Marche insurrectionnelle du 22 septembre 2020, le Front Démocrate Camerounais dit  non à Maurice Kamto !

 ► Le Front Démocrate Camerounais(FDC) ne soutient et ne va jamais soutenir une marche insurrectionnelle au Cameroun. Denis Emilien Atangana,  président  National du Front Démocrate Camerounais a donné la position de son parti ce vendredi  18 septembre 2020 sur la marche insurrectionnelle projetée par Maurice Kamto, Président national du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun le 22 septembre prochain à Yaoundé.  Devant les hommes et les femmes de médias, le leader du FDC, Denis Emilien Atangana, a condamné avec fermeté cette initiative diabolique qui vise tout simplement à verser le sang innocent des Camerounais.

 

 

 

La Voix Des Décideurs – Le FDC invite donc les citoyens camerounais en général et ses militants en particulier à ne pas céder  le flanc à ces « vendeurs d’illusions ». Pour Denis Emilien Atangana, le Cameroun a déjà assez de problèmes marqués notamment dans le septentrion par les attaques  Boko Haram, l’Est par des incursions  des rebelles centrafricains et dans la partie anglophone par les attaques des groupes armés séparatistes.

 

Face à tous ces problèmes, il ne serait pas judicieux de provoquer encore une autre crise. D’après  le président du FDC, le leader du Mouvement de la Renaissance du Cameroun  est des calculs politiques vides de toute lucidité : « Au plan social et au regard de l’âge du Chef de l’Etat, on n’a pas besoin d’une insurrection pour le chasser du pouvoir. Ce qu’il faut faire à l’heure actuelle, c’est d’affûter ses armes pour les échéances à venir. L’élection est une guerre  constitutionnelle qui a plusieurs batailles. Il faut gagner la bataille de la constitution des listes, celle du paiement de la caution, celle de mobiliser des représentants sur le territoire national, celle de déployer le moyens logistiques…

 

 

S’agissant du code électoral que Maurice Kamto demande à être révisé, le président du FDC est clair : « Ils disent qu’il faut revoir le code électoral, mais c’est avec le même code électoral qu’ils disent avoir gagné la présidentielle ». Pour lui, c’est un débat qui pour l’instant n’intéresse pas les camerounais : «  Nous devons nous donner la main pour la stabilité du pays et non ouvrir une scène de guérilla au moment où le peuple veut la paix. Nous refusons la politique de la guérilla  ».

Le respect des institutions

« Il faut dire que nous aspirons tous au pouvoir. Si nous détruisons nos institutions, comment allons-nous gouverner ? Le FDC respecte les institutions en place  et nous invitons les  jeunes camerounais  à ne pas se laisser convaincre par des discours flatteurs,  illogiques qui mettront en mal leur avenir. Nous ne sommes pas adeptes de la violence et  du vandalisme. La rue ne donne pas le pouvoir. Ce n’est pas faire politique mais de la barbarie. Jeter les jeunes en pâture, nous disons non à cette exploitation où certaines personnes découvrent trop tard leur amour pour le Cameroun ».

Le leader du Front Démocrate Camerounais a aussi saisi cette occasion pour annoncer la participation de son parti aux élections régionales du 06 décembre 2020.

 

 

En tant que  président du FDC et conseiller municipal à la commune d’arrondissement de Monatélé, il entend glaner des postes de délégués régionaux dans la région du Centre.

Pour un parti qui se veut crédible, aucune élection ne doit être négligée car, c’est petit à petit que l’oiseau fait son nid : « Notre parti n’a que 02 ans d’existence, nous allons petit à petit. On ne se retrouve pas à Etoundi du jour au lendemain. Il faut se préparer  et atteindre la maturité pour gouverner enfin ».

 

Lire aussi : Municipales et législatives prochaines : La bataille de succession s’annonce sanglante à Monatélé

C’est justement ce que le MRC refuse d’entendre. Lui qui, sans conseiller municipal, sans député  et sans conseiller régional entend  prendre le pouvoir par un soulèvement populaire.  Le faire c’est déclarer la guerre à toute une République.

Emilien Denis Atangana a enfin invité les pays étrangers à ne point soutenir une initiative que tend à déstabiliser le Cameroun. C’est un havre de paix qui a besoin de fédérer ses énergies pour sortir du sous-développement.

 

© La Voix Des Décideurs ► Jean Baptiste Bidima

Crédit photo : FDC

 

Commentaires Facebook
Print Friendly, PDF & Email

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici