Le constat est établi par le ministre NGOLE Philip NGWESE , lors de l’atelier d’échanges 2017 sur la situation forestière au Cameroun dans son institution.

© Eric Martial Ndjomo E. l La Voix Des Décideurs – Si l’on peut à priori se satisfaire que « la situation et les perspectives économiques, sociales  et financières de la nation » camerounaise grâce aux « bonnes performances » du secteur forestier et faunique, comme le souligne le rapport 2016 du ministère des finances sur ladite situation, l’état des lieux se présente tout de même alambiqué.

Trois milliards 754 millions de francs CFA ont été investis pour des projets de plantation des arbres et dans l’entretien de ces plantations entre 2006 et 2015. Le financement de ces projets a bénéficié à plus de 200 communes, 116 groupements d’initiatives communes, Organisations Non Gouvernementale,  associations et 25 chefferies. S’y est également ajouté, 810 millions consacrés au reboisement pendant l’année 2016. Mais de visibilité sur des avancés voulus notoire, l’on se perd en conjecture.

Ainsi, le constat tranchant montre à suffisance que « les résultats sur le terrain ne sont pas à la hauteur des attentes» selon le Ministre NGOLE Philip NGWESE. La preuve de cette observation qui est relevée en quelques points à travers une évaluation méthodique menée par l’ONG Cameroon Ecology en 2012, permet de noter « la déforestation généralisée et la dégradation des sols dans diverses zones écologiques du pays ; les menaces croissantes liées à l’agriculture industrielle, à l’exploitation minière, et à la transhumance des bovins ; la dilapidation des fonds reçus pour les activités de reboisement par certains acteurs identifiées ; la maitrise approximatives des techniques des techniques sylvicoles par la majorité des acteurs impliqués ; le suivi inadéquat des périmètres boisés » ; ainsi que la situation des écosystèmes de mangroves est des plus dramatiques. Ces forêts, avec une biodiversité riche et variée,  ont quasiment disparu, elles qui occupaient 274 918 hectares, le long du littoral camerounais.

L’atelier d’échanges 2017 du Ministère des Forêts et de la Faune qui s’est effectué dans le cadre de la rencontre des responsables des services centraux et déconcentrés, sous le thème « le reboisement : évaluation et perspectives », a donc permis de plancher, non seulement sur les résultats enregistrés en ce qui concerne l’exploitation des forêts dans tout le territoire du Cameroun, mais aussi de relever « la responsabilité qui st la nôtre de faire de cette question le levier principal de l’apport sectoriel à la mise en œuvre des engagements  pris dans le cadre de la COP 21 à Paris ».

[ads1]

Facebook Comments

1 COMMENTAIRE

  1. C’est le bon site Web pour tous ceux qui souhaitent en savoir plus sur ce sujet. Vous réalisez un ensemble son presque difficile à discuter avec ou (pas que je vais vraiment besoin de … HaHa).
    Vous avez certainement mis un nouveau tour sur un sujet qui a été écrit environ depuis de nombreuses années. Merveilleux truc, tout simplement génial!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here