Lorsque on parle du « Parti démocrate » est un parti politique américain qui est toujours en opposition au système bipartite au Parti républicain. Il est l’une des plus grosses organisations politiques qui se trouve dans notre monde .on va trouver que Le Parti démocrate conçoit la société comme une union des communautés pour les citoyens. Il veut mettre des assurances pour la protection égale des droits particuliers, plus précisément pour les moins puissants. Il est traditionnellement la « grande tente » dans laquelle les minorités se retrouvent qu’elles soient ethniques, religieuses (catholiques, musulmans et juifs) ou sociologiques (intellectuels, artistes). Son principal adversaire c’est le Parti républicain, est considéré comme un parti White Anglo-Saxon Protestant visant à imposer la force de l’Union par le respect des valeurs centrales qui permettent la réussite des meilleurs, proche des milieux d’affaires et financiers qui est soutenu par les professions libérales et les entrepreneurs.

Le Parti démocrate est issu de la scission du Parti républicain-démocrate fondé par Thomas Jefferson en 1798. Doyen des partis américains, c’est à l’origine un parti anti-fédéraliste défendant la liberté des États qui sont face au pouvoir fédéral, et celle des propriétaires individuels face aux intérêts bancaires et industriels. Il évolue nationalement vers une vision moins conservatrice et moins méfiante du pouvoir fédéral dès les années 1890, et plus nettement dans les années 1930 avec le New Deal du président Franklin Delano Roosevelt, en valorisant le rôle de l’État dans la protection des minorités. Dans les années 1960 et 70, il s’inscrit à gauche sous l’impulsion des sénateurs Hubert Humphrey, George McGovern ou Edward Moore Kennedy, avant de se replacer vers le centre sous les mandats de Jimmy Carter et Bill Clinton.

En revanche, À l’échelle internationale, le Parti démocrate est membre de l’Alliance progressiste qui tente de regrouper l’ensemble des partis politiques progressistes, sociaux-démocrates et socialistes proche de l’Internationale socialiste. L’ancêtre de l’actuel parti démocrate est

le parti républicain-démocrate de Thomas Jefferson et James Madison qui s’était constitué entre 1793 et 1798 face au parti fédéraliste de George Washington et de John Adams.

Le débat entre partisans d’une unité centralisée (fédéraliste) et partisans du droit des États et de l’individu essaye de marquer les premières années des États-Unis. Les fédéralistes sont dirigés par Adams, puritain, anglophile, soutenu par la partie bourgeoisie du nord qui s’inquiète des désordres populaires,, Les démocrates-républicains défendent l’idéal d’un peuple de petits propriétaires indépendants et égaux. Proche des valeurs de la Révolution de France, ce parti refuse qu’une élite urbaine financière limite leurs particularismes. Cela conduit le parti à s’opposer aux taxes fédérales et à une banque centrale contrôlant la monnaie, ce qui en fait un partisan du libéralisme en économie. Le parti s’affiche contre les empiètements de l’État fédéral. Indirectement, en refusant une loi fédérale abolissant l’esclavage, il soutient l’« institution particulière », ce qui le rend très populaire dans l’électorat du Sud (qui exporte le coton et est donc favorable à des droits de douanes faibles).

Avec la victoire à la présidence de Jefferson en 1800, l’achat de la Louisiane qui double les terres ouvertes aux fermiers pour la « poursuite du bonheur », et la fin de la guerre de 1812 contre la Grande-Bretagne qui assure la liberté du commerce et rend possible la doctrine Monroe (« l’Amérique aux Américains »), les démocrates-républicains prennent durablement le pouvoir. La régionalisation puis la disparition du parti fédéraliste, permet au parti démocrate d’être, pendant une trentaine d’années, le seul parti politique national d’importance des États-Unis (1795/1825). Il est alors dirigé par de grands propriétaires virginiens, Madison et Monroe succédant à Jefferson à la présidence. il faut bien mesurer que les partis politiques américains (en tout cas les deux principaux) sont très différents des partis européens. En effet, ils s’apparentent plus à des “comités électoraux”, des appareils conçus pour mener des campagnes électorales et gagner des élections, que comme des partis “programmatiques” de type européen. Les hommes politiques américains, avant, pendant, et après leur élection, restent très indépendants dans leurs prises de position. Ils ne sont astreints à aucune discipline de vote, et ne risquent pas de sanction s’ils se positionnent différemment de la majorité de leur parti, même si cette majorité est écrasante. Il est donc par là même difficile de définir les deux partis par des axes d’orientation politique, même si en effet, le Parti Républicain est plus “à droite” que le Parti Démocrate. En fait, pour comprendre, il faut remonter à l’origine de ces deux partis. Le “bipartisme” américain sous sa forme actuelle date des années 1860. Le Parti Démocrate, le plus ancien, était alors dominant sur la scène politique nationale américaine. Il s’opposait au parti “Whig”, libéral, qui fut en telle perte de vitesse qu’il finit par disparaître, et donner naissance au Parti Républicain.

A l’origine, donc, les républicains sont plus “libéraux”, tandis que les démocrates sont “conservateurs”. Le premier président républicain, Abraham Lincoln, s’illustra en effet par l’abolition de l’esclavage, s’opposant ainsi aux états du Sud, très majoritairement démocrates. Après, la Guerre de Sécession, d’ailleurs, le Parti Démocrate fut hégémonique pendant des dizaines d’années dans les anciens états confédérés, et les républicains incapables même de présenter des candidats aux postes de gouverneurs ou de représentants. Jusque dans les années 30, on peut considérer que le Parti démocrate est un parti “conservateur et populaire”, tandis que le Parti républicain est un parti “libéral et bourgeois”, en tout cas proche des élites intellectuelles et industrielles. Le premier infléchissement de ce clivage date de la présidence de Franklin Roosevelt. Ce président démocrate propose en effet, avec le “new deal”, une politique d’inspiration sociale-démocrate, du moins keynésienne, qui rapproche son parti des minorités, notamment noires, qui ont le plus souffert de la récession suivant la crise économique de 1929.

En 1948, une partie d’ailleurs des démocrates fait scission et soutient un candidat démocrate du sud contre le candidat officiel du parti, Truman. Dans les années qui suivent coexistent au sein des deux partis des hommes qui sont plus ou moins “libéraux” ou plus ou moins “conservateurs”. La présidence d’Eisenhower (républicain), nationaliste qui enclenche la Guerre froide, l’appartenance au parti républicain du Sénateur MacCarthy, chef de file de la terrible “chasse aux sorcières”, va faire dériver l’image de leur parti vers une forme de conservatisme “traditionaliste”. En revanche, la présidence Kennedy, un démocrate qui s’appuie sur les minorités (il est lui-même catholique dans un pays majoritairement protestant), va donner aux démocrates l’image de “modernistes”, que la “nouvelle frontière” prôné par le jeune président va formaliser. Pour autant, il reste des “républicains libéraux”, bien plus progressistes que la grande majorité des démocrates du sud, farouche partisans de la ségrégation raciale et des “valeurs traditionnelles”. L’ultime infléchissement vient de la présidence Reagan, dans les années 80.

Le néo-conservatisme de ce président républicain, qui allie un ultra-libéralisme économique avec des références de plus en plus marquées aux “valeurs morales” d’un christianisme très traditionaliste, va ainsi faire basculer l’électorat du sud des démocrates vers les républicains. Inversement, dans la foulée du Président Carter, puis, surtout, du Président Clinton, les démocrates vont plus prôner une politique “des bons sentiments” (pour le premier) ou de justice sociale (pour le second, notamment appuyé par son épouse). Il y a donc eu un véritablement basculement politique, et c’est un cas unique au monde, aux Etats-Unis. Ce basculement a forcément laissé des traces, dans les discours, mais aussi dans les sociologies des deux partis et de leurs électorats.

Les Républicains

Le parti républicain qui nait en 1854, défendent souvent le protectionnisme économique avec l’extérieur mais sont pour le libre-échange entre les Etats de l’Union. Ils sont très marqués par les courants religieux. Ils sont aussi de fervents anti-esclavagistes. C’est d’ailleurs une loi prônant l’extension de l’esclavage à tous les Etats de l’Union qui est à l’origine pour la création du parti. Abraham LINCOLN est l’un des illustres présidents du parti républicain, de 1860 à son assassinat en 1865. Les républicains règnent sans interruption depuis l’élection de Lincoln, le premier président républicain, jusqu’au début du XXe.

Le parti est souvent divisé entre progressistes et conservateurs. Mais c’est surtout son hostilité à toute intervention de l’État dans les affaires économiques qui sonnera le glas de son hégémonie, notamment après le krach boursier de 1929, puis après le succès du New Deal, la politique interventionniste du démocrate Franklin Roosevelt. Le parti républicain va entamer une réorientation de ses programmes à droite, sous Eisenhower (1952-1960) puis sous Richard Nixon (1968-1974).

Les Démocrates

Le parti démocrate a une grande puissance pendant la première moitié du 19 siècle. Une série de dissensions marque la vie du ce parti durant tout le 19 siècle. Il ne prendra sa position à gauche qu’au XXe siècle, sous l’influence de courants idéologiques venus d’Europe. Deux présidents lui donnent ses idéaux les plus durables: Woodrow WILSON, président de 1912 à 1920 et Franklin Delano ROOSEVELT, président de 1932 à 1945. Le monopole démocrate sur le sud des Etats-Unis durera jusqu’au début des années 1960. C’est la politique antiségrégationniste des démocrates John KENNEDY (1960-1963) et Lyndon Johnson (1963-1968) qui finiront par provoquer le divorce du parti démocrate avec l’électorat conservateur sudiste.

 

 

 

En théorie il existe les Républicains apparaissent donc comme les vrais conservateurs, donc de droite, et les Démocrates sont progressistes, donc de gauche. En réalité, les Républicains s’inscrivent généralement tous à droite, alors que les Démocrates se tiennent au centre, avec des membres des deux côtés…

Durant tout le 19 siècle, les deux partis ont alterné les périodes de pouvoir.

Les flagrantes différences et ressemblances économiques

 Démocrates = libéraux, proches des socialistes, sont pour des augmentations d’impôt pour créer un état puissant qui régit tout, en ce moment, ils sont pour socialiser l’assurance maladie (et créer une Secure comme en Europe). En économie, ils sont pour une stricte régulation du marché du travail, protection des employés (les syndicats sont tous démocrates), charges lourdes sur les entreprises pour financer l’état et des programmes de développement. Ils sont pour la discrimination positive (qui oblige les entreprises et universités à accepter un pourcentage minimum de minorités, femmes, handicapes quel que soit leur qualification ou leur niveau) Sont en général pour l’avortement, contre la peine de mort. En termes de politique étrangère, ils ne sont pas pour des interventions militaires. Afin d’ouvrir les frontières (surtout mexicaine) et accueillir en masse des immigrants pauvres. Républicains = conservateurs, prônent un maximum de libertés individuelles, sont pour la méritocratie, contre l’assistanat et veulent un minimum d’impôt et réduire la fonction de l’état a son strict minimum et laisser les gens décider de ce qu’ils veulent faire de leur argent (assurance maladie, retraites…). Pour l’économie, ils sont pour un minimum de contraintes et de charges pour aider des entreprises à se développer et faire des profites ils sont contre la discrimination positive (qui a amené a une situation ou aujourd’hui il est plus facile d’aller à l’université ou obtenir un job si tu fais partie d’une minorité, a niveau égal ou même inferieur, c’est le cas d’Obama, il est allé à Harvard et apparemment, il ne l’aurait pas mérité car ses notes étaient inférieures à celles de ses camarades blancs) Ils sont en général contre l’avortement et pour la peine de mort, sont très religieux. En politique étrangère, ils sont pour régler les conflits par les armes, sont pour une armée très puissante pour protéger le pays. Ils sont aussi contre l’immigration pauvre de masse mais plutôt pour une immigration de main d’œuvre qualifiée en petit nombre (certains sont pour la construction d’un mur/barricade à la frontière mexicaine). Déjà, les deux sont capitalistes mais les Républicains prônent les valeurs religieuses (c’est pourquoi si on devait comparer aux partis français, Démocrates = centre droit, Républicains = droite dure-extrême droite).

