La Banque de Développement de l’Afrique Centrale (BDEAC) par cet emprunt entend financer le secteur privé et les projets intégrateurs de la zone Cemac.

 

L’assemblée générale de la Banque de développement des États de l’Afrique centrale (BDEAC) vient de décider d’un emprunt obligataire. Ainsi, réunie en session extraordinaire par visioconférence ce 30 novembre 2020, ladite assemblée générale a décidé procéder par appel public à l’épargne (APE).

Et de cadres

300 milliards de FCFA, c’est le montant qu’entend engranger la BDEAC pour cet emprunt obligataire. Dans le cadre d’un programme qu’elle a approuvé à cet effet, l’emprunt obligataire va s’étaler sur la période 2020-2022.

Cet emprunt obligataire rentre en droit ligne de l’objectif prioritaire n°2 du Plan Stratégique 2017-2022 en cours à la BDEAC. Par conséquent, explique l’institution bancaire, « cette initiative… encourage la Banque à sécuriser et diversifier ses sources de financements. Ainsi, les fonds mobilisés serviront à financer les projets du secteur privé avec des ressources adaptées en termes de maturité et de différé de taux ». Une véritable bouffée d’oxygène que pourrait donc inhaler ces entreprises privées d’Afrique centrale qui peinent parfois à financer leurs activités.

Priorité communautaire

En outre, les fonds levés par cet emprunt obligataire serviront également au financement des projets intégrateurs en zone Cemac. Ces projets prioritaires du Programme économique régional de la Communauté Camerounaise, Centrafricaine, Congolaise, Gabonaise, Équato-Guinéenne et Tchadienne aura recours à la monnaie locale. De ce fait, la Banque compte renforcer sa position mais également rentabiliser l’épargne des ménages, au cours des 3 prochaines années. Pour ce faire, un premier emprunt obligataire de 100 milliards de FCFA est en programmation d’ici la fin de l’année 2020.

Engagement

En conséquence, les titres de la BDEAC exempts d’impôts et de taxes dans l’ensemble des pays de la Cemac conformément à ses statuts, les investisseurs peuvent les acquérir patiemment. La rentabilité, la sécurité et la liquidité, connaissent la garantie des performances de l’Institution. « L’évolution positive des résultats de la Banque, combinée à sa capacité d’honorer ses engagements à bonne date, lui donnent une crédibilité certaine auprès des investisseurs qui devraient l’accompagner dans l’effort de financement des économies de la Cemac. Le titre BDEAC offre donc une gamme nouvelle en termes d’attractivité et de sécurité auprès des investisseurs en quête de diversification de portefeuille et de sécurité », précise linstitution bancaire.

Ambition

Avec à son actif deux opérations d’emprunts obligataires par placement privé concrétisées en 2005 et 2007, la banque compte une bonne expérience.  Outre ces emprunts cumulés à 40 milliards de FCFA, une autre émission en 2010 sur le marché financier de la CEMAC pour un total de FCFA 30 milliards, a conforté l’engagement de la BDEAC. Ces emprunts qui ont tous connus un dénouement impeccable à bonne date. La Banque ambitionne par conséquent son positionnement comme émetteur de référence sur le marché financier régional. Une ambition que cautionnent les actionnaires à l’unanimité.

Éric Martial NDJOMO E.

Commentaires Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici