Gestion de la Fecafoot : Les bons et mauvais points  du bilan de Samuel Eto’o 

[ Du 11 décembre 2021 au 11 avril 2022, le président de la Fédération camerounaise de football a reçu des critiques venant d’un peu de partout dans son pays d’origine et à l’internationale. Ces critiques qui pour la plupart se limitent autour de la gestion de l’organisation qu’il dirige. Pourtant,  plusieurs de ses faits d’arme sont abondamment salués avec « la mention très honorable ».]

 

Gestion de la Fecafoot : Les bons et mauvais points du bilan de Samuel Eto’o

 

 

La Voix Des Décideurs –  Le premier défi de Samuel Eto’o a été la CAN 2021 au Cameroun. Fils de cette nation et dirigeant de la fédération en charge du foot, Samuel Eto’o Fils, a été d’un grand soutien pour que la Coupe d’Afrique se passe au Cameroun. Pour plusieurs internautes et journalistes camerounais, « l’influence du nouveau Président de la Fecafoot a contrecarré les plans ignobles de la FIFA et des clubs UEFA qui voulaient ajourner, voir déporter où annuler ladite Can. »

 

 

Bilan de Jean Lambert Nang

Selon le journaliste Jean Lambert Nang, Samuel Eto’o a assuré la parfaite gestion financière et administrative des Lions Indomptables durant la CAN TotalEnergies 2021 au Cameroun. Pour ce journaliste sportif, « les Lions n’ont pas connu le sempiternel problème des primes qui a souvent miné la tanière à travers les résultats néfastes (à l’exception de quelques fois où l’arbre a souvent caché la forêt) grâce au travail remarquable du Président de la Fecafoot. En plus, les lions ont occupé la troisième place de la compétition. N’eut été l’incompétence notoire de Conceiçao avec ses choix abracadabrants face à l’Egypte en demi-finale en refusant de faire jouer Choupo Moting, le Cameroun aurait remporté sa sixième étoile à la maison ».

Il faut ajouter que le journaliste ne s’est pas arrêté là dans sa récente sortie en dressant le bilan de l’ex capitaine des Lions Indomptables. Pour lui,  Le retour de nombreux sponsors à la Fecafoot  à l’instar de MTN Cameroon, les Brasseries du Cameroun, Guinness Cameroon et bientôt , UBA de Tony ELUMELU  et la Cimenterie Dangoté. L’apaisement des tensions entre les acteurs majeurs du football camerounais à travers la “résurrection” du patriarche, Général Pierre Semengué qui a été honoré à la tête du Conseil transitoire du football professionnel. La reprise des championnats MTN Elite One et Two.

 

 

Selon lui, le président de la Fecafoot mérite la mention très honorable de 19/20, ceci grâce à des subventions louables aux clubs, 23 millions de FCFA par an à tous les clubs d’Elite One sans oublier l’hébergement et la restauration dans les hôtels 3 à 4 étoiles. L’organisation d’un championnat féminin Guinness Super League où le Président Eto’o a décidé de doubler les montants de Guinness aux filles. La nomination d’un Sélectionneur Manageur local à la tête de l’équipe fanion du Cameroun (Rigobert Song) comme réclamé par le peuple camerounais (les résultats parlent). La Qualification des Lions Indomptables à la Coupe du monde Qatar 2022 avec un sélectionneur camerounais, ce qui permettra de renflouer les caisses de la Fecafoot à hauteur de près de huit milliards de FCFA. Un bilan qui ne semble pas très apprécié par tous.

Une erreur décrédibilise Samuel Eto’o auprès de Coton sport

Notons que la sortie du Coton sport, suite à leur mécontentement lors des programmations par la Fécafoot des matchs de MTN Elite One. Coton Sport, qui devait disputer tous ses matches hors de sa base n’a pas du tout apprécié. Cette annonce crée le ras-le-bol de certains ressortissants du grand Nord. Pour la plupart des responsables du Club Samuel Eto’o, commence très mal, car cela pourrait être considéré comme la stigmatisation ou la discrimination de cette partie du pays. Il faut bien plus le constater avec la réaction de Guibaï Gatama lors des tensions au sein de la Fédération, comprendre qu’il a mal débuté avec l’étiquette de discriminateur et de stigmatisateur. Guibaï Gatama , suspendu à titre provisoire pour trois mois de la Fecafoot, accuse par ailleurs Samuel Eto’o Fils d’avoir proféré à son encontre de « sérieuses menaces ». En effet, cette sanction était la conséquence des sorties musclées de Guibaï Gatama  sur la gestion de la Fecafoot par Samuel Eto’o Fils. Une sortie qui met en mal la gestion du nouveau président.

 

 

La réaction de Guibaï Gatama

Selon le directeur de publication de L’Œil du Sahel, Samuel Eto’o n’a pas respecté les textes de l’instance faîtière du football camerounais. Il accuse celui-ci d’avoir violé les textes de la Fecafoot. Et cela il le montre par analyse que le président Eto’o a échoué dans son engagement de changer positivement la Fecafoot.

Il faut rappeler qu’en février 2022, Guibaï Gatama avait tenté en vain de saisir la Commission de recours de l’instance pour constater la nullité et annuler certaines décisions prises par le comité exécutif et le comité d’urgence de la Fecafoot. Il a porté sa requête devant la Chambre de conciliation et d’arbitrage du CNOSC. Alors que l’affaire y est en cours, la Commission de recours a rendu contre toute attente son verdict en rejetant comme non fondées les demandes du requérant. Chose qui déplut fortement le journaliste Guibai.

Pour l’homme de média, la nomination par le président de la Fecafoot en date du 27 décembre 2021 et du 13 janvier 2022, de plusieurs responsables de la Fecafoot parmi lesquels Benjamin Didier Banlock, comme Secrétaire général à l’issue d’une réunion d’urgence est une violation des textes de la Fecafoot.

En effet, à la section 5, article 49, point 2 alinéa b il est interdit formellement au comité d’urgence de traiter et procéder à la nomination du Secrétaire général et de son adjoint. Une remarque qui crée des polémiques et ouvre la brèche autour d’un début de fraude au sein de la fédération. Un premier acte qui fut taxé de négatif pour celui qui venait à peine de prendre les rênes de la fédération camerounaise de football.

 

 

Par ailleurs, de nombreux observateurs camerounais et du continent africain définissent pour la plupart du temps le bilan de Samuel Eto’o, de positif, bien que ses méthodes parfois dures au sein de la fédération ne semblent pas être bonnes. « Je trouve Samuel dans son élément. Le projet de construction des stades dans son pays, l’organisation des championnats avec financement et bien d’autres favorisent le développement du football dans son pays et en Afrique. Mais il devrait revoir la manière de prendre le personnel de la Fecafoot comme des enfant », a déclaré Piter Babilé, jeune footballer ivoirien sur Facebook.

Aujourd’hui, des rumeurs signalent la suspension du secrétaire général de la Fecafoot, Benjamin Didier Banlock, suite à des fautes de gestion financière. Un licenciement qui donnerait raison au directeur de publication Guibaï Gatama. Selon plusieurs sources, le Secrétaire Général a été suspendu pour une histoire de5 millions de Fcfa. En fait, il est accusé de corruption suite à une affaire plus que louche. D’après les informations du journaliste Marc Chouamo, la situation critique auquel fait face L’Aigle du Moungo serait à l’origine de cet imbroglio.

En attendant, de travailler un an au sein de la Fecafoot, le président Samuel Eto’o peut se réjouir de l’expertise qu’il apporte à la Fédération de football camerounaise. Ceci malgré les polémiques autour de la nomination de plusieurs de ces frères et ami(e)s de même tribu.

Question de dire stop à la tribalisation de la gestion de la Fecafoot !

 

© La Voix Des Décideurs ► Joël Godjé Mana

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici