La Mission d’aménagement et de gestion des zones industrielles, Magzi, entend ainsi répondre à la forte demande de terrains industriels sous laquelle elle ploie.

 

La demande en terrains industriels va sans cesse croissante au Cameroun. Les sollicitations vont bon train et émanent de nombreux investisseurs. Il s’agit très particulièrement d’expatriés qui entendent s’établir sur le territoire camerounais

Cependant, la satisfaction à cette demande demeure encore une véritable gageure.  La Magzi tente ainsi de solutionner la question d’aménagement des terrains industriels à mettre à la disposition d’éventuels acquéreurs.

Terrains de l’ambition

De ce fait, la Magzi entrevoie l’aménagement de plus de 6700 hectares de zones spéciales pour terrains industriels. Un vaste projet d’extension qui va la positionner assurément « comme leader et garant de l’implantation des unités industrielles au Cameroun ». Ces terrains industriels vont pour ainsi dire s’étendre dans les régions du Littoral, du Sud, de l’Extrême-Nord et du Sud-ouest.

L’on peut ainsi énumérer les sites de Dibombari, Kribi, Maroua et Limbé qui bénéficient de l’aménagement des terrains industriels. Ces localités comptent respectivement 500, 5000, 203 et 1000 hectares qui deviendront des zones industrielles.

Hiatus

A en croire la Commission technique de réhabilitation des entreprises du secteur public et parapublic, Crt, tout n’est pas rose. La Magzi connait des goulots d’étranglement pour parvenir à l’aménagement de nouvelles zones industrielles.  Il s’agit notamment de l’accumulation des impayés de certains locataires indélicats, et d’un marché financier difficilement probant.

Par conséquent, une telle situation induit d’énormes difficultés à satisfaire la demande en terrains industriels. « La demande de terrain par les entreprises est très forte. La plupart des prospects, investisseurs potentiels venant de l’étranger qui sollicitent des parcelles de terrain afin de s’installer restent insatisfait, du fait de l’offre qui se situe en deçà des prescriptions et des exigences minimales ». C’est ce que révèle selon le rapport 2019 du Crt sur les entreprises à capitaux publics.

Solution juridique

La Magzi, plus que par le passé, tient désormais une carte joker entre ses mains. Le nouveau statut juridique dont elle jouit est un atout dont elle saura se prévaloir. Ledit statut lui ouvre la possibilité de rechercher des financements par elle-même, pour développer son champ d’action.

Par conséquent, outre les circuits classiques de financements d’autres guichets s’offrent en perspectives à la Magzi.

Eric Martial NDJOMO E.

Commentaires Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici