► Le Ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative Joseph Anderson Lé , est soupçonné d’avoir initié des recrutements secrets pour remplacer les 10.000 fonctionnaires fictifs décelés par le ministère des finances. L’on dénonce un vaste réseau mafieux initié par Joseph Lé pour se faire un gain facile.

 

Le Ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative, Joseph Anderson Lé, soupçonné de bloquer un dossier de plus de 60 jeunes recrutés à la Présidence de la République, procède en catimini et sur fond de clientélisme, favoritisme et népotisme, à la substitution de 10 000 fonctionnaires fictifs détectés lors de la dernière opération assainissement du fichier solde de l’Etat.

 

D’après une source des services de renseignements, le ministre de la fonction publique et de la réforme administrative aurait pris sur lui, l’initiative de remplacer par des personnes réelles, les 10.000 fonctionnaires fictifs détectés dans le fichier solde de l’Etat. Seulement, la source fait savoir que ces recrutements se font de bouche à oreilles.

Quelques références et  chiffres de la première vague
L’information est partagée par les membres et proches de certaines pontes du pouvoir et familles aisées qui saisiraient leurs amis pour rechercher à leur tour, des potentiels candidats. Les sommes déboursées varient entre 300.000 et 500.000 fcfa. L’homme note comme pour le déplorer, la prise de service dare- dare de ces personnes devenues cadres contractuels.

 

 

Des révélations d’une source interne au ministère de la fonction publique et de la réforme administrative ( Minfopra), l’on recense 233 au ministère de l’Administration Territoriale ; 144 au Ministère des Affaires Sociales ; 208 au Ministère du Commerce ; 282 au Ministère des Enseignements Secondaires ; 121 au Ministère des Forêts et de la Faune ; 210 au Minfopra…
Une autre source proche de ce dossier laisse entendre que certains de ces contractuels ont un âge beaucoup plus avancé que la norme maximale de 32 ans.
Recrutée à 50 ans
D’aucuns avoisinent ainsi les 50 ans à l’instar de dame Ambassa née en 1970. Pis, le cas de sieur Haya M, agent décisionnaire né vers 1962. L’information n’a pas été démentie jusqu’à ce jour par le ministre Joseph Lé à qui un protocole d’interview avec relance a été servi par les fins limiers de votre journal en date du 06 août 2020.

La source soutient mordicus que ce vaste réseau serait piloté dans l’ombre par Joseph Lé himself : « une liste de près de 300 noms est passée entre nos mains. On était surpris de constater que le ministre a ajouté pour son compte près de 250 noms . Faites donc un peu le calcul seulement avec cette liste. Et tous ceux qui sont dans ce réseau sont prêts à en découdre avec ceux qui oseraient le dénoncer ; lui qui affirme pince sans rire, ne rien avoir avec ces accusations jugées calomnieuses dans ses démentis et ses multiples mises en garde contre de faux recrutements à la fonction publique en circulation ces derniers temps dans les réseaux sociaux ».

 

 

 

Serpent de mer
L’on avait pensé qu’avec l’arrivée de Joseph Lé au ministère de la fonction publique et de la réforme administrative, tous les réseaux d’enrichissement illicite et d’arnaque des usagers au sein de ce département ministériel devaient recevoir un coup de massue pour ne plus exister. L’on est plutôt surpris des vieilles habitudes à la peau dure. Si les faits dénoncés par nos sources s’avèrent fondés, l’on comprendrait pourquoi le naturel revient toujours au galop quand bien même on le chasse.

Dans le souci d’apurer le fichier solde de l’Etat, le ministère des Finances a engagé une lutte acharnée contre les fonctionnaires fictifs. Près de 10.000 faux agents ont été détectés et mis hors d’état de nuire. Et ce n’est pas Emmanuel Leubou qui nous démentirait du fond de sa cellule à la Prison centrale de Kondengui. Les populations qui viennent à peine de savourer ces victoires du ministre Louis Paul Motaze et du prédécesseur de Joseph Anderson Lé, Michel Ange Angouing qu’elles sont surprises des écarts de comportement de l’enfant terrible de Bagofit.

 

 

 

 

L’initiative de ces deux figures emblématiques visait à permettre à l’Etat du Cameroun d’économiser près de 30 milliards FCFA par mois. Hélas ! ces recrutements secrets décriés viennent remettre sur la table des débats, ces sempiternels réseaux et cet enrichissement en un laps de temps dont font preuve nos ministres et autres personnalités de la République.
Initier des recrutements secrets pour s’enrichir au grand mépris de la politique d’emploi du Chef de l’Etat, c’est plomber l’émergence du pays à l’horizon 2035. Le Président de la République ne sait plus à qui faire confiance au moment où le problème d’emploi jeune se pose avec acuité.

 

Ces mises en garde de Joseph Anderson Lé sur les recrutements en circulation sur la toile ne sont qu’une farce. C’est dit-on, une façon de camoufler ses gaffes aux yeux du Chef de l’Etat et des populations qu’il entend berner pour des discours flatteurs.

 

Tentatives de manipulation de l’opinion de Lé démasquées
Submergé par les intrusions à répétition des jeunes au sein du département ministériel dont il a la charge, avec dossiers à la main, et l’écho des informations ce recrutement clandestin sur internet, Joseph Lé s’est trouvé obliger de pondre un communiqué afin de démentir cette information pourtant connue de tous. Dans l’optique de dissuader et flouer l’opinion, le MINFOPRA dans une note d’information datant du 17 juin 2020 attribuant l’information sur la contractualisation aux “personnes de mauvais aloi”. Par cette note il taxe aussi ladite information de fausse.

Ces mises en garde de Joseph Lé sur les recrutements en circulation sur la toile ne sont qu’une farce. C’est, dit-on, une façon de camoufler ses gaffes aux yeux du Chef de l’Etat et des populations qu’il entend berner pour des discours flatteurs. Une de nos sources va plus loin en mettant en relief le caractère tribaliste imbibé de favoritisme dans ces recrutements : « Je vous fais une confidence. Savez –vous que la plupart de ces cadres sont originaires des régions de l’Est et du Sud ? Et c’est une tactique pour ne pas susciter la colère du Chef de l’Etat. Ces gens-là, ce sont des stratèges mes fils ».
La Voix Des Décideurs qui s’efforce maintenir le cap du professionnalisme reste toujours favorable à répercuter la version des faits du Minfopra qui n’a visiblement pas voulu se prononcer en dépit de nos multiples relances instantes sans suite.
Affaire à suivre.

 

© Bill Fadil ► La Voix Des Décideurs 

Edition n°066 du 20 Août 2020

 

 

Télécharger cette édition

Commentaires Facebook
Print Friendly, PDF & Email

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici