La 14è édition de la journée Internationale Tolérance Zéro aux mutilations génitales féminines se célèbre le 06 février 2021. En prélude à l’évènement, Madame le ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille( Minproff) a tenu un point de presse ce 05 février à Yaoundé pour dévoiler les contours de cette journée au plan national.

La 14è édition de la journée Internationale Tolérance Zéro aux mutilations génitales féminines se célèbre cette année sous le thème : « Aucune excuse pour l’inaction même en contexte de Covid-19 : Unissons-nous, finançons et agissons pour mettre fin aux mutilations génitales féminines ».

Pour madame le ministre de la Promotion de la Femme et de la famille, il ne s’agit pas que d’un thème, mais d’un véritable plaidoyer en direction des gouvernements africains en général et camerounais en particulier. Car, plusieurs femmes continuent d’être victimes des mutilations génitales féminines (MGF) dans les régions du septentrion (Logone et Chari, Manyu et du Centre, notamment au quartier Briqueterie, zone à forte concentration des populations musulmanes dans la capitale politique).

Madame le ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille reste constante dans son combat. Marie Thérèse Abena Ondoa estime que même en temps de Covid-19, la tolérance zéro aux MGF reste et demeure le mot d’ordre. Aucune excuse n’est permise au regard de la dangerosité de cette pratique odieuse qui se fait avec la complicité certains femmes qui pensent servir l’homme dans ses intérêts libidinaux. Pourtant la pratique est source de conséquences néfastes chez la victime. Le taux de prévalence en 2014 était de 1,4%  au plan national et de 20% dans les zones de foyer sus-évoquées.

Le menu

Les activités en rapport avec la journée internationale Tolérance Zéro aux mutilations génitales féminines auront lieu sur le triangle national.  A l’ordre du jour, des émissions radio, tables- rondes, conférences, débats, Campagnes de sensibilisation, causeries éducatives  et cliniques. Le Minproff  au cours de son point de presse, a insisté sur le respect strict  des mesures barrières édictées par le gouvernement pour limiter la contamination et la propagation de la pandémie à coronavirus.

Egalité oblige

Tout comme l’homme, la femme est appelée à s’épanouir sexuellement .Or avec les mutilations génitales féminines enlèvent tout plaisir sexuel et par ricochet tout épanouissement  sexuel de la femme au foyer, il devient un simple objet d’amusement et une machine à faire des enfants. Le ministre de la Promotion de la Femme te de la Famille qui veut voir tout couple épanouie, lance un plaidoyer pour un financement de la lutte contre cette pratique déjà condamnée par le législateur camerounais.

Cette 14è édition bien que particulière à cause du covid-19, se célèbre dans la continuité du combat déjà engagé au ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille.  Marie Thérèse Ondoa entend atteindre un certain nombre d’objectifs. Il s’agit notamment de la sensibilisation des communautés voire de la société civile à s’impliquer davantage dans la lutte contre les MGF, à vulgariser les instruments juridiques de promotion et de protection des droits de la jeune fille entre autres.

Jean Baptiste Bidima

 

 

 

 

 

 

Commentaires Facebook
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici