Le Cameroun veut améliorer sa dépense publique et son système statistique. Le Comité d’orientation et de suivi de ce projet s’est réuni à Yaoundé le 04 mars 2021 à l’effet de valider  entre autres, le budget de l’exercice du 1er semestre 2021.

Le Cameroun bénéficie de l’appui de la Banque Mondiale dans le cadre de son Projet d’Amélioration de l’Efficacité de la Dépense Publique et du Système Statistique (PEPS).Les travaux engagés dans ce sens il y a quelques temps, ont amené les membres du Comité d’orientation et de suivi dudit projet à se retrouver à Yaoundé pour valider d’une part, le rapport annuel pour le compte de l’exercice 2020 et de l’autre, examiner le plan de travail budgétisé  pour le compte du 1er semestre 2021.

Ces travaux faut-il le rappeler se situent dans la continuité des activités menées le 30 novembre 2020. Ici, il avait été question de planifier un document qui présentait à la Banque mondiale, le fonctionnement et les activités en rapport avec le projet PEPS. La Banque Mondiale ayant examinée ce document, il fallait bien d’après le coordonnateur de ce projet Guy Ronel Guemaleu, présenter aux membres du Comité d’orientation et de suivi du PEPS qui en fait, est l’Instance  chargée de donner des directives en matière de mise en œuvre de ce projet. En tant que financier, la Banque Mondiale tient à ce que les budgets alloués aux différentes activités soient « réels ». Son souci étant de réduire les dépenses.

Dans un travail acharné et coordonné par Jean Tchoffo, Président du Comité et par ailleurs Secrétaire général du Ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire(MINEPAT), le budget de l’exercice du 1er semestre 2021 a été  adopté : « Le plan de travail budgétisé pour le compte du 1er semestre s’élève à environ 04 milliards 300 millions FCFA », a fait savoir Guy Ronel Guemaleu, coordonnateur du projet PEPS.

La mise sur pied de ce projet n’est pas anodine. Il faut améliorer la qualité des investissements publics ; la performance du système  de passation des marchés. Il faut transposer dans la réalité la budgétisation des programmes. Ici, le contrôle budgétaire et le SIGIPES II seront d’un grand apport.

Nuisance du COVID-19

Il faut signaler qu’en 2020, les activités planifiées par le Comité d’orientation et de suivi du PEPS avaient pris un coup de Massue à cause de la pandémie à coronavirus. Ce qui d’après le coordonnateur a fait que certaines activités soient renvoyées à 2021 : « Il n’était plus possible d’aller auprès des ménages pour collecter les données. Je pense notamment à l’enquête sur l’emploi et le secteur informel qui a été reportée en 2021 ».

Qu’à cela ne tienne, le projet suit son cours. Des résolutions ont été prises pour la réalisation du plan d’actions du Comité. L’on retiendra que le rapport annuel 2020 a été validé : « La 2è résolution est que nous avons validé le plan de travail du 1er semestre  et nous nous sommes mis d’accord pour entamer un dialogue avec la Banque Mondiale à l’effet d’accélérer les mécanismes de mise en œuvre du projet de manière à pouvoir améliorer sa performance ».

Il ne reste plus qu’à espérer que le Projet d’Amélioration de l’Efficacité de la Dépense Publique  et du système statistique portera de bons fruits. L’espoir est de mise d’après Guy Ronel Guemaleu.

Jean Baptiste Bidima  

Commentaires Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici