Le Président National du Front des Démocrates Camerounais ( FDC ) , Denis Emilien Atangana, Conseiller Municipal à la Commune de Monatélé, a rendu publique la profession de foi adressée à ses collègues conseillers municipaux, quelques heures après le lancement officiel de la campagne électorale.

Votre journal La Voix Des Décideurs a eu copie de cette lettre intitulée : ” A NOUS D’ECRIRE L’HISTOIRE DU CAMEROUN !”

 

 

 


A NOUS D’ECRIRE L’HISTOIRE DU CAMEROUN !

Chers Collègues Conseillers,

Le 06 décembre 2020 se tiendront pour la première fois les élections régionales dans notre pays. C’est véritablement un privilège que nous avons de faire partie des collèges électoraux chargés d’élire les premiers conseillers régionaux de l’histoire politique moderne de notre pays, le Cameroun.

Mais au-delà de ce privilège, nous devons nous sentir investis d’une lourde responsabilité devant nos populations qui, visiblement et à raison, fondent beaucoup d’espoirs dans la mise en œuvre complète, bien que tardive, des institutions prévues dans la constitution de 1996. L’histoire nous rappelle beaucoup de désillusions suite aux espoirs déçus.

Chers Conseillers Municipaux,

sachez donc que par votre vote, vous  avez   un choix historique à faire : Soit confier l’avenir des régions entre les mains de ceux et celles qui ont combattu et retardé par divers moyens l’avènement de cette  décentralisation salutaire pour l’assassiner définitivement  ou de confier la gestion des régions entre les mains d’une équipe nouvelle, dynamique, ambitieuse, présente , capable d’écouter et rassembler pour relever le défi du développement local.

 

 

Cap sur les régionales ! Ultime échéance pour la mise en place des institutions pour l’opérationnalisation du processus de décentralisation entamé et freiné depuis si longtemps… Deux ans après son entrée sur la scène politique, le Front des Démocrates Camerounais (FDC) compte parmi les partis politiques qui siègent dans les conseils municipaux. Le  FDC est un parti social-démocrate créé le 09 juillet 2018 par la volonté des Camerounais de faire autrement la politique et de sortir les camerounais des recettes de l’ancienne technologie inopérante et improductive. Le FDC se veut être un instrument de mobilisation, d’éducation et de régulation de l’espace politique qui travaille pour l’enracinement de la démocratie et du progrès dans notre pays. C’est dans cette lancée que nous travaillons d’arrache-pied pour confirmer notre ambition de faire partie, dans un avenir proche, des porteurs des vraies aspirations du peuple camerounais.

 

Notre engagement dans cette course aux Régionales dans les circonscriptions électorales de la Lékié, du Mfoundi, du Nyong et So’o et de la Mefou et Akono est soutenu par une forte conviction et une vision claire des enjeux de la décentralisation qui constitue la vraie clé du réel développement local auquel aspirent nos populations à la base. Et c’est à ce niveau que se justifie notre détermination. Car, malgré l’existence d’un arsenal législatif et normatif qui encadre ce projet, l’absence de conviction   et de vision risque, une fois de trop,  de replonger nos populations dans un désenchantement traumatisant. Nous devons franchir le pas une fois pour toutes.

 

 

Si la mise en place de cette décentralisation a été accueillie avec un enthousiasme et une allégresse délirante comme lors des indépendances des pays africains, il serait suicidaire de penser que les textes et les institutions qui la consacrent vont à eux seuls engendrer l’amélioration des conditions de vie des populations et créer le progrès général s’il n’y a pas des hommes et des femmes qui valorisent les opportunités qu’offrent ces textes et ces institutions. C’est en définitive une triple question de positionnement, de survie et d’avenir politique que nous posons aux conseillers municipaux-électeurs  pendant cette campagne des régionales.  L’un des objectifs de notre engagement dans cette course électorale étant de susciter le renouvellement  du personnel politique potentiellement chargé de conduire cette décentralisation au niveau des régions. Nous ne devons pas mettre du vin neuf dans les vieilles outres et espérer qu’il sera meilleur. Le risque est trop grand de voir les conseils régionaux être pris en otage par ceux-là qui, pendant longtemps, ont fait obstacle à l’accélération de la mise en place de cette décentralisation. Nous devons l’éviter absolument en donnant la chance à une nouvelle génération d’opérateurs politiques capables de comprendre et de porter enfin cette décentralisation au Cameroun.

Chers Collègues Conseillers Municipaux,

Le vote du 06 décembre 2020 n’est en rien celui des militants des partis politiques. Il s’agit du vote des conseillers municipaux élus de la population et non des partis politiques. Un conseiller municipal est certes investi par un parti politique pour l’élection municipale, mais après son élection au Conseil Municipal, n’appartient plus à un parti politique. Il est un élu du peuple qu’il doit servir sans exclusion partisane et idéologique. C’est pourquoi le mandat impératif n’existe pas dans notre pays et cela consacre une liberté de conscience et d’action politique qui doivent être orientées vers les aspirations du peuple souverain. Nous pensons fermement que les listes des candidats du FDC incarnent ces aspirations au niveau des régions dans les quatre départements où il est en compétition. Nous sommes investis sous la bannière des partis politiques pour candidater aux élections municipales mais une fois élus nous devenons les serviteurs du peuple entier. Il n’y aura pas d’excuse à voter une liste constituée des ennemis et assassins de la décentralisation au nom d’une quelconque discipline du parti. Dans l’isoloir et devant l’urne, seul l’intérêt du peuple qui nous a votés doit  guider nos choix le 06 Décembre 2020 sur la base de la pertinence de l’offre politique, de la conviction et de la vision que les uns et les autres ont des enjeux de la décentralisation au Cameroun. IL est temps d’entrer dans l’histoire en refusant de sacrifier le bien-être des populations au nom de la discipline du parti !

 

 

 

Chers Respectables collègues Conseillers,

C’est pourquoi nous vous invitons, ce Dimanche 06 Décembre 2020,  à voter librement et en toute Conscience  pour les listes du FDC  pour que Triomphent enfin la décentralisation et le Développement Local au Cameroun!

 

 

(é) Denis Emilien Atangana

Président National Conseiller municipal

à la Commune de Monatélé

 

 


 

NOTRE CONVICTION, NOTRE VISION

Au FDC, nous sommes convaincus que :

Le développement consiste à construire localement les conditions locales d’épanouissement qui donnent envie de vivre chez soi ;

L’absence de ces conditions est la principale cause :

L’exode rural,

Des propensions migratoires et leurs conséquences néfastes,

De la montée en puissance de l’insécurité dans les villes et en campagne,

Des menaces de déstabilisation qui pèsent sur notre pays.

 

NOTRE VISION

Travailler à rendre notre région plus accueillante et en faire un véritable cadre d’épanouissement local de nos populations au-delà de nos convictions et appartenances politiques.

NOTRE ACTION SI NOUS SOMMES ELUS CONSEILLERS REGIONAUX

ECONOMIE

Nous allons soutenir l’idée de réaliser une étude de toutes les opportunités permettant le développement de notre région, en association avec l’ensemble des Communes  de la  Région. Cette démarche vise à valoriser tous les potentiels locaux par la création des entreprises communales et régionales à partir des secteurs à fort potentiel de création d’emplois et de croissance économique locale.

Sous réserve des résultats de cette étude, la structuration des secteurs dont les potentiels sont connus sera proposée :

La création des offices de tourismes communaux.

Considéré comme la plus grande industrie au monde depuis 1975 devant le pétrole et l’automobile, le secteur du tourisme est considéré comme celui du plein emploi. Il offre des opportunités même dans les zones rurales où les possibilités d’emplois sont rares dans d’autres secteurs.

Nous allons proposer l’inventaire par commune des produits naturels et dérivés,

La création des labels par destination touristique communale. Ce label sera le produit phare de chaque destination.

La création des entreprises communales agro pastorales.

En dehors de quelques communes situées dans les centres urbains, la région du centre est très propice au développement des activités agro pastorales. Aussi, dans la perspective de consolider l’autonomie financière des collectivités territoriales décentralisées, nous allons proposer la création des entreprises sus-évoquées avec le développement des chaines de valeurs.

FORMATION PROFESSIONNELLE ADAPTEE AUX BESOINS DE DÉVELOPPEMENT DE CHAQUE COMMUNE

FORMATION DES ELUS

Nous sommes convaincus qu’un renforcement permanent des capacités des conseillers à l’imprégnation et à l’appropriation des principales innovations contenues dans le Code général des collectivités territoriales décentralisées et des opportunités qui s’y attachent est un axe stratégique capital et déterminant en vue de renforcer l’autonomie financière des CTD.

Nous allons proposer la création des instituts de formation aux carrières de croissance et de développement dans chaque commune. Les contenus des formations seront fonction des potentiels de chaque commune et de ses opportunités. Nous proposerons que les apprenants se constituent en groupes devant déboucher à des entreprises à la fin de la formation. La moitié de la pension de chaque groupe d’apprenants, futurs propriétaires de leur entreprise, sera leur apport personnel au capital de l’entreprise à créer. La Banque Régionale de Développement complètera le capital. Chaque nouvelle entreprise sera coachée par un expert sectoriel à son domaine d’activité pendant un temps. La durée de chaque formation ne devra pas excéder 06 mois.

 

DÉVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE ET SOLIDAIRE.

Au niveau des populations.

Les populations doivent être des acteurs majeurs de la lutte contre la pauvreté et du développement local. Aussi, allons-nous soutenir l’idée de la structuration des mouvements associatifs locaux et leur encadrement par un renforcement des capacités organisationnelles et fonctionnelles précédé d’un diagnostic.

Au niveau des institutions.

Nous croyons fermement que la création des syndicats des communes aux niveaux départemental d’abord et régional ensuite en vue d’une mutualisation des efforts visant un développement solidaire et harmonieux de notre région est un gage de succès. Le développement solitaire doit s’effacer au profit du développement solidaire.

 

 

 

SOCIAL

 

Promotion des mutuelles communautaires de santé

Nous allons soutenir l’idée de création des mutuelles communautaires de santé dans le but de permettre à nos populations de faire face de manière solidaire à leurs problèmes de santé et d’accéder aux de qualité à moindre coût.

Agence régionale de la protection civile

Nous pensons que la prévention et la gestion locales des catastrophes naturelles, des accidents, des pandémies, des épidémies, des incendies, l’encadrement des événements mobilisant une nombreuse foule nécessitent d’une agence régionale de protection civile avec des démembrements communaux.

Art et culture

Nous allons proposer la valorisation des arts et cultures régionaux par la tenue régulière au sein des communes et de manière rotative des festivals. Nous proposerons par exemple que ces groupes soient agréés pour prester lors des manifestations et événements organisés dans notre région. Ils pourront par exemple être amenés à animer dans les hôtels où logeront les équipes nationales de football devant participer à la CAN TOTAL Cameroun.

FINANCEMENT DU DÉVELOPPEMENT LOCAL

Nous sommes convaincus que l’autonomie financière des collectivités territoriales décentralisées nécessite la mise en place d’un instrument participatif de financement local de l’économie. Aussi, allons-nous soutenir la mise en place d’une Banque Régionale de Développement en abrégé BRD dont les actionnaires seront :

Les conseillers municipaux.

Nous proposons que :

Chaque conseiller municipal prenne des actions. Nous proposons que le montant d’une action soit de 5000 Francs avec un nombre total de 60 actions  pour un montant global de 300.000 Francs représentant les 60 mois de la mandature.

S’il n’est pas réélu, il garde sa qualité d’actionnaires de la banque avec les droits y relatifs.

Les mouvements associatifs et les associations de solidarité

Nous proposons que cette catégorie souscrive un minimum de 12 actions d’une valeur total de 120.000 Francs payables dans un intervalle maximum d’un an.

Les entreprises agricole et d’élevage

Les écoles de chaque commune seront dotées d’une cantine scolaire fournie en nourriture issue à 60% de la production de chaque commune ; ceci permettra à l’activité agropastorale et de transformation d’avoir un débouché direct porteuse d’emplois directs et à court terme proposer la plus-value au reste du pays voire à l’international.

 

 

Les cantines scolaires devront être gérées par des entreprises locales chapeautées par un conseil d’administration constitué de l’association des parents d’élèves.

Les entreprises de services

Leur principal rôle dans le financement du développement local sera de donner 2% de leur bénéfice à la commune sous-réserve que cette centime ne chevauche pas avec un impôt national de même nature.

INFRASTRUCTURES

Les infrastructures (routières, hospitalières, énergétiques) sont le ventre mou d’une vie attractive dans le milieu local. Nous mettrons sur pieds une politique de prospective en vue de financer la construction des infrastructures ci-dessus citées en vue de fournir aux populations des solutions adaptées à l’environnement géophysique de chaque localité. Les carrières fourniront le matériau là où il y en a, les fleuves ou l’exposition solaire fourniront l’électricité et l’eau potable dans des projets communaux de développement des infrastructures. Nous devons passer d’une production de survie, de résilience à une production dont les moyens disponibles puissent permettre aux populations d’être compétitives.

Chers conseillers Municipaux, nous avons enfin le pouvoir de décider sur ce que nous pouvons contrôler directement tout en étant co-responsables devant nos populations, nos enfants, nos père et mère. Le 06 décembre 2020, votons pour les listes du Front des Démocrates Camerounais.C’est le bulletin gris.

C’est pourquoi nous vous invitons, ce Dimanche 06 Décembre 2020,  à voter librement et en toute Conscience  pour les listes du FDC  pour que Triomphent enfin la décentralisation et le Développement Local au Cameroun!

 

 

Commentaires Facebook
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici