La France soutient-elle le terrorisme au Cameroun ?

0
965

Cannibalisme par voie médiatique: La France soutient-elle le terrorisme au Cameroun ?

C’est à travers ses médias que sont : l’Agence France Presse (Afp), Radio France Internationale (Rfi), puis les chaînes de télévision Tv5 et France 24 que l’Etat français exprime son hostilité envers l’Etat du Cameroun et apporte son soutien inconditionnel aux “Ambazonniens”.

 Il ne fait donc plus l’ombre d’aucun doute, qu’après son succès mitigé aux côtés de la secte Boko-Haram dans le septentrion, front dans lequel ses officiers étaient régulièrement capturés à bord des chars de guerre où ils se battaient contre l’Etat du Cameroun, l’Etat français apporte son soutien aux fauteurs de trouble dans les deux régions dites anglophones de notre pays.

Par désinformation et manipulation, la diabolisation des dirigeants Africains placés sur la ligne de mire des trois puissances occidentales du mal : (Grande Bretagne, France USA), achève souvent de donner de ses cibles  le sombre cliché des Etats insusceptibles de stabilité sociale. Les puissants médias dont disposent ces États impérialistes jouent sur cet échiquier d’obscurs rôles déterminants dans la mise en application des funestes programmes conçus dans leurs laboratoires de la déstabilisation, en ceci qu’ils s’emploient à  la diffusion aveugle en tant que sentinelles, les malveillances dictées par leurs employeurs.

De cette façon, autant CNN ne peut diffuser une information sans l’onction des laboratoires de la CIA et du Pentagone, de même aucun des quatre médias français sus énoncés ne sauraient diffuser une information autre que celles sélectionnées par le Ministère français des affaires étrangères, (Quais d’Orsay).       

La vraie couleur de l’ « amitié » franco-camerounaise

C’est donc sur ordre de son employeur que Rfi répand continuellement des aberrations sur les chefs des Etats Africains et se définit comme détenteur du pouvoir de les faire et défaire. En cas d’échec de ce procédé, il reste toujours d’autres possibilités parmi lesquelles la programmation des foyers de tension à travers le monde, par la création des insurrections armées contre les faibles Etats du tiers monde, puis les attaques directes sous le prétexte de voler à la rescousse des peuples massacrés par leurs dirigeants. Et la messe est dite. C’est pourquoi l’Ong britannique Amnesty Internationale ne tari guère d’accusations contre le Cameroun, s’agissant de la protection par son armée, des civils en dangers permanents dans la région de l’extrême nord. Cette tragédie créée et entretenue par la France a permis dans un premier temps, de lire la vraie couleur de l’ « amitié » franco-camerounaise. Elle aura été identique à l’acharnement américain contre le Venezuela et la Syrie après son succès en Irak, en Libye, au Mali, en Côte d’Ivoire, en République centrafricaine et dans ce septentrion camerounais.

Barrack Obama dénichait des cadavres dans toutes les rues de Yaoundé

Suivant les informations diffamatoires propagées par les agences de presse sus indiquées, Barrack Obama déclarait flegmatiquement le Cameroun extrêmement dangereux du point de vue sécuritaire en 2015, les cadavres jonchant les rues de la capitale Yaoundé selon lui. Et comment un Américain qui n’est jamais sorti de son pays et n’a jamais écouté que les informations mâtinées de subterfuges par le Pentagone, va-t-il donc s’imaginer victime de la désinformation et de la manipulation ? Le pire est que de nombreux Africains victimes de ces basses manœuvres s’en approprient et fustigent leurs dirigeants dans des contextes diffus dont ils ignorent tout. Dès lors, manipulation et déstabilisation adossées sur le cannibalisme médiatique atteignent toujours des succès insoupçonnables.

Combattre la Chine et contrôler le processus d’alternance au Cameroun

Pour l’heure, l’Afp qui tiendrait l’exclusivité de l’information de ses complices « Ambazozouaves », cette poignées de manipulés surexcités des deux régions, ne se heurte à aucune embuche pour interviewer les terroristes et faire leur apologie. Les portes lui sont béantes et elle y navigue comme en territoire conquis. C’est également une action programmée pour y inspirer une insurrection armée et donner éventuellement la chance à son pays la France, de sous-traiter une intervention militaire au Cameroun auprès de ses complices du Conseil de sécurité des Nation-Unies. Elle ferait ainsi d’une pierre deux coups ; se positionner armes aux poings dans ce pays de sa galaxie au refus obstiné d’héberger la moindre base militaire d’un pays étranger, et en profiter pour mieux combattre la Chine en contrôlant en même temps le processus d’alternance au sommet de l’État. Un programme mirifique pour lequel ses guignols des médias se battent becs et ongles, prêt à faire sacrifier des millions de Camerounais.

Faire l’apologie du terrorisme loin de chez soi

L’Afp prétend ainsi que les troubles au nord-ouest et au sud-ouest seraient consécutifs à un sentiment d’une marginalisation infligée aux camerounais anglophones par les francophones. Mais elle n’a pas eu la même lucidité pour s’interroger au sujet de l’acharnement de son pays sur les étrangers, notamment les arabes musulmans. Obnubilés par des egos hypertrophiés, les Français ne s’interrogent guère sur les frustrations que peut provoquer la stigmatisation qu’ils infligent à leurs concitoyens qui pensent différemment.

Service commercial et marketing : lavoixdesdecideurs@gmail.comTel : 00 237 676821111

Toutefois, ce n’est qu’à la lisière de leur arnaque sur le sol Africain qu’ils retrouvent l’équité qui leur échappe dans leur propre pays. Il faudra expliquer autrement, le cas contraire, leur ridicule propension à ne voir le mal qu’en Afrique et précisément là où leurs inconduites sont dictées par des intérêts matériels d’une incontestable épaisseur.

Ne touche pas aux médias français

Le fait le plus regrettable dans cette spirale d’un mélange de terrorisme et d’un violent cannibalisme médiatique est l’indifférence des dirigeants camerounais, lesquels laissent insidieusement filtrer le sentiment de s’aplatir devant les attaques grotesques de ces médias. Dans un Etat jaloux de sa dignité, ces quatre organes se verraient traduits devant le fumeux Conseil National de la Communication dont le loquace président et les talentueux membres aux allures de bouledogues contre les journaux locaux, ont perdu leur acuité autant  auditive que visuelle.

On ne touche pas aux médias français dont les employeurs permettent à un certain type de Camerounais d’arrondir les fins de mois moins opulentes que leurs immenses désirs. Pourquoi Rfi ne ferait-elle donc et ne déferait-elle pas les régimes Africains en humiliant sauvagement ces peuples ?

Par Gabriel NOAH, Journaliste et Ecrivain  Camerounais  

[themoneytizer id=”9383-16″]

 

 

Commentaires Facebook
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici