La Dynamique Mondiale des Jeunes (DMJ) en partenariat avec le FES  a organisé le 26 octobre 2017  à Yaoundé le forum régional  pour le centre  avec pour thème « prévenir les jeunes contre les violences et risques d’instrumentalisation politiques ». Objectif : préparer la jeunesse pour les consultations électorales prévues en 2018 au Cameroun.

 

 

© Eric Ngono ǀ La Voix Des Décideurs Dans le cadre de la campagne pour la sécurité humaine en politique au Cameroun initiée pour promouvoir la sécurité humaine au Cameroun, sont prévus des forums régionaux d’identification et d’analyse des risques et menaces de violences politiques en période électorales et la détermination des mesures appropriées pour les prévenir.

 

Dans un contexte sociale dominé par de actes violence  tous azimuts, lesdits forums visent à élaborer des stratégies et plans d’action régionaux afin de prévenir les violences politiques en période électorale. Le souci de la Dynamique Mondiale des jeunes est  de préparer la jeunesse pour les consultations électorales qui se tiendront en 2018 au Cameroun (au moins quatre élections), renforcer l’aptitude des jeunes à agir avec tact face aux vulnérabilités politiques et à développer un engagement participatif de consolidation de la paix et la cohésion sociale avant, pendant et après les échéances électorales de 2018.

Après Douala le 06 septembre 2017, la DMJ a mis le cap sur Yaoundé avec l’organisation du deuxième forum régional des jeunes sur la sécurité humaine en période électorale initialement prévu à Buea mais reporté à Yaoundé à cause de la situation sociale minée par la crise dite anglophone.

Hier, 26 octobre 2017 à la capitale politique du Cameroun et précisément  au siège  du Service Œcuménique pour la Paix à Nsiméyon s’est tenu le forum régional  pour le centre  avec pour thème « prévenir les jeunes contre les violences et risques d’instrumentalisation politiques ». La rencontre regroupait des jeunes âgés de 20 à 35 ans délégués par les associations et mouvement des jeunes laïques et confessionnelles, des partis politiques, représentant du Ministère de Jeunesse et de l’Education Civique, le partenaire et les hommes de media.  Le programme des activités s’étendait de 08h à 16h subdivisé en 05 séquences. La première articulation axée sur les modalités protocolaires et l’ouverture des travaux.

 

D’emblée, les représentants des partis politiques dont ceux du parti au pouvoir et de l’opposition, ont tour à tour partagé avec les participants leur expérience en violence électorale. Ce premier  panel   avait pour thématique : «  les expériences pratiques des partis politiques en matière de prévention des violences politiques en périodes électorales et préservation de la sécurité humaine ». Le panel constitué de M. Saint Eluard BIDOUNG du RDPC 1er adjoint au maire de Yaoundé 6, M. Jean TAKOUGAN du SDF et Joseph Thierry OKALA EBODE du MRC. Durant une soixantaine de minutes, ils ont analysé les origines, les manifestations, les conséquences et les dispositions pratiques d’évitement des escalades électorales.

Du piédestal de leur expérience politique, les panelistes de manière consensuelle pensent que pour éradiquer les violences connues par le passé et leurs conséquences depuis les années 1990, il faut  : « l’éducation des masses sur les enjeux et impacts  politiques d’une élection  (électeurs, militants…) sur ce qui est acceptable ou non en période électorale, le refus des jeunes à l’instrumentalisation politique, la participation effective et partisane des jeunes dans le processus électoral et leur implication à la vie politique ».

Le second panel s’attarde sur un champ spécifique et technique aux questions  électorales. Le thème principal traitait du : «cycle électoral, l’analyse des facteurs et acteurs favorables aux violences politiques liées aux élections ». Et a connu un intérêt sans précédent traduit par la pertinence à la fois des sous-thématiques et des exposants. Le Dr Grâce MANGA de l’Université de II politologue déroule sa sagacité sur l’incidence des discours politiques sur la vie en société et la sécurité humaine. Pour l’universitaire, le discours politique est «un discours public sur la chose publique, la gestion de l’Etat et le lien de médiation entre les membres d’une société civilisée » ; et la sécurité humaine est celle qui met l’homme au centre de toutes les politiques sécuritaires. Elle  analyse les déterminants et les effets du discours politique. Elle rejoint ses prédécesseurs en proposant des solutions de l’appropriation du discours politique par les jeunes, elle promeut « l’entreprenariat politique jeune, le militantisme, la scolarisation, le respect des valeurs patriotiques et l’auto emploi ».

De même, Michel MANFOUO expert en sécurité humaine présente avec brillance les menaces à la sécurité humaine en période électorale : Acteurs et facteurs. Comme acteurs au Cameroun, nous avons depuis 1991 le ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation (MINATD) qui en était le principal acteur. De nos jours, la chose électorale dans notre pays présente un effectif varié d’acteurs qui sont ELECAM, le Ministère de la Communication, la Cour Suprême la société civile, les Organisations internationales … Les menaces susceptibles sont à la fois internes et externes telles que la crise économique et financière, les revendications sur la modification de la forme de l’Etat, la crise sécuritaire (Nord et Est), la répression systématique des manifestations et les réunions publiques tenant un discours contraire au système.

L’expert propose des solutions à la jeunesse au rang desquelles, s’inscrire massivement sur les listes électorales, s’investir en véritables acteurs politiques et voire candidats (présidence, députation, sénat, mairie…) ; être membres des commissions électorales et sensibiliser sur la promotion de la paix, du vivre ensemble et sur la non-violence.

Enfin  à 13h30, le  forum prend sa dernière ligne droite avec les travaux en atelier des participants repartis en sous-groupes qui avaient pour  objectif la restitution des connaissances et enseignements  reçus par les participants lors des différents panels. Le forum régional d’identification et d’analyse des risques et menaces de violences politiques en phases électorales pour le Centre s’achève à  16h par un point de presse accordé aux médias.

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here