Par exemple, les Républicains sont contre l’avortement, les Démocrates sont plus respectueux de l’individu et de ses libertés (plutôt pro-IVG et une meilleure chance d’abolir la peine de mort avec eux). Les Républicains sont hyper portés sur la religion. Les Républicains ont peut-être plus tendance à déclarer la guerre (surtout contre les pays musulmans). Les Républicains ont une vision plus de l’état tout puissant qui laisse les citoyens de demeurer par eux-mêmes si dieu le veut, les Démocrates ont plus de préoccupations sociales et voient plus l’état comme un état protecteur.

Les deux partis sont représentés par des gens fortunes. Les démocrates font croient qu’ils accordent plus de privilèges aux plus démunis mais pour faire cela, ils augmentent les impôts de la classe moyenne. On sait que la droite privilège les gens riches mais eux donnent du travail. On paye moins d’impôts. il y a plus d’ordre sous les républicains. C’est pour cela les religieux sont plus actifs et heureusement au moins la jeunesse Démocrate : profite aux pauvres, indiffèrent chez la classe moyenne, est un peu plus social, augmente les impôts de la classe moyenne, pro ivg et pro abolition de la peine de mort Républicain: Profite aux riches, indiffèrent chez la classe moyenne, la puissance de l’Etat en priorité, moins d’impôts à payer.

En conclusion deux partis très riches ayant a peu près le même but mais diffèrent principalement sur les points cites plus haut vers le bien. La jeunesse a besoin de guide et d’espérance c’est le plus important, a titre personnelle: en voyant que ; le parti républicain plutôt libéral (beaucoup de liberté économique et même individuelle, j’ai l’impression) et les démocrates représentent plutôt (l’état providence), ils veulent plus gérer leur concitoyens. C’est vrai que les républicains sont extrêmement conservateurs et lié aux valeurs morales.

Par contre, les démocrates libéraux, un peu bizarre Les républicains ont une approche libérale de l’économie et conservatrice de la société. Les démocrates ont une approche interventionniste de l’économie et libérale de la société. Plus précisément le terme libérale dans son sens français, car aux USA, libéral signifie gauchiste. En tout cas il serait illusoire de croire que les démocrates sont les plus “avancés” en terme sociétal puisque par exemple l’abolition de l’esclavage et la guerre civile pour le conforter a été fait par des républicains contre les Etats du sud, à majorité démocrates. L’image de Martin Luther King démocrate est trompeuse. C’est pourquoi Powell, les démocrates considèrent que le libéralisme doit être corrigé par l’intervention de l’Etat pour réduire les inégalités et “ne laisser personne au bord de la route”. Les républicains considèrent que l’intervention de l’Etat doit être réduite au minimum afin de ne pas brider l’initiative individuelle.

 

Les références

1) le livre de ((THE PARTY IS OVER))
2) le monde .Fr
3) le livre de ((the deep state))
4) les articles de philip petit, Cambridge University presse

 

Par Seifeldin Safwat, Contact : seifeldinsafwat1@gmail.com

Faculté d’Economie et de Sciences Politiques

 

 

 

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here