Paul Biya : Le retour du stratège


Dans son ouvrage publié au premier siècle de notre ère sous le titre De la constance du sage, le philosophe grec Sénèque proclame que « [l]e calme est le bien distinctif du sage. […] Il n’a pas égard au jugement des hommes sur ce qui est honteux ou malheureux ; il ne suit pas le chemin du peuple ; mais, comme les astres qui dirigent leur voie en sens contraire du mouvement du monde, il va à l’inverse de l’opinion générale. » Cette vérité passée à la postérité n’est assurément pas la chose la mieux partagée par la plupart des analystes de la situation qui prévaut au Cameroun, au contraire du président Biya qui en est particulièrement imprégné, au vu de sa manière de gérer la fièvre indépendantiste dans les deux Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest depuis un mois.

Par James Mouangue Kobila* –  Combien de Camerounais ont regretté que le président Biya n’ait pas mentionné la crise dans les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest dans son discours devant l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU) ? Combien ont cru intelligent de lui reprocher de n’avoir pas fait comme les autres chefs d’Etat qui se précipitent souvent sur le théâtre des catastrophes ou des calamités à la moindre alerte, oubliant que cette précipitation, sans le moindre effet sur les événements, est souvent dictée par la démagogie ? Surtout, combien se souviennent de la maxime socratique rapportée par Platon dans Phèdre, suivant laquelle « la sentence des gens habiles, il ne faut pas la rejeter, mais il faut examiner ce qu’elle veut dire » ? Sans doute très peu de Camerounais et d’observateurs de la scène politique camerounaise.

Il s’agit sans nul doute de ceux qui lisent les actes du chef de l’Etat au premier degré, ignorant ou oubliant qu’à ce niveau de responsabilité, les faits et gestes – autant que les silences et omissions – s’inscrivent toujours dans une stratégie mûrement réfléchie. Davantage encore lorsque les enjeux sont importants. Et c’est seulement avec le recul que la stratégie à l’œuvre dans les actes présidentiels apparaît souvent en pleine lumière.

Ainsi, à contre-courant de l’apaisement provoqué par l’arrêt des poursuites engagées par l’Etat contre certains leaders et activistes, les donneurs de mots d’ordre au Nord-Ouest et au Sud-Ouest qui avaient eu vent de la date de l’intervention du chef de l’Etat à la tribune des Nations Unies ont soigneusement et secrètement planifié des manifestations massives ce même jour dans diverses localités des deux Régions, dans le but d’obliger Paul Biya à évoquer ce problème dans son discours urbi et orbi. Ce qui aurait automatiquement internationalisé ce problème en le mettant entre les mains de l’ONU. Mais déjouant ce piège grotesque, le président Biya n’en a dit mot, permettant ainsi au Cameroun de conserver la gestion souveraine de ce problème interne. L’on se souvient que le gouvernement central espagnol, confronté aux sécessionnistes catalans dans la même période, a eu exactement la même réaction en répétant qu’il s’agit d’un problème interne et que l’Espagne n’accepte aucune médiation dans cette affaire.

Les desseins des donneurs de mots d’ordre dans les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest d’internationaliser ce problème étaient du reste déjà perceptibles dans leur tentative infructueuse de rencontrer la Reine d’Angleterre sanctionnée par un rejet sec le 8 septembre 2017. Ces desseins sont devenus plus explicites voici quelques jours, lorsque l’un des leaders des contestataires, Felix Agbor Nkongho, récusant le Premier Ministre Philémon Yang en tournée de consultations au Nord-Ouest, a explicitement déclaré, faisant fi de la souveraineté du pays, que « [p]our apaiser le cœur meurtri de la population le gouvernement est appelé à […] convoquer une table ronde en présence des Nations Unies » (Cf. InfoMatin, n° 157 du 16 octobre 2017, p. 4 ; Le Jour, n° 2541 du 16 octobre 2017, p. 2).

C’est une implacable évidence que le silence stratégique de Paul Biya lui a permis de déjouer le piège de l’internationalisation du problème dit Anglophone, astucieusement tendu par les lanceurs de mots d’ordre dans les deux Régions.

Paul Biya a de nouveau eu recours aux ressources de la stratégie pour esquiver un second piège tendu par les mêmes « apôtres des villes mortes et des manifestations sécessionnistes » dans les Régions du Nord-Ouest et au Sud-Ouest. A la suite de l’échec de leur stratégie d’internationalisation du problème dit Anglophone, et tirant avantage de l’effet de surprise provoqué par les manifestations massives et coordonnées du 22 septembre 2017, ils se sont lancés dans la surenchère, en annonçant pompeusement que l’indépendance des deux Régions serait proclamée et effective dès le 1er octobre 2017. Ces annonces, abondamment relayées dans les médias et dans les réseaux sociaux au lendemain des manifestations du 22 septembre 2017, avaient semé un vent de panique dans l’opinion, dans toutes les Régions du Cameroun. Dans ce contexte, tout retour précipité du Président aurait officialisé la panique du régime et provoqué la débandade. L’on se souvient en effet de l’observation de Philippe Delorme suivant laquelle « selon la pente ordinaire des révolutions, ce signe de la faiblesse royale entraîne une surenchère dans le tumulte et l’insubordination » (Les rois assassinés, éd. Bartillat, 2002, p. 73).

Mais là encore, comme au début des années 1990, Paul Biya a su demeurer impassible face au rut guerrier des sécessionnistes, en poursuivant son séjour à l’étranger comme si de rien n’était, tout en pilotant avec pertinence efficacité le navire Cameroun à distance, en dépit des cris d’orfraie poussés par des jeunes et moins jeunes amateurs en politique et autres commentateurs du dimanche, ceux-là mêmes qui insistaient pour qu’il regagne le pays toutes affaires cessantes, car il y aurait péril en la demeure.

Du même coup, les sécessionnistes ont montré toutes leurs armes, permettant à Paul Biya d’identifier leurs points forts et leurs points faibles. Parallèlement, ceux qui qualifient son pouvoir de personnel ont été confus de voir les institutions nationales civiles, policières et militaires se déployer efficacement en temps de crise, malgré l’éloignement physique du chef.

Dans la même veine, celui qui est très écouté par Paul Kagame n’a pas répondu aux provocations des insensés qui jouent les singes savants en accusant son régime de « génocide », un terme dont ils ignorent manifestement la définition, malgré leurs titres et fonctions nationaux et internationaux, passés et présents. Il est surtout resté indifférent aux gesticulations des plaintes sans lendemain déposées le 12 octobre 2017 à la Cour pénale internationale sur la base de concepts de droit international pénal mal maîtrisés.

Paul Biya ne s’est pas laissé perturber par les condamnations sélectives des violations des droits de droits de l’homme qui se sont produites dans les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ni par les bilans plus ou moins malveillants des « défenseurs des droits de l’homme » auto-proclamés, nationaux ou étrangers. Il a écouté en silence les mensonges répétés de ceux qui prétendent que les manifestants de ces deux Régions étaient pacifiques, alors même que, pour la seule journée du 1er octobre 2017, la presse d’opposition, nullement suspecte de sympathie excessive pour le régime de Paul Biya, a observé qu’ici et là, « les manifestants ont défié la police », « les manifestants [étaient] munis de gourdins, machettes et des armes de fabrication artisanale », que « des jeunes gens, filles et garçons armés de gourdins et de divers projectiles ont attaqué les positions des éléments des forces de sécurité », qu’ils ont barré des routes, assiégé « le commissariat du 2e arrondissement de Kumba », « encerclé des militaires », parfois « ouvert le feu en premier avec des armes de fabrication artisanale », qu’« un militaire a reçu une balle tirée par des manifestants » ; qu’ailleurs, « des centaines de personnes ont attaqué le commissariat local de la police ainsi que la brigade de gendarmerie », que « les manifestants […] se sont attaqués aux édifices publics », qu’un « parquet a été incendié tandis que le feu mis à la sous-préfecture n’a pas produit de flammes » et que, dans un village au moins, après avoir bloqué toutes les entrées, les habitants ont été « battus, pillés et menacés de mort s’ils ne se rallient pas aux ‘ambazoniens’ » (cf. Le Jour du 2 octobre 2017).

Ce faisant, le président Biya a parfaitement illustré la pensée de Sénèque suivant laquelle « [l]e calme est le bien distinctif du sage. […] comme les astres qui dirigent leur voie en sens contraire du mouvement du monde, il va à l’inverse de l’opinion générale. » Il a surtout confirmé sa haute stature de grand leader qui « n’a pas égard au jugement des hommes sur ce qui est honteux ou malheureux ; [et qui] ne suit pas le chemin du peuple » lorsque ce chemin peut faire périr la nation.

Cette stratégie de stabilisation par le silence et l’absence, complétée par un simple rappel, par Twitter, de sa condamnation de la violence et de sa foi perpétuelle aux vertus de l’effort soutenu de dialogue, a non seulement désarçonné ses adversaires, mais a permis de dire à tous, par les actes, que « la situation est sous contrôle, pas de panique à bord ».

C’est sans nul doute à cette maîtrise stratégique que l’on doit la baisse de température observable dans les deux Régions depuis quelques jours, attestée par l’envoi, pour la troisième fois, d’émissaires ayant rang de premier ministre en consultation dans les deux Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (le premier ministre – chef du gouvernement en poste et un ancien premier ministre qui a rang de premier ministre, en sa qualité de président de la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme). On se plaît à imaginer que les deux chefs de délégation ont eu avec Paul Biya un Dialogue semblable à celui entre Jésus-Christ et Simon « Jésus dit à Simon : Avancez en eau profonde et jetez vos filets pour attraper du poisson. Simon répond : Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre, mais, puisque tu le demandes, je jetterai à nouveau les filets » (Luc 5,4). Mais contrairement à l’opinion générale, leur mission n’était de « réussir » à résoudre le « problème anglophone », mais de remonter les filets « avec une grande quantité de poissons », en l’occurrence, de ramener une foule de données de terrain, recueillies de première main, pour permettre à qui de droit – et à lui seul – de résoudre cette équation difficile.

On fait l’hypothèse que la réussite de cette énième phase, particulièrement approfondie, du dialogue-négociation avec les forces vives des deux Régions qui dure depuis le début de la révolte, démontre en premier lieu l’échec de l’appel des sécessionnistes au boycott des autorités nationales.

En outre, ces échanges intenses se substituent à la confrontation. Ils pacifient le paysage par le dialogue intime – à huis clos – qui permet au pouvoir de communier et de multiplier les points de fusion avec les forces vives des deux Régions. Certains regrettent l’absence des représentants des donneurs de mots d’ordre à la table des discussions, oubliant la maxime lapidaire d’Albert Einstein : «  On ne peut résoudre les problèmes avec ceux qui les ont créés ».

 

 

Ces échanges permettront sans doute surtout à Paul Biya d’arrêter définitivement les nouvelles mesures à prendre en ultima ratio pour régler ce problème une fois pour toutes (des mesures qui viendront s’ajouter à la vingtaine déjà prises), tout en légitimant lesdites mesures, comme fruit de larges et profondes consultations patiemment menées sur le terrain.

Sans être dans le secret des dieux, il y a fort à parier que celui que les Camerounais aiment bien qualifier de Maître du temps glorifie pieusement Celui qui fait, ordonne et dispose. Car la révolte dans les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest lui permet de résoudre un problème national qui sera… une tâche de moins dans son bilan devant l’Histoire. Le Destin continue décidément de traiter Paul Biya avec des égards.

Ceux qui croient au hasard considèrent à coup sûr la simultanéité quasi parfaite du projet sécessionniste Catalan et celui des extrémistes du Nord-Ouest et du Sud-Ouest à l’échéance du 1er octobre 2017 comme une simple coïncidence. Ils n’en sont pas moins interpellés par les réponses symétriques de Yaoundé et de Madrid aux sécessionnistes : rejet des projets sécessionnistes ; refus de toute médiation régionale et internationale pour ce problème interne, en consonance avec l’Union européenne dont le président du Parlement a du reste fustigé « ceux qui sèment la discorde » (le 20/10/2017) ; rejet des commissions d’enquêtes internationales sur les allégations de violation des droits de l’homme ; maintien de l’ordre renforcé, etc.

L’on s’étonne simplement que l’impact négatif du projet sécessionniste Catalan sur l’économie de cette Région espagnole, qui a conduit les indépendantistes catalans à baisser progressivement le fanion, tarde à inspirer les donneurs de mots d’ordre démobilisateurs au Nord-Ouest et au Sud-Ouest, en dépit des ravages de leur discours et de leurs actions sur l’économie de ces deux Régions du Cameroun.

Les mêmes circonstances conduisent cependant d’autres, sans doute plus nombreux, à la conviction absolue que « la main de Dieu » a encore agi en faveur du Cameroun et de Paul Biya. Ce même Dieu dans le Livre Saint duquel on peut lire « Eternel ! Le roi se réjouira en ta force et combien s’égayera-t-il en ton salut ! […] car tu l’as prévenu par des bénédictions excellentes ; tu as mis sur sa tête une couronne d’or fin. […] Sa gloire est grande dans ta délivrance ; tu l’as revêtu de majesté et de magnificence. […] Car le roi se confie en l’Eternel, et, par la bonté du Très-haut, il ne sera pas ébranlé. […] Sois exalté, ô Eternel, dans ta force ! Nous chanterons, et nous célébrerons ta puissance » (Psaume 21).

 

* Agrégé de droit public, Vice-recteur chargé de la recherche, de la Coopération et des Relations avec le monde des entreprises à l’Université de Douala

 

 

 

Commentaires Facebook
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here