Cameroun: Le Ministre Manaouda Malachi marginalise les médecins traditionnels

0
4593

Cameroun: Le Ministre Manaouda Malachi marginalise les médecins traditionnels

 La 17e journée africaine de la médecine traditionnelle célébrée le 31 août 2019 à Yaoundé a été marquée par l’absence aux premières loges du Ministère camerounais de la Santé Publique alors même que le chef de ce département ministériel avait clairement connaissance de cette articulation.

 

C’est comme de purs clandestins, dans des conditions déplorables que les médecins traditionnels ou tradipraticiens du Cameroun ont célébré la 17e  journée africaine de la médecine traditionnelle. Dans une salle étroite, d’une capacité d’accueil atteignant à peine vingt places assises, les médecins traditionnels du pays brandissant queue de cheval, chasse-mouche cornes et arbre de paix en l’air, ont réitéré courageusement leur détermination à apporter du leur, dans la résolution des problèmes de santé des Camerounais.

D’après le président national de l’association des médecins traditionnels du Cameroun,  cette journée est consacrée par l’Organisation Mondiale de la Santé(OMS) et n’est pas à sa première célébration au Cameroun. D’où vient-il que cette édition soit ignorée par l’instance gouvernementale en charge de la santé alors même que ces acteurs avaient en prélude participé les 27, 28 et 29 août 2019, à un séminaire de formation et de sensibilisation des tradipraticiens  de santé à l’Amphi 300 de la Faculté de Médecine et des sciences Biomédicales (FMSB) de Yaoundé ?

« Un pays qui n’a pas intégré la médecine traditionnelle dans son système de santé va échouer ».

Docteur Dewa interrogé à cet effet nous renvoie la posée auprès du chef de département ministériel en question. Malgré tous les tradipraticiens ont célébré leur journée étant convaincu de leur apport indéniable dans la résolution des problèmes de santé des Camerounais. 24 tradipraticiens de médecine ont été admis lors de l’évaluation ayant clôturé les travaux à la Faculté de Médecine  et des Sciences Biomédicales et ont reçu ce jour leur parchemin signé par le doyen de cette faculté.

Cette avancée fait dire au président de l’association des tradipraticiens de médecine qu’ « un pays qui n’a pas intégré la médecine traditionnelle dans son système de santé va échouer ». Selon ce dernier, les pays comme le Sénégal, le Bénin, la République Sud-africaine et autres qui ont compris cela gèrent mieux leur politique sanitaire en mettent côte à côté les médecins conventionnels et les tradipraticiens de médecine.

La journée qui se célèbre sous le thème : « Intégration de la médecine traditionnelle dans le programme de l’enseignement pour les étudiants en science de la santé des universités dans les régions africaines » n’est point une intégration de la médecine traditionnelle dans celle conventionnelle bien plus une prise en compte des pratiquants de la médecine conventionnelle des réalités indéniables de celle traditionnelle dans sa capacité à apporter sa touche aux grands problèmes de santé que connait le monde.

 

© Martin Ngane , La Voix Des Décideurs

Commentaires Facebook
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici