Cameroun-Dialogue sur le système électoral : Les Nations unies saluent l’engagement d’Elecam

C’est l’essentiel à retenir de la rencontre du 23 avril dernier à Douala entre les acteurs du processus  électoral et le PUND. Occasion pour les Nations Unies de manifester leur volonté et disponibilité à accompagner le Gouvernement du Cameroun à l’amélioration du code électoral dans le cadre du projet Peace Building Fund.

 

La rencontre de Douala entre Elécam, acteurs du processus électoral et  le PNUD  marquait la fin d’une série de rencontres tenues à Yaoundé du 15 au 18 avril 2019. Initiés par l’organe en charge des élections en partenariat avec le PUND, l’objectif visé était la  promotion des processus électoraux pacifiques et la cohésion sociale au Cameroun.  Après la synthèse des travaux et des  recommandations à l’endroit des partis politiques, à la société civile, aux administrations, aux autorités traditionnelles et religieuses et aux hommes de media, les nations Unies n’ont pas manqué d’exprimer leur sentiment de satisfaction sur le travail qu’abat Elections Cameroon dans l’éducation des acteurs du processus électoral d’une part et de l’autre dans l’organisation, le suivi et la tenue des élections au Cameroun.

 Dr Lephirin  Emini, Assistant et représentant de  Mr Jean Luc Stalon, représentant résident du PNUD au Cameroun  a déclaré  que  les Nations Unies sont  sensibles « aux conclusions des rencontres bilatérales ».  Il a adressé des « félicitations pour l’organisation de ces rencontres ». Dans le même temps,  il a relevé «  la satisfaction des Nations Unies en général, et du PNUD en particulier » «  de cette rencontre nationale » de Douala. Dr Lephirin  Emini a salué « les représentants des différents acteurs du processus électoral »  « tout en reconnaissant les efforts fournis par Elecam pour arriver à cette sélection qui n’est que le premier pas d’un processus ». Lesdits  échanges se sont achevés par des recommandations  faites à chaque acteur du processus électoral.

Aux partis politiques

S’agissant  du «rôle des partis politiques dans le processus électoral », il leur a été recommandé de s’approprier et respecter scrupuleusement le cadre juridique et institutionnel en vigueur; de participer systématiquement aux travaux des différentes commissions de vote prévues par le Code électoral; de prendre effectivement part à l’élaboration, au respect et à la mise en œuvre rigoureuse du code de bonne conduite;  et  procéder à la formation, à l’éducation et la sensibilisation des masses et de leurs militants, le fair-play dans l’observation du résultat des urnes.

 A la société civile

Afin d’aboutir à un processus électoral davantage inclusif, pacifique, transparent et crédible, les acteurs de la société civile sont appelés à bien assimiler les cadres institutionnel, juridique et électoral en vigueur;   promouvoir la participation politique en assurant l’éducation des citoyens sur leurs droits et obligations, en les encourageant à s’intéresser au processus électoral et à se rendre aux urnes le jour du scrutin;  à appréhender et partager en large diffusion les vertus de la démocratie: tolérance, modération, sens du compromis, respect de la contradiction; et à se rapprocher de l’Organe de Gestion des Elections (ELECAM) pour une mise à niveau régulière d’informations et le partage d’expériences (au moyen des propositions, et en prenant part aux activités organisées).

Administration et justice

Quant au rôle et l’importance des administrations, de la justice, des autorités traditionnelles et religieuses dans le processus électoral, il restent déterminant pour une participation optimale des acteurs électoraux dans le processus électoral  qui permettrait  de renforcer le caractère inclusif du processus électoral ;  d’affiner les contributions visant à améliorer la législation en matière électorale ; de garantir la vulgarisation de la législation électorale;  d’ancrer davantage dans l’esprit des Camerounais les principes universels de la démocratie participative.

Rôle des média

« La construction démocratique d’un pays commence avec la presse, se nourrit de la presse et se consolide avec la presse »

Parmi les attentes placées dans les médias ,  il leur a été recommandé une bonne maitrise du cadre juridique et institutionnel des élections; l’incitation des acteurs du processus électoral à en faire de même ; un traitement rationnel de l’information électorale; une couverture constante de toutes les étapes du processus électoral;  l’accompagnement d’Elecam par la diffusion gratuite des productions audiovisuelles à vocation éducative; le refus de succomber à la tentation de la dérive verbale, des messages de haine, de la diffamation et de « Fake news »; la contribution à l’avènement d’un environnement de paix et de cohésion sociale. Ce qui entre en droite ligne de cette déclaration du Président du Conseil Electoral sous le regard vigilant du Directeur Général des Elections à la cérémonie d’ouverture, selon laquelle « La construction démocratique d’un pays commence avec la presse, se nourrit de la presse et se consolide avec la presse ».

Choc des positions

« Elecam n’est  pas le législateur, il ne décide pas de l’opportunité de la modification du code électoral ; il fait des amendements »

Si  ici, on n’a pas vu  le Rpdc  réagir, les représentants des partis politiques de l’opposition ne sont pas restés muets.  Le Sdf  a félicité Elecam pour cette initiative du dialogue national avant d’évoquer  à la fin des lourdeurs administratives. Serges Espoir Matomba du PURS  a émis de vives inquiétudes sur le timing de l’application des recommandations pouvant aboutir à la modification du Code électoral. Et séance tenante, ENOW Abrams EGBE lâchera : « Elecam n’est  pas le législateur, il ne décide pas de l’opportunité de la modification du code électoral ; il fait des amendements ». Le Secrétaire général de l’Undp de Bello Bouba Maigari profitera de cette occasion pour demander à Elecam d’élaborer tous les documents en français et en anglais.

Le représentant du Conseil Supérieur des Imams du Cameroun, appellera « à la tolérance de tous ». A côté de la vice-présidente du Conseil électoral qui a rappelé aux autres acteurs que « le Jeu démocratique n’est pas la guerre », le Dr Erick Essousse, Dg des Elections, s’est insurgé contre les déclarations  d’un membre d’un parti politique  qui a avancé à tort ou à raison qu’il  y avait un bureau de vote dans un camp militaire à Koutaba.

Le Maire de Douala 1er  a souligné que  ledit séminaire a apporté « un pas de plus dans le processus électoral et la démocratisation de notre cher et beau pays le Cameroun ».

.

REACTIONS

Dr Lephirin  Emini

« Les Nations Unies rentrent convaincues »

«Les Nations Unies rentrent convaincues du succès de cette présente rencontre et qui sera matérialisée par la mise en place de la plateforme nationale de dialogue et par la suite, dans un avenir très proche, à l’installation des plateformes locales dans les 20 communes sélectionnées par le Projet. Soyez assurés que les conclusions de vos travaux sont vivement attendues par les Nations Unies qui n’hésiteraient pas à les partager dans l’optique de partage de bonnes pratiques.»

 

ENOW Abrams EGBE

« Le peuple nous regarde et nous y engage »

« Aujourd’hui plus que jamais, nous nous trouvons dans un contexte de recherche de compromis dynamique devant conduire à des solutions consensuelles pour toutes les questions relatives au processus électoral et il est important que nous fassions preuve d’ouverture d’esprit.  J’en appelle donc à l’esprit de responsabilité de chacun pour que les consensus auxquels nous allons aboutir soient traduits d’office en actes concrets nous permettant d’entamer les échéances futures avec sérénité. Le peuple nous regarde et nous y engage ; l’importance des futures échéances électorales nous y oblige. Il est donc urgent que nous œuvrions ensemble pour la consolidation de la sérénité dans l’espace politique, en dépassant les rancœurs, en dépit de nos divergences d’opinion. C’est notre vœu le plus cher et celui exprimé par l’ensemble des citoyennes et citoyens camerounais. »


Pour toutes vos préoccupations : Couverture médiatique, partenariat, publicité, interview, publication d’articles sponsorisés, publication d’une opinion, droit de réponse, dénonciation… Contactez-nous : +237 676821111 –  lavoixdesdecideurs@gmail.com – 

Cameroun – Usa : Autopsie d’une ingérence américaine

Processus électoral au Cameroun : Elecam veut relever le challenge de la stabilité

Commentaires Facebook
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici