Processus électoral au Cameroun : Elecam veut relever le challenge de la stabilité

0
2743

Processus électoral au Cameroun : Elecam veut relever le challenge de la stabilité

Elections Cameroon, organe en charge de l’organisation  des élections,  conscient des défis de l’heure  et  dans la mouvance  des législatives, municipales et régionales, compte  bien relever le challenge de la stabilité du Cameroun avant, pendant et après  les élections à venir. 

Elecam  et ses partenaires sensibilisent les  acteurs du processus électoral au Cameroun. Les rencontres bilatérales avec les  différents acteurs tenues du 15 au 18 avril 2019 à Yaoundé avaient pour objectif le maintien de la paix  avant, pendant et après les élections.

Le Cameroun a opté pour les élections dans le choix et la désignation de ses dirigeants. Ce qui cadre en fait  avec  les principes démocratiques  en vigueur  dans un Etat de droit. Seulement,  la période électorale est  celle de tous les dangers. Non maitrisée, elle peut aboutir à une violence sans limite voire à un bain de sang ou au génocide. Bien négociée, elle maintient  la stabilité et la paix dans le pays.

Elecam, organe en charge de l’organisation  des élections,  conscient des défis de l’heure  et  dans la mouvance  des législatives, municipales et régionales, compte  bien relever le challenge de la stabilité du Cameroun avant, pendant et après  ces élections.  C’est ce qui justifie donc  la tenue à Yaoundé des rencontres avec les acteurs du processus électoral que sont les partis politiques, la société civile, la justice, les forces de sécurité et les médias. Organisées en partenariats avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD),  il s’est agi de renforcer les capacités de ces différents acteurs à l’appui des processus électoraux pacifiques et la cohésion sociale au Cameroun.

Quatre jours de rencontres bilatérales. Le temps  des échanges francs  avec à la clé,  la présentation du projet Peace Building Fund (PBF) constitué par le PNUD, l’UNESCO  et ONU-Femmes avec la contribution des pouvoirs publics camerounais ( Ministère de l’Economie de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, Ministère de la Jeunesse et de l’Education Civique, Ministère de l’Education de Base, Ministère de la Communication, Secrétariat d’Etat à la Défense,  Délégation Générale à la Sûreté Nationale), Elections Cameroon et les Organisations Non Gouvernementales.

Les différents participants ont eu droit à des exposés préparés et présentés par les experts du PNUD et d’Elecam.  Le rôle des médias dans le processus électoral, l’importance d’une plateforme de dialogue dans la conduite du processus électoral  sont entre autres les sujets abordés. Sans oublier l’apport de la société civile, de la justice et des forces de sécurité dans les processus électoraux.

Les débats houleux qui ont rythmé les différents échanges ont permis d’aboutir à des propositions devant être prises en compte par Elecam lors des prochaines échéances. Si More Women in Politics est favorable à un environnement politique paisible, il importe néanmoins de souligner que la plateforme  souhaite le respect strict de l’article 298 du Code Electoral  qui prévoit 30% de femmes au moins sur les listes des candidats aux scrutins municipal et législatif. L’instance faitière des personnes handicapées  propose à Elecam de peser de tout son poids  pour que lors des prochaines échéances,  les personnes vivant avec un handicap ne soient pas seulement électeurs mais,  qu’elles soient aussi des personnes élues. De leur côté, les partis politiques souhaitent plus de transparence au moment où la société civile demande à être véritablement impliquée dans le processus électoral.

Projet PBF

Le projet Peace Building Fund (PBF) lancé en 2018 s’achève en 2020. Il  a été initié par Elecam en partenariat avec le PNUD, l’UNESCO  et l’ONU-Femmes  et  vise un dialogue permanent et régulier  entre acteurs du processus électoral, la formation des forces de défense et de sécurité dans la prévention et la résolution  de la violence pré et post-électorale entres autres.  Pour le président du Conseil Electoral  Enow Abrams Egbe,  l’organisation de ces rencontres  cadre avec les attributions du Conseil Electoral  telles  que stipulées à l’article 11(2) du Code Electoral qui dispose que «  Le Conseil Electoral organise des concertations avec l’administration, la justice, les partis politiques et éventuellement la société civile, dans le cadre de la gestion  du processus électoral. Pour cette première phase, le projet PBF ne concerne que 20 communes prises dans chaque région  sur les 360 que compte le Cameroun.

 

Contact: lavoixdesdecideurs@gmail.com

Commentaires Facebook
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici