Le Rassemblement  Démocratique  pour la Modernité du  Cameroun (RDMC) a tenu le 27 janvier 2021 à Yaoundé, une conférence de presse pour annoncer sa rentrée politique. Occasion d’aborder avec les hommes et femmes de médias, les sujets qui font l’actualité de l’heure et surtout du retour imminent du président national du parti au bercail.

 

La Voix Des DécideursLe Rassemblement Démocratique pour la Modernité du Cameroun n’évolue pas dans la clandestinité.  Son idéologie qui milite en faveur du bien-être des populations a reçu le quitus des autorités administrative de tenir sa conférence de presse au quartier Elig-Edzoa à Yaoundé. Piloté par le Professeur Pierre Mila Assouté, actuellement en situation de réfugié en France, le RDMC entend être plus dynamique sur le terrain car, il s‘agit d’une grosse machine qui est mise en branle pour asseoir sa notoriété et imposer son respect sur le triangle national.

Le programme politique du RDMC vise à moderniser le pays, enrichir les citoyens, faire du Cameroun, un pays où il fait bon vivre.

Le porte-parole du RDMC a articulé son discours autour des sujets dominants l’actualité de l’heure notamment, le retour du président national du parti au bercail, la décentralisation, la crise dans la partie anglophone du pays, les exactions de Boko Haram, le tribalisme entre autres

Des questions des journalistes sur les différents sujets abordés, l’on retiendra que, les responsables du parti à Yaoundé sont unanimes. Alain Wassouo, chargé de la communication, Celestin Mbel, 3è Vice- président du Parti, ALFRED Obama, Président régional du Centre ont laissé entendre que le président national du RDMC est parti du pays après avoir échappé à une tentative d’assassinat : « Mila Assouté n’a pas été chassé du pays. Sa vie était juste menacée. Il reviendra en temps opportun c’est-à-dire lorsque toutes les conditions de sécurité  seront réunies ».

Le chargé de la communication a laissé entendre que son retour au bercail se prépare d’ailleurs dans le calme et la sérénité. Entre temps, les activités évoluent sans problème.

Sur la question du tribalisme, le président régional du Centre Alfred Obama a tenu à faire la différence entre tribalisme et tribalité. Pour lui : « Nous sommes une Afrique en miniature, un résumé de l’Afrique donc, nous sommes condamnés à vivre ensemble.  C’est certains hommes politiques qui pour leurs intérêts veulent attaquer notre tribalité. La tribalité est sacralisée or le tribalisme est un fléau car, c’est le rejet de l’autre. Et nous au RDMC , nous condamnons le tribalisme »

Sur la crise socio-politique au Nord-ouest et au Sud-Ouest, le parti condamne également les exactions des groupes armées sécessionnistes. Toutefois, le parti n’est pas très favorable à l’option militaire pour résoudre cette crise. Il n’est non plus favorable au  retrait total des forces de défense et de sécurité. Leur absence entraînerait d’autres types de violences plus horribles.

Le RDMC d’après ses figures de proue, invite les uns et les autres à s’inscrire massivement sur les listes électorales. Ces responsables disent croire au peuple qui le propulsera au palais de l’Unité.

 

© Jean Baptiste Bidima   ►Voix des Décideurs

Commentaires Facebook
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici