Gouvernance à la Beac : Le règne du déshonneur avec d’Abbas Mahamat Tolli

La Banque des Etats l’Afrique Centrale ( Beac ) semble avoir  perdu  sa crédibilité avec l’arrivée d’Abbas Mahamat Tolli à la  tête de cette institution.  La banque centrale fait l’objet de multiples plaintes relatives au copinage, favoritisme et népotisme.  Politique de gestion en mode urgence observée par le nouveau gouverneur  de la BEAC.

© Jean Baptiste Bidima  l La Voix Des Decideurs – Plusieurs opérateurs économiques nourrissent une haine contre le gouverneur de la Banque de Etats de l’Afrique centrale. Une haine qui plonge ses racines dans la passation de certains  marchés publics. Même le personnel de la BEAC dit ne pas être surpris de voir cette institution assigner en justice  à cause des multiples dérapages d’Abbas Mahamat tolli.

En effet, le gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale semble avoir un penchant au favoritisme, au chantage et au népotisme. Il se dit dans les couloirs de cette institution bancaire que ces choses décriées n’avaient jamais été observées sous l’ère  de l’Equato-guinéen Lucas Abaga Nchama  dont le règne à la tête de BEAC a officiellement pris fin le 5 février 2016.

Les sales draps

La Banque des Etats de l’Afrique Centrale a perdu sa notoriété et sa crédibilité aux yeux de certains opérateurs économiques. Eux qui ne pouvaient imaginer  un seul  instant que  le favoritisme pouvait élire domicile au sein de cette  banque sous régionale.  C’est désormais l’institution qui rejette les valeurs, les compétences et la méritocratie pour faire prévaloir des intérêts égoïstes.

 

Abbas  Mahamat Tolli semble plus  au service des intérêts de la coterie.   D’après une source bien introduite, deux entreprises ont saisi la haute hiérarchie pour exprimer leur mécontentement au sujet de deux marchés publics attribués à des entreprises à la compétence non avérée au détriment de celles qui remplissent toutes les conditions de crédibilité et de fiabilité.

Les marchés à problèmes sont ceux attribués à un consortium franco-français constitué des sociétés Ataub et Bati Concept pour la conception de la maquette du nouvel immeuble de la Direction nationale de la BEAC  à Yaoundé. Le deuxième marché attribué  à  la société AFCORP  sur la construction d’un immeuble de la Beac à Ebolowa  dans la région du sud Cameroun.

D’après nos sources, l’un des soumissionnaires à savoir le cabinet d’architectes JP Vigueur et associés a saisi la haute hiérarchie pour   décrier le favoritisme observé dans la passation desdits marchés.  Certaines sources laissent entendre que le gouverneur de la BEAC aurait pesé de tout son poids pour que le marché relatif à la construction de l’immeuble d’Ebolowa soit attribué à l’un de ses proches parents.

D’autres parlent d’un concubinage incestueux qu’il entretiendrait avec certains responsables du consortium français ayant bénéficié du premier marché sur la réalisation de la maquette du nouvel immeuble de la Direction nationale à Yaoundé.

Certains rapports de la Beac sur l’attribution du Marché d’Ebolowa font état de ce que la procédure a été respectée car, la décision d’attribution du marché est matérialisée par une décision signée par les six membres du gouvernement de la Banque et notifiée à la commission. Celle-ci, à son tour est chargée de  publier les résultats définitifs et les publier sur le site Internet de la BEAC.

Nous y reviendrons.

Commentaires Facebook
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici