Décapitation des civils au Cameroun : Le ras-le- bol de la Cameroon Speaking Diaspora Association in Kenya

► Le président de la Cameroon Speaking Diaspora Association in Kenya, Cédrick Penda Moukoko, décrie ces crimes odieux des groupes armés sécessionnistes sur les civils qui tendent à devenir le mode de traitement des populations dans les deux régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

 

 

La Voix Des Décideurs – C’est le règne de la désacralisation de la vie humaine dans les régions anglophones du pays. Après le Grand Dialogue National, l’on avait pensé à un retour au calme surtout à partir du moment où, certains compatriotes camerounais ont commencé à déposer les armes dans cette partie du pays.

Un plan de reconstruction de ces deux régions est même envisagé pour la relance de la dynamique locale. Au moment où le gouvernement déploie de gros moyens pour un retour définitif de la paix, certaines poches de résistances excellent dans les crimes odieux voire crapuleux.

 

 

 

Des civils sont tués de façon atroce sans aucun remord par ces individus sans foi ni loi qui s’imaginent défier l’Etat. Les populations gardent encore dans leur mémoire, les clichés de la décapitation d’une jeune femme le 11 août dernier dans la localité de Muyuka.

La vidéo de ce crime d’un autre genre a fait le tour des réseaux sociaux. Son forfait, c’est dit-on « avoir coopéré avec les hommes en tenue ». Subissant ligotée un interrogatoire, ses bourreaux n’ont pas hésité un seul instant à couper son coup à l’aide d’une machette et jeté son corps au milieu de la route.

Un autre crime récent est celui où ces barbares ont mis fin à la vie de deux autres jeunes filles. C’était le 04 et 11 août 2020 à Makon et à Muyuka. Des crimes similaires à celui de Florence Ayafor, cette gardienne de prison décapitée le 29 septembre 2019 par un groupe armé sécessionniste.

 

 

Trop c’est trop

Le président de la Diaspora camerounaise du Kenya s’insurge contre ces crimes qui désacralisent l’être humain. Pour lui, s’il y a quelque chose à protéger dans ce monde, c’est la vie car, elle ne se donne pas et ne s’achète non plus. Ce n’est pas une pièce rechargeable ou à compenser par autre chose. La vie se donne une fois par le créateur à la naissance et l’on ne saurait l’enlever à un être humain avec autant de légèreté et de barbarie. Cédrick Penda Moukoko en invitant au respect des droits humains, condamne avec la dernière énergie ces décapitations des civils. Halte à la boucherie humaine.

Affaire Alexeï Navalny , ce que la Russie exige de l’Allemagne

Que les sécessionnistes cessent d’aller avec des hommes à l’abattoir comme on le fait avec le bétail laisse-t-il entendre. Le Cameroun a besoin de tous ses fils et filles pour son développement, lequel se veut efficient, efficace, authentique et durable à l’horizon 2035.

Cédrick Penda Moukoko, invite ses frères des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest à déposer les armes, à saisir la main que leur tend le gouvernement pour que le Cameroun retrouve sa paix d’antan. Des frères ne sauraient se battre ou s’entretuer pour une histoire sans fondement constitutionnel.

 

 

L’Ambassadeur de la Destination Cameroun au Kenya 2017, invite aussi les pouvoirs publics à accélérer le processus de mise en place des recommandations du Grand Dialogue National, à promouvoir le développement local par une décentralisation effective, la cohésion sociale, le bilinguisme, à faciliter la réintégration des ex-combattants, entre autres.
Il invite aussi les pays occidentaux qui servent de base arrière à ces groupes délinquants à jouer franc jeu dans la stabilisation des pays africains. L’humanité toute entière gagnerait à vivre dans la paix que dans un climat de tension et de guerres interminables.

 

© JBB ► La Voix Des Décideurs

Commentaires Facebook
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici