Accueil >> Dernière Infos >> Cameroun: Bello Bouba reproduit l’immobilisme à travers sa réélection à la tête de l’UNDP

Cameroun: Bello Bouba reproduit l’immobilisme à travers sa réélection à la tête de l’UNDP

CONTACTEZ-NOUS Couverture médiatique Publireportage - Publicité Interview - Dénonciation Information... Échange de services lavoixdesdecideurs@gmail.com Tel:+237 676 82 1111
CONTACTEZ-NOUS
Couverture médiatique Publireportage – Publicité Interview – Dénonciation Information…
Échange de services
lavoixdesdecideurs@gmail.com
Tel:+237 676 82 1111

Le sixième Congrès ordinaire de l’Union Nationale pour la Démocratie et le Progrès (UNDP) s’est tenu le samedi 25 février dernier au Palais des Congrès de Yaoundé, dans la constance des traditions héritées, illustrée par la reconduction de Bello Bouba Maïgari.

© Gabriel Noah La Voix Des Décideurs – Il est 11h10 mn quand pour une énième fois, le présentateur annonce l’entrée dans une salle de 500 places pleine à craquer, du président national de l’UNDP. Une salve d’applaudissements s’élève spontanément. Mais après une longue minute d’attente, c’est plutôt d’un défilé de certaines personnalités bien connues de la scène politique nationale qu’il s’agit.

Se suivent en file indienne : Jean Jacques Ekindi du Mouvement Populaire (MP) , les Pr Henri Hogbe Nlend et Louga Basile tous deux de l’Union des Populations du Cameroun (UPC), les représentants du Front Social National du Cameroun (FSNC) d’Issa Tchiroma Bakari, du Social Democratic Front (SDF) de Ni John Fru Ndi, de l’Union Démocratique du Cameroun (UDC) du Dr Adamou Ndam Njoya, ensuite le docteur Sosthène Fouda, le Dr Ahmadjoda Adjoudji, ce dernier représentant le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC), etc…

Cette liste non exhaustive témoignerait de la sympathie exprimée par les autres formations politiques à l’UNDP, s’ils avaient été représentés à leur plus haut niveau. On notera pour le déplorer dans cette perspective, outre celle du Dr Adamou Ndam Njoya et de NI John Fru Ndi, l’absence du président du FSNC qui partage pourtant l’alliance au pouvoir avec l’UNDP et le RDPC.

Ce n’est qu’après cette longue procession et alors que le calme est revenu, que le président national de l’UNDP est encore annoncé. Il y a, comme il faut bien s’y attendre, des  remous dans la salle. L’on redoute un autre canular. Il est alors 11h20 mn. Bello Bouba Maïgari quand effectue son entrée dans une salle surchauffée du fait des travaux de réhabilitation qui on entraîné l’arrêt de la climatisation centrale. On y suffoque en fait, ce pourquoi un président national de l’UNDP maniant à la fois l’humour, et la galanterie du haut de ses quatre vingt ans ne manquera pas d’adresser ses excuses aux congressistes, et aux nombreux invités venus prendre part à cette grande messe.

Le décor ainsi planté, le congrès s’ouvre sur deux interventions dont celle du président de la fédération départementale du Mfoundi, puis la première des deux allocutions de Monsieur Bello Bouba Maïgari. Reconnaissance, remerciements encouragements et promesses ponctueront invariablement ces Laïus constituent en somme la préséance des travaux.

C’est à ce moment que se reproduit l’immobilisme. L’appel à candidature d’un éventuel adversaire au président sortant est demeuré infructueux, uniquement manifesté par les pitreries d’uns marionnette qui jouait assez grossièrement le rôle comme dans un cirque ubuesque. En vérité, la crainte d’essuyer le courroux du Président  naturel tel celui du RDPC l’emportait sur l’audace d’oser. Tenant le monde à l’œil tel un cerbère, Bello Bouba Maïgari se faisait  plébisciter par acclamation, légitimant les records du RDPC.

6ème congrès de l’UNDP ou le rendez-vous des défections ?

Dans un discours fleuve  aux allures de bilan des activités de son parti pendant le mandat écoulé, Bello Bouba Maïgari n’a pas tari d’éloges envers son allié, en mettant en surface l’excellent climat de confiance en vigueur entre les deux formations.

Cette affirmation reste toutefois sujette à caution, quand on sait que l’UNDP récolte des dividendes à la portion congrue dans une promiscuité politique qui la dessert plutôt.

Des médias annonçaient déjà de probables et nombreuses défections au terme de ce congrès qui n’a malheureusement pas déjoué les pronostics, du fait de cette reproduction de l’immobilisme. Ainsi, à  la suite de Madame Clotilde Mbezele qui jusqu’à cette date était la présidente nationale du mouvement des femmes (MFUNDP), le président du mouvement des jeunes de ce parti a également claqué la porte.

Leur problème reposerait sur la dictature excessive du président Bello Bouba Maïgari nommément indexé, et des distorsions infligées avec son soutien à d’autres démembrements de ce parti par des membres tels le secrétaire général Pierre Flambeau Ngayap, accusé de tribalisme, en sus des colportages attribués à Monsieur Haman qui serait le directeur général adjoint de Nexttel.

Déceptions en cascade

Ces démissions en cascade sont suivies des grincements de dents des militants de la base, frustrés de voir le vote de leurs représentants au comité central annulé ou modifié par le même président Bello Bouba. La coupe se remplira lorsqu’il sera par ailleurs accusé de manier le parti en propriétaire exclusif, tel un monarque et unique dépositaire de tous les pouvoirs, n’ayant d’oreille attentive que pour quelques soubrettes et des laudateurs en mal de colportage. On en vient à se demander si l’UNDP ne reprocherait pas uniquement au RDPC, le fait d’agir exactement comme elle. Mais n’est-ce pas aussi la raison de leur accord parfait ?

Bello Bouba, dictateur ?

L’on s’interroge toutefois sur le sort de ce parti dont certains dirigeants hurlent au clientélisme, au népotisme et à la dictature absolue. Comment vivra-t-il dans ce contexte de resserrement où son allié ne lui ménage aucune entourloupe, si l’on s’en tient aux défections antérieures de Delphine Tsanga, de Hele Pierre et des cris d’orfraie de Célestin Bedzigui. Que reste-t-il de ce navire abandonné par les rats parce qu’il prend de l’eau ?

Faire un don au journal

Notifications

Redynamisation de la diplomatie : Les Camerounais vivant au Kenya ressaisissent Paul Biya

Dans une lettre ouverte adressée au Président de la République du Cameroun  Paul Biya, au …

Laisser un commentaire

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :