Le Grand Mungulu : Un patrimoine de la « Liberté Baka »

[ Infrastructure communautaire des pygmées Bakas de la localité de Bifolone par Messamena, le Grand Mungulu voit officiellement le jour. Son inauguration marque un triptyque de changements qui témoignent de la Liberté Baka, un programme artistique et socio-environnemental.]

 

 

 

La Voix Des Décideurs  – Bifolone par Messamena dans le Département du Haut-Nyong, région de l’Est Cameroun, le temps est à l’effervescence ce samedi 26 mars 2022. La localité accueille un évènement exceptionnel : l’inauguration du « Grand Mungulu », réplique des huttes de l’habitat des pygmées.

Un ensemble grandeur nature

La reproduction du « Grand Mungulu », en matériaux durs et grandeur nature, traduit un souci de conservation du patrimoine. Un patrimoine des pygmées Bakas qui se décline en musée de 80 mètres carrés qui comporte deux pièces très distinctives. Elles conservent une trentaine d’objets patrimoniaux qui dans la pièce principale marque la masculinité et la seconde la féminité. Des outils qui portent une symbolique profonde dans la culture des pygmées Bakas de la localité de Bifolone. Car, ils reflètent l’organisation des tâchent entre les deux genres humains.

© La Voix Des Décideurs

 

Cet édifice va également servir de case communautaire. Pour les Bakas de Bifolone, le Grand Mungulu est une question existentielle. « Le mungulu c’est notre vie. Ça représente là où nous pouvons nous réunir. Si nous avons des problèmes, nous entrons là, on cause, on arrange le problème. Pendant les soirées, on peut faire les contes là-dedans », précise Jean Jacques Avoto, porte-parole des Bakas de Bifolone.

 

 

Le tryptique de l’évolution

Le Grand Mungulu comme musée est l’une des composantes des trois changements majeurs de l’environnement des Bakas de Bifolone. Autour de celui-ci, deux autres composantes constituent la triade de l’évolution au sein de la communauté qu’est ce peuple autochtone.

Aussi, un circuit botanique et écologique, sur le flanc gauche du site abritant le musée, pénètre la forêt équatoriale. Le circuit débute avec autour des huttes et s’étend sur environ 24 kilomètres, dans les méandres de cette forêt luxuriante.

 

© La Voix Des Décideurs

 

Également, l’esplanade droite du Grand Mungulu contient un espace pour diverses cérémonies. La scène qui s’y trouve va permettre de servir des représentations, ou d’accueillir des prestations de tout genre. Ce qui permet au Professeur Germain Loumpet, médiateur du projet « Liberté Baka » que « dans la société Baka, l’économie est de partage et non d’accumulation ».

Commanditaire parmi les nouveaux

À travers le projet Liberté Baka dont le Grand Mungulu est une réalisation, les Pygmées Bakas de Bifolone s’affirment. A en croire Mme Thekla Worch-Ambara, Directrice du Goethe Institut Yaoundé, ils ont fait preuve d’application. Mieux, selon la Directrice du Goethe Institut « la communauