Cameroun: Mécontentements au sein de l’armée après un décret présidentiel

Le décret présidentiel n°2019/532 du 07 octobre 2019 accordant la prolongation d’activité à 67 fonctionnaires du Ministère camerounais de l’Administration Territoriale, signé par le président Paul Biya, dont les photos sont abondamment en circulation dans les réseaux sociaux, a provoqué des agitations au sein de l’opinion nationale et surtout des mécontentements au sein l’armée.

© Marcien Essimi » La Voix Des Décideurs – Ils sont précisément 47 administrateurs civils principaux, 10 Secrétaires d’administration principaux et 10 secrétaires d’administration ayant  bénéficié de la prolongation d’activité en faveur d’un décret  présidentiel  qui a suscité  des vagues de remous dans l’opinion publique.

Selon nos sources,  parmi ces mécontents, figurent des militaires notamment des officiers  appelés bientôt à faire valoir leurs droits à la retraite et ceux se recrutant pour la plupart au sein de la réserve mobilisable.

Deux poids, deux mesures. Si le décret  de Paul Biya indique explicitement que c’est dans « l’intérêt du service », que  cette prolongation a été concédée, certains officiers  supérieurs, veulent comprendre par exemple  pourquoi  Norbert Valeri Kuela  doyen desdits fonctionnaires puisque né en 1954, et  Jean Claude TSILA né en 1956, cité négativement dans l’affaire de la Mida où il ferait l’objet d’une plainte, sont maintenus aux affaires.

Des sources bien introduites, des militaires disent tout bas  être  victimes d’une injustice alors qu’ils sont obligés de servir la patrie jusqu’au sacrifice suprême…  « Pendant que des fonctionnaires  de la Police sont mis à la retraite à 60 ans, des  officiers supérieurs  sont frappés par la retraite à 58 ans quand bien même certains  jouissent encore d’une bonne aptitude physique », a confié un militaire retraité  à un des correspondants de  La Voix Des Décideurs  à Douala.

Paul Biya à Mvoméka’a, Ferdinand Ngoh Ngoh et Landry Galax Etoga contestés par des militaires à Yaoundé

Paul Biya pour une armée professionnellement redoutable

Ce militaire qui serait dans la réserve mobilisable, n’a pas dissimulé son engagement patriotique tout en louant le souci permanent du chef d’Etat, chef des Forces armées, « de  doter le Cameroun d’une armée plus professionnelle et plus redoutable ».

Ce dernier déplore cependant des facteurs retardateurs de nature à saper la vision présidentielle. A savoir : « une gestion mitigée des ressources humaines, matérielle et financière ;  des querelles et interminables entre les différents sommets (civils et militaires) ; la constitution et l’entretien de réseaux mafieux ; une insubordination criarde vis-à-vis du haut commandement ; et des recrutements qualifiés de  fantaisistes… »

A suivre.

Commentaires Facebook
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici