Chronique de Feumba Samen : La Côte d’Ivoire et les signaux de fin de règne des Ouattara

 

 

Très peu de temps reste aux Ouattara pour célébrer et jouir de leur pouvoir usurpé. Le ‘Conducator’ Alassane Ouattara qui vit la fin de son règne est physiquement et mentalement très diminué. Il multiplie menace. Intimidation. Emprisonnement. Tout ceci, croit-il, pour briser les manifestions et se maintenir à un pouvoir qu’il a déjà perdu. Dans le même temps, ses escadrons de la mort sont entrés en scène pour empêcher la prise de pouvoir par les manifestants ou un clan militaro-politique qui reste encore muet et discret.

Crédit photo : © Sputnik

Mandat de trop.

‘Candidat exceptionnel’ en 2010. ‘Candidat dérivé’ en 2015. ‘Candidat de force majeure’ en 2020. Ouattara a obtenu toutes ces candidatures dans la violence. Mais la dernière, par laquelle il a réussi à construire l’unanimité contre lui, l’emportera.

Désormais, la classe politique autrefois divisée et la population déchirée ont constitué un front-uni conjoncturel pour ‘l’abattre.’ En chœur, elles ne dénoncent pas tant la dictature et la faillite du régime de ce despote de la Lagune Ebrié, qui a compromis l’idée même de la démocratie pour laquelle il a été amené au pouvoir sur les cadavres des Ivoiriens. Ni le système économique confisqué par les étrangers, et entièrement tourné vers l’exportation, qui ne laisse que des miettes de la production nationale aux Ivoiriens.

 

 

 

Les Ivoiriens coalisés ne critiquent pas non plus l’inaptitude de Ouattara à les sortir de la disette économique, financière, et matérielle, qui était supposé être sa mission. Ils ont aussi mis entre parenthèses son absence de capacité à réconcilier la nation. Ils ne considèrent même pas la ‘décrépitude’ biologique du despote. Il ne lui réclame qu’une seule chose—renoncer à un troisième mandat sans effusion de sang.

Violence inutile

Malheureusement, pour sauver un régime qui ne tient plus sur rien, les milices et microbes du RDR ont commencé à détruire le patrimoine national. Et à mettre les villes à feu et à sang. Tel est le cas de Bongouanou où la résidence de Affi N’Guessan a été réduite en cendres. A ce barbarisme, Affi a réagi. ‘Incendier ma maison ne va pas m’empêcher de dire non au 3e mandat illégal de Ouattara.’

Effectivement, malgré les agressions des miliciens et la répression du régime Ouattara contre le ‘boycott actif,’ la population résiste. Prend les choses en main et l’opposition suit.

 

 

Manifestations de la chute

Sur l’élan-jeunesse, la désobéissance civile partout ne fléchit pas. Elle se durcit. Et les marches se succèdent et se multiplient depuis qu’elles ont été lancées de façon spontanée le 9 Juin 2020. Pulchérie Gbalet (présidente de l’organisation de la société civile, Alternative citoyenne-ACI), a ajouté un fuseau d’énergie à ces manifestations de rue en appelant le 10 Août à une marche pacifique éclatée pour le 13. ‘Peuple de Côte d’Ivoire, il te revient de montrer que tu es le titulaire du pouvoir d’Etat et que tu le transfert à qui tu veux. En vertu de ces pouvoirs, peuple pacifique de Côte d’Ivoire tu t’obligeras à faire ta part de devoir comme ce fut le cas en 2000.’ Avait-elle martelé. Le lendemain, 11 Août 2020 les partisans de Guillaume Soro marchent à Ferké. Le 21 Août 2020, c’est au tour des femmes de braver l’interdiction de marcher sur la voie publique pour protester contre la candidature de Ouattara.

 

 

 

 

Les choses s’accélèrent après le meeting du 10 Octobre 2020 de l’opposition et l’appel de la FESCI le 16 à fermer les écoles. La température monte le 19 dans l’ensemble du pays. Abidjan (Treichville, Port-Bouët, Marccory, Cocody, Riviera, Yopougon), et les grandes villes de l’intérieur comme M’bahiakro, Aboisso, Gagnoa, Dabou, Bonoua, Jacqueville, Issia, Bangolo, Sinkensi…connaissent une paralysie totale.

Les militants du PDCI-RDA du Grand Centre(Toumodi, Yamoussoukro, Tiebissou, Sakassou, Bouaké, Béoumi…) qui traînent les pas sont interpelés par Guikahué, S.E du parti. ‘Ou sont passés les délégués PDCI du Grand Centre?’ Une question qui est un appel à prendre le train du réveil collectif.

Signe de fin de règne

Un train qui a bloqué partiellement le processus électoral, conduisant au non-retrait des cartes d’électeurs, quand celles-ci ne sont pas brûlées ou leur distribution perturbée. Les flyers de campagne de Ouattara et les T-Shirts à son effigie calcinés en public. Les bureaux de vote délocalisés à la police et à la gendarmerie. Les meetings du RHDP interdits dans certaines localités.  Ce fut le cas à Lopou dans le Bonguanou le 18 Octobre. La glace de la peur brisée, les jeunes violent les postes de Police et de Gendarmerie pour libérer les manifestants arrêtés.

 

 

A ces signes qui précèdent la déchéance, Anne Ouloto, Ministre RDR de la salubrité, ajoute un autre plus grave—Le culte de la personnalité. Dans l’enceinte du Conseil Régional de Guiglo, elle remplace le drapeau national hissé sur le mat par un autre aux couleurs nationales frappé de l’effigie de Ouattara—Un sacrilège.

 

Lire aussi : Enquête sur Vincent Bolloré : «Ange milliardaire français » ou « démon au visage humain » ?

 

Ces facteurs de fin de règne ne parlent pas à Ouattara. Il se croire toujours puissant. ‘Nous sommes 4 candidats mais, il y a deux qui hésitent encore. On me dit que c’est parce qu’ils n’ont pas l’argent, ils ne sont pas un grand parti comme le RHDP.’ Lance-t-il en direction de Affi et Bédié, et poursuit. ‘Au lieu de dire qu’ils n’ont pas l’argent pour être candidat, ils parlent de boycott. S’ils ont besoin d’argent, je peux demander au ministère des finances de leur en prêter.’ Extrait qui indique qu’il est un despote en fin d’ère.

Cette caricature effrayante de la démocratie criminelle, arrivée au pouvoir dans les tanks multinationaux se découvre aussi une âme patriotique. ‘Voici des gens qui se disent patriotes mais qui demandent à la CEDEAO de venir résoudre nos problèmes. Quand on est patriote, on défend la souveraineté des institutions de son pays.’ Dit-il.

La CEDEAO pour ce 3e mandat va arbitrer une fois de plus en sa faveur. Ceci en attendant sa chute dans deux mois.

 

Par Feumba Samen

 
Commentaires Facebook
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici