⌈ Interview ⌋ Le bilan du Pr Jacques Fame Ndongo et les 500 000 ordinateurs Paul Biya

0
2135

⌈ Interview ⌋ Le bilan de Jacques Fame Ndongo et les 500 000 ordinateurs Paul Biya

► Accusé de mettre les ordinateurs Paul Biya Higher Education Vision (PBhev) entre les mains des personnes autres que les étudiants, le Ministre d’État en charge de l’Enseignement Supérieur donne sa part de vérité. Jacques Fame Ndongo précise que ces ordinateurs sont la première composante des 06 volets du projet « E-National Higher Education Network » initié par le Chef de l’État. Le professeur dresse par conséquent un bilan de l’usage fait de ce matériel didactique.
Interview exclusive accordée à votre journal La Voix Des Décideurs et média en ligne grand public Afrique54.net.

 

 

 

Monsieur le Ministre d’État, comment se porte le projet « E-National Higher Education Network » ?

Le projet « E-National Higher Education Network », initié par le Président de la République Son Excellence Paul BIYA et financé par Eximbank China à hauteur de 75 milliards F CFA, dans le but d’accélérer la transformation numérique des universités camerounaises comprend six volets :
1) le don de 500000 ordinateurs portables aux étudiants camerounais des institutions publiques et privées d’enseignement supérieur, 2) la construction et l’équipement de 9 Centres de développement du numérique universitaire, dont un pour chaque Université d’État et un pour l’Université Inter-États Congo-Cameroun, 3) la mise en place du Réseau national d’interconnexion numérique des Universités du Cameroun (RIC), ainsi que la construction et l’équipement du Centre national de gestion du RIC, 4) la construction et la réhabilitation des réseaux informatiques des campus principaux des huit Universités d’État, 5) le développement du Système informatique de gestion intégrée en réseau de l’enseignement supérieur au Cameroun (SIGIRES) et, 6) sur financement camerounais (2,5 milliards F CFA par an), la fourniture par CAMTEL d’un accès à l’Internet haut débit (9 gigabits) au RIC, au bénéfice des Universités d’État. Le projet qui présente aujourd’hui un taux de mise en œuvre de 95% s’achèvera convenablement le 31 décembre 2020.

Et quel bilan peut-on faire depuis que cette initiative a été lancée en 2014 par le Président de la République Son Excellence Paul BIYA ?

Permettez-moi de saisir l’opportunité de votre question pour exprimer au Président de la République, Chef de l’État, Son Excellence Paul BIYA, l’infinie gratitude de la communauté universitaire nationale pour sa sollicitude vis-à-vis de l’Université camerounaise, qui s’est manifestée une fois de plus à travers cette initiative inédite à travers le monde. Comme par enchantement, la crise actuelle liée à la pandémie du COVID-19 a permis de mettre en lumière la clairvoyance du Chef de l’État en ce qui concerne le développement du numérique universitaire dans notre pays.

Grâce au projet présidentiel mis en œuvre dans les universités, celles-ci ont réussi à opérer une mutation rapide du mode d’enseignement en présentiel au mode d’enseignement en ligne. On a donc pu se rendre compte en pratique, au-delà de toute spéculation théorique, que l’impact du projet « E-National Higher Education Network » sur les étudiants, les enseignants et les Établissements était déjà largement positif, avant la date de clôture du projet.

PROCHAINEMENT : Dans le cadre de l’enquête ouverte par La Voix Des Décideurs, Lire les confidences exclusives du Pr MINKOA SHE sur sa gestion de l’Université de Yaoundé II et les 500 000 ordinateurs de Paul BIYA.

Quel est le nombre exact d’ordinateurs distribués aux étudiants des huit Universités d’État, des Grandes Écoles et des Instituts privés d’enseignement supérieur depuis 2017 à ce jour ?

À ce jour, tous les étudiants camerounais régulièrement inscrits dans les Universités d’État, dans les Établissements d’Enseignement Supérieur à statut particulier et dans les programmes de formation dûment habilités des Instituts privés d’enseignement supérieur au titre de l’année académique 2016-2017 et les nouveaux inscrits des années académiques 2017-2018 et 2018-2019, conformément aux listes d’étudiants transmises au MINESUP par ces institutions, ont reçu chacun un ordinateur portable PBhev. Le stock résiduel d’ordinateurs est en cours de distribution aux nouveaux étudiants des Universités d’État de l’année académique 2019-2020. À la fin de cette opération qui s’achève le 31 décembre 2020, tous les 500 000 ordinateurs auront été distribués.

 

 

Monsieur le Ministre d’État, il nous a été révélé que ces ordinateurs se trouveraient plus entre les mains des fonctionnaires et les militaires qu’entre celles des étudiants qui en sont les bénéficiaires de premier rang. Êtes-vous au courant ?

Les ordinateurs PBhev bénéficient d’une sécurité maximale de la Garde Présidentielle qui jusqu’à ce jour n’a pas fait défaut, avant leur mise à la disposition des Institutions universitaires pour distribution aux étudiants conformément aux listes d’étudiants préalablement transmises au MINESUP. Ce processus se déroule jusqu’ici de fort belle manière.

Lire aussi : IAI-Cameroon : La rentrée académique  2020-2021 sur les rails

Je vous précise aussi que de nombreuses personnes déjà engagées dans la vie professionnelle, parmi lesquelles des agents publics, poursuivent leurs études dans des institutions universitaires publiques et privées et ont donc le statut d’étudiant qui en fait des bénéficiaires légitimes du don présidentiel.

 

 

Peut-on dire que le niveau d’exécution du projet « E-National Higher Education Network » est satisfaisant ?

 

Je vous précise aussi que de nombreuses personnes déjà engagées dans la vie professionnelle, parmi lesquelles des agents publics, poursuivent leurs études dans des institutions universitaires publiques et privées et ont donc le statut d’étudiant qui en fait des bénéficiaires légitimes du don présidentiel.

Comme je vous l’ai dit plus haut, le projet s’exécute de manière satisfaisante et s’achève le 31 décembre 2020. Ce projet a crédité le système national d’une plus-value numérique incommensurable, en sus des ordinateurs des étudiants, 9 centres ultramodernes de développement du numérique universitaire ont été mis en place, les campus universitaires sont interconnectés par un Réseau national universitaire, le système national d’enseignement supérieur dispose d’une plateforme informatique commune de gestion harmonisée des universités et les universités sont désormais connectées à l’internet haut débit. Au final, les universités camerounaises disposent désormais d’un environnement technologique favorable à leur transformation numérique.

 

Interview réalisée par Marcien Essimi  et Thierry Eba  respectivement de La Voix Des Décideurs et de d’Afrique54.net

 

 

Commentaires Facebook
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici