Cameroun – Usa : Autopsie d’une ingérence américaine

1
1246
Une attitude de deux frères ennemis au d'une messe à Kondengui - Photo : 237actu

Cameroun – Usa : Autopsie d’une ingérence américaine

Notre relation avec le système des Nations Unies remonte à plus d’un siècle. Ce fut d’abord le congrès de Berlin en 1884-1885. C’est lors de ces assises qu’on a  posé les jalons de base voire les fondements juridiques d’un droit colonial sur le plan international.  L’acte final de Berlin n’avait dévoilé qu’une infime partie de ce projet colonialiste et les vrais projets sont restés secrets dans un document qui était comme la charte même des ambitions impérialistes. Cette charte a été élaborée pendant la traite négrière à Washington. Dans ce document resté secret jusqu’au 20ème siècle, l’Occident établi ce que les participants feront au reste de l’humanité. Les règles établies, stipulent dans ses lignes que le monde sera gouverné  et les richesses seront contrôlées par l’Occident. Tous ceux qui iront à l’encontre seront  châtiés.

Les asiatiques ont eu vent de ce document et ont  tout mis en œuvre pour  se débarrasser du colonialisme ; et ceci souvent par des moyens violents, excepté l’Inde. Cette charte est révisée à chaque bouleversement de l’ordre mondial, c’est pourquoi il y a eu cette rencontre de Yalta pendant la deuxième guerre mondiale, puisque les américains savaient que l’Allemagne perdra la guerre. Mais il faut noter que ce sont les Américains qui ont secrètement poussé Hitler à envahir l’Europe, parce que l’objectif secret de la deuxième guerre mondiale était l’occupation de l’Union Soviétique et la destruction du communisme. Les  premiers pays occupés comme la France, la Belgique ou la Pologne serviraient de base arrière pour envahir l’URSS.

Ce plan contre l’URSS a échoué. Les Américains se sont retournés contre les Allemands afin de les étouffer. Et Hitler a été gardé dans un lieu secret que la CIA connaissait. Les rencontres des G8 etc. sont les suites logiques de ce projet  lugubre inscrit dans la charte de Washington élaborée au 18 ème siècle. Par exemple, les faillites financières sont provoquées exprès pour réorganiser le monde, avec les bourses qui ne sont d’ailleurs que des marchés aux voleurs.

Kadhafi a fait un discours historique aux Nations Unies, dans ce discours, il démontrait que les Nations Unies n’ont pas facilité la paix dans le monde, mais les guerres. Il a noté  65 guerres depuis la création de L’ONU, toutes ces guerres ont été organisées dans les endroits où les nationalistes se sont mis debout. L’Occident est une société guerrière et si l’on était au 17ème ou 18ème siècle, ils auront attaqué  l’Afrique ouvertement avec leurs moyens modernes de destruction, mais comme nous l’on n’est plus dans les siècles de la barbarie excessive, les Nations Unies  passent par les divisions des peuples.  Ce que les africains refusent de comprendre. Avec le peu que l’on a, on pouvait construire une nation forte et rester uni, comme font les Asiatiques ou les Arabes. Les Africains passent tout leur temps à courir derrière l’Occident pour plaire afin qu’il nous dise comment nous sommes beaux ou intelligents. L’Occident ou les Arabes sont contents de nos bêtises et souhaiteraient qu’on reste à ce stade. L’Afrique est riche,  une richesse scandaleuse, comme disait un ministre Zaïrois de l’époque ; qu’ils n’ont pas besoin de programme de développement parce qu’ils sont très riches. Les problèmes de l’Afrique ne se résolvent pas comme on fait un café.  On ceinture l’Afrique avec un rideau de fer, L’Afrique a été dévorée dans des mémorables bouffes, Et depuis la traite ils nous ont joyeusement plumés sans retenue.

Le Cameroun a trop souffert dans l’histoire

Le Cameroun a trop souffert dans l’histoire, il a connu l’esclavage, une colonisation brutale, la colonisation allemande, deux tutelles. Les Nations Unies en divisant le Cameroun en deux parties -un pays noir-  savaient qu’à la  longue qu’il aurait des confrontations  internes, ils le savent toujours.

Aujourd’hui, le Cameroun par exemple a des arguments intellectuels pour défendre sa patrie, c’est pourquoi les Nations Unies sont bloquées.  Le Cameroun est sorti amoindri après la première guerre mondiale, le Kamerun allemand était plus de 700 000 km2. Les deux tuteurs n’étant pas sûrs de les conserver  ont grignoté et ont laissé ce qu’ils ont laissé. Venir poser le problème de la séparation du Cameroun serait également poser ou mettre sur la table les 300 000 km2 perdus  après la première  guerre mondiale. Voilà tout ce qui bloque les Nations unies. Par contre parler de fédéralisme est saugrenu, il faut vomir cette  nourriture avariée. Ce n’est pas avoir le flair de la politique camerounaise, à ceux-là,  je leur  prédis le sort du petit chaperon rouge. On ne refait pas l’histoire et le problème anglophone est un non-lieu.

Les Américains ne soutiennent les missions de maintien de la paix que si leur objectif est atteint. Ça ne les préoccupe pas si les gens meurent. C’est le dernier de leurs soucis. Et ce n’est pas nos cris qui vont les arrêter. Il faut se méfier des Américains, ils ne viennent jamais quelque part pour un bien, s’ils vous donnent quelque chose, c’est parce qu’ils ont déjà pris ou ils prendront quelque chose. Les Américains sont les exemples vivants du racisme sans frontière.

Les diplomates américains comme à l’heure habitude veulent régler tout comme des cow-boys. On ne peut pas rester dans les bureaux de New-York et venir comme des Yankées, régler les problèmes si épineux de la culture africaine. Vouloir résoudre les problèmes africains en occident  dans les bureaux, c’est se moquer de l’Afrique. Il ne faut pas penser que les américains viennent résoudre nos problèmes, ils veulent prendre le golfe de guinée, qui est un scandale pétrolifère, ne pouvant se travestir en magnats du négoce – cette force de persuasion leur manque- ils préfèrent utiliser la force. Raison pour laquelle, ils envoient toujours comme diplomate dans certains pays les anciens militaires déguisés. Si le Cameroun n’était pas intelligent nous seront tombés dans les mêmes pièges que les américains ont tendu au Rwanda. Il faut bien le dire, ce n’est pas la France qui a organisé le crime du Rwanda, c’est le gouvernement de Bill Clinton qui se sont servis des pays africains, l’objectif à l’époque était d’atteindre toute l’Afrique centrale. C’est pourquoi la France a fait revenir très vite Sassou Nguesso à la place de Pascal Lissouba qu’on soupçonnait d’être de mèche avec les Américains.

Le Cameroun ne doit rien aux Américains. L’Africain est différent, il a tracé ses bornes autour de lui après que les colons aient tracés les leurs. Et depuis lors, il grandi avec ces bornes. La démocratie a fait sombrer beaucoup de pays dans le chaos.

En Afrique même si un président est élu démocratiquement, il sera également un dictateur  parce que l’homme noir est têtu, pour le diriger il faut cogner sur sa tête. L’on  reste convaincu que si les gilets jaunes étaient en Afrique, on aurait réglé leur compte. On les aurait neutralisés par tous les moyens. Cette méthode qui crée d’autres problèmes, a souvent fait régner l’ordre pour longtemps. Grâce à la force,  Napoléon avait réussi à maintenir l’ordre en France. Il était craint.

Je n’écris pas cet article pour des  querelles politiques, aujourd’hui certains camerounais nous ont montrés qu’ils sont des organisations criminelles parfaitement structurées. C’était aussi très mal connaitre l’imaginaire du chauvinisme de ce pays  ancré dans les  âmes.

La construction de l’état Cameroun est liée à son histoire, une histoire devenue mythique. Je vous le jure aucun pays au monde si puissant qu’il fut, n’aura le Cameroun. Celui qui tentera de toucher le Cameroun entendra un cri qui jailli des entrailles de la terre, qui rompra le silence et les ombres. Ce sera un tumulte qui inclinera les baobabs, percera les pierres, fendra les mers et les roches. L’enfer et le paradis, anges et bêtes lui transmettront les nouvelles en souvenir d’une aventure qui avait mal tourné.

Je crois qu’il est temps de réconcilier les camerounais. Le temps aura permis à chacun de voir que le chemin de la violence d’où qu’il vienne  était inutile. L’erreur que les africains ne doivent pas faire c’est de résoudre les problèmes hors de leur frontière. L’erreur que le gouvernement ne doit pas faire, c’est de trop attendre avant de résoudre un problème, espérant que les problèmes finiront comme les villes mortes. L’erreur que les populations ne doivent pas faire, c’est de penser qu’on ne peut plus se réconcilier après la guerre parce qu’il y a eu des morts. Ceux qui sont morts sont morts par amour pour leur patrie. C’est le moment plus que jamais de s’unir. Et ceux qui profèrent le tribalisme se verront ficher dans leur propre histoire. L’amour fou qu’on a pour son pays doit nous pousser à avoir la raison car,  la vie est lente, l’espérance est violente. Contre la vie, choisissons l’espérance. La construction d’un pays est fait de conflits, entrer en conflit avec l’Etat , c’est pour rappeler le souvenir du contrat social, nous sommes une société multiforme, dans chaque nouvelle crise, il faut une nouvelle donne. C’est une action légitime de  contester dans la société où on vit. Il faut que la société meure pour qu’elle renaisse. Quant au président Paul Biya, son travail est de réduire les inégalités.

Une chronique de Calvin Djouari

 

Pour toutes vos préoccupations : Couverture médiatique, partenariat, publicité, interview, publication d’articles sponsorisés, publication d’une opinion, droit de réponse, dénonciation… Contactez-nous : +237 676821111 –  lavoixdesdecideurs@gmail.com – 
Commentaires Facebook
Print Friendly, PDF & Email

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici