Campagne présidentielle 2018 : Les sept prétendantes « premières dames » fuient Chantal Biya

Sous d’autres cieux, les périodes de campagnes électorales lors des présidentielles ont toujours été les moments cruciaux où les épouses des candidats ont fait des sorties majestueuses, question de vendre leur carrure à différents niveaux. Au Cameroun, jamais on en a vu autant ; est-ce du fait de l’émancipation féminine passéiste ou simplement du manque de charisme politique des épouses des hommes politiques camerounais?

 

 

Les Camerounais attendent aussi ces moments de vives émotions de la part des épouses des candidats à la présidentielle. Car, ils sont souvent un signal fort en ce qui est de l’autorité du couple présidentiel non seulement, mais aussi de la valeur charismatique et de l’évaluation de la cote de popularité de la femme future « première dame », à assumer son rôle latent. Ces dernières attitudes on en a vu ailleurs, contribuent pour beaucoup pour le soutien psychologique et politique de leurs maris candidats et ont souvent amené une certaine partie des électeurs à croire à un projet x au nom du déploiement élégant et permanent de ces dernières sur le terrain.

A titre d’illustrations, nous nous souvenons comme si c’était hier, de l’implication de Michèle Obama en 2008 lors de la campagne électorale de Barack Obama. Nous l’avons vu lancer des discours historiques sur des places publiques, afin de soutenir la candidature de son charmant époux. Elle proposait par ailleurs à côté du projet de société  de son mari, sa vision à elle tout en restant figée sur la campagne de son candidat. Ses sorties surprises dans les marchés et autres lieux publiques, encadrées par l’équipe de campagne que dirigeait David Plouffe ont fait un buzz on ne peut plus positif en faveur de l’élection de celui-ci.

A côté de celle-ci, nous aurions pu commencer par « la grande royale » Hilary Clinton qui avait fait autant par le passé pour soutenir Bill Clinton, lui aussi ancien président des USA. Plus proche de nous, Brigitte Macron en France était au four et au moulin lors de la campagne de Macron, question de lui apporter son soutien à la conquête du Champs d’Elysée. Enfin, examinons l’attitude de Simone Gbagbo, de la Côte d’Ivoire et actuelle Ambassadrice de l’Union Africaine. Qui comme elle en ces moments de campagne, multipliait des stratégies afin de persuader l’électorat Ivoirien de la personne Laurent Gbagbo.

A l’instar de l’Honorable Hermine Patricia Tomaïno Ndam Njoya qui souvent, a fait des sorties publiques allant dans ce sens, le peuple Camerounais n’a vu que Chantal Vigouroux Biya à l’œuvre. Où sont passées les autres prétendantes premières dames au palais d’Etoudi ? Les Camerounais n’ont même pas l’idée de ce que serait Mme Cabral Linbii, Mme Joshua Osih, Mme Maurice Kamto, Mme Serge Espoir Matomba et autres. Nous voyons alors ici que, de mémoire de journaliste nous ne connaissons pas leurs noms de jeunes filles et continuons de les désigner par les noms de leurs époux. Et ça n’est pas dans vos tontines du quartier que nous, des média porterons vos voix et projets. Que proposez-vous à côté des projets de société de vos maris pour la femme, pour les enfants en détresse pour rejoindre l’actuelle première dame et pour les crises de société communes dans la sous-région ? De façon simple, quels sont vos petits projets ?

Le recule devant les lourdes responsabilités que leurs époux envisagent porter, montre à la société qu’il y a incompatibilité idéologique entre elles et les potentiels candidats. Les politiciens les vrais ont eu pour compagne leurs semblables. Pour ceux des politiciens qui se sont mis avec leurs opposés en couple, se sont séparés. C’est le cas d’Omar Bongo de regretté mémoire, avec Patience Dabany, célèbre artiste musicienne Gabonaise qui ne rêvait que d’une chose : vivre sa passion de chanteuse.  C’est aussi le cas de Winnie Mandela, premières épouse de Nelson Mandela qui, contrairement aux visions de tolérance et de non-violence qu’on reconnaissait à Madiba, prônait plutôt une violence quasi extrême qui fût une partie des causes de leur séparation.

CONFIDENCE AUX FUTURES PREMIERES DAMES

« Ainsi, le peuple vous veut à l’œuvre, il veut vous connaitre. Qui sait ? Une action de vous pourra être un plus pour une victoire future du candidat lambda. Voici le moment de vendre vos images, surtout les meilleurs pour montrer au peuple qu’à l’instar de vos moitiés la nation peut compter sur vous ».

 

Joseph Ayangma

Commentaires Facebook
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here