Sport de Garoua.

Il faut rappeler que Kousseri FC a été créé en 2007 avec comme président Hassana Arouna aujourd’hui décédé et comme secrétaire général Barka Abouya. L’honorable Kamssouloum ABBA Kabir en était le parrain. Créé en 2005, le club a subi  en 2012 une grande mutation pour s’appeler désormais Harmattan FC de Kousseri avec pour président Barka Abouya. Il faut signaler que les dirigeants du club ont longtemps hésité à porter l’affaire devant les instances de la Fécafoot. Considérant Vincent Aboubakar comme leur ami et frère. Selon les textes, le club formateur d’un joueur doit percevoir des commissions sur ses différents contrats en Europe.

Rappelons qu’après le Coton Sport de Garoua (2006-2010), Vincent Aboubakar a signé à Valenciennes (2010-2013), à Lorient (2013-2014), puis à Porto (2014-2016). Il vient de terminer sa première Saison avec Besiktas, un club Turc, comme en témoignent ses 16 buts en 39 matches toutes compétitions confondues.

 

 

Pour la suite de sa carrière, le champion d’Afrique s’est exprimé sur les ondes de RMC : «je ne retournerai pas à porto, peu importe les conditions, je ne retournerai pas à porto. C’est une raison personnelle .Même s’il y a de l’argent, ce qui est important pour moi c’est d’aller là ou on te respecte, où on reconnaît ta valeur .La France ? Je ne sais pas .Je ne vois pas l’avenir. On verra le bon moment pour voir comment les choses vont se dérouler ».

 

Kousseri FC en 2006 avec Vincent Aboubakar à l’extrême gauche

 

Pour revenir à l’affaire Kousseri  fc, chaque fois que Vincent Aboubakar est au Cameroun, il n’a d’yeux que pour Coton Sport de Garoua. C’est ce qui met en colère les dirigeants de Harmatan FC. Car, ils ne comprennent pas pourquoi depuis que le vice–capitaine des lions a quitté Kousseri, il n’y est plus revenu pour remercier son club formateur.

Ils estiment que Vincent Aboubakar devrait contribuer au rayonnement du club qui l’a formé afin qu’il puisse aussi former d’autres joueurs pour le bonheur du football camerounais.

Affaire à Suivre.

Source: Midi Libre

 

 

Notifications

Air Canada établit le service entre Montréal et Marseille

La nouvelle liaison d’ Air Canada Rouge s’ajoute aux vols sur Paris, Lyon et Nice déjà proposés …

2 Commentaires

  1. Bello Mohamadou

    Avoir fait un an dans un club ne signifie pas que ce club l’a formé. Vous faites la bonne mendicité camerounaise. D’ailleurs, ceux qui écrivent et partagent des tels articles, quelles œuvres ont-ils réalisé dans les écoles primaires qu’ils ont fréquenté?

  2. Kouliga Didier

    Grand mensonge. Aboubakar Vincent n’a jamais joué dans un autre club que Coton Sport de Garoua. Je lui ai enseigné le français de 2001 à 2003 au CES de Djamboutou puis au Collège Lamido Ayatou de 2004 à 2006 et il n’avait jamais quitté Garoua en ce moment. Et puis Harmattan de Kousseri est un vieux club créé bien avant les années 90. Tout ce qui est écrit ici est un tissu de mensonges !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »