Shanda Tomne , le président du Mouvement Populaire pour le Dialogue et la Réconciliation (MPDR) reproche au Roi de Bamendjou d’avoir tenu des propos malveillants à l’encontre du chef de l’Etat. Dans un style peu poli, Sa Majesté  Sokoudjou dans sa récente sortie médiatique,  a demandé au Chef de l’Etat de préparer sa succession. Shanda Tonme estime qu’il s’agit d’un égarement  voire d’un  mauvais exemple pour ses sujets et l’ensemble des camerounais.

 

 

La Voix Des Décideurs – «  Qui agite le Chef Sokoudjou (…) ? Le roi a-t-il préparé sa propre succession ? Quand pense t-il abdiquer pour laisser la place à un successeur plus jeune, plus dynamique, plus lucide, plus mobile et plus énergique ? Ce serait déjà un bon exemple ». Ces questions ne sont pas de nous. Ce sont ceux de Shanda Tonme, président du parti d’opposition dénommé : Mouvement Populaire pour le Dialogue et la Réconciliation. L’homme politique dans un point de presse tenue dans sa résidence de Yaoundé le 05 décembre 2021, a exprimé son étonnement face aux propos jugés déplacés du roi de Bamendjou vis-à-vis du chef de l’Etat.

 

 

 

 

En effet, le dimanche 03 janvier 2021, le roi Sokoudjou de Bamendjou a fait une sortie tout feu tout flamme où il a demandé de façon crue au Chef de l’Etat de penser à passer la main à un plus jeune que lui : « Si tu connais la vérité et tu ne la dis pas sous prétexte que tu as peur de ta tête, c’est que toi-même, tu n’es pas différent d’un vampire (…). C’est aujourd’hui et pas demain, il faut appeler tous les  enfants et bavarder avec eux pour s’accrocher sur l’essentiel. Il faut tracer les traits bien lisibles si bien que chacun en restant sache que, c’est le peuple qui va mettre quelqu’un sur la chaise et que ce qui s’est passé en 1982, la quantité là suffisait comme ça », avait laissé entendre le roi.

 

 

D’après le président du MPDR, le Cameroun n’est pas une auto-école d’apprentis politiciens. Aux leaders politiques et aux gardiens de la tradition, Shanda Tonme estime que cette masturbation de conscience doit prendre fin. L’homme politique bien que de l’opposition fait savoir : « si c’est Paul Biya le problème, accordez-lui donc au moins le respect de son âge, la reconnaissance de 05 décennies et plus de vie publique  et de services conséquents pour la partie, pour le Cameroun, pour vous, pour vos enfants et petits-enfants. Ne perdez pas le nord(…).   Quand on parle au père, on parle intelligemment et on n’élève pas le ton, on ne parle pas dans la rue. On chuchote à son oreille ».

Pour lui : «  la situation a atteint un seuil intolérable qui mérite plus que jamais, un vibrant et sérieux  rappel à l’ordre, un retour aux réalités et une remise en place savante. Fô , maintenant ça suffit », a-t-il renchérit. Et de conclure ; «  De quel droit ? Selon quelles prérogatives et d’après quel privilège ? Qui agite le chef Sokoudjou ».  Le président du MPDR  a invité les uns et les autres au respect de la tradition africaine liée au respect des ainés.

 

Jean Baptiste Bidima

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires Facebook
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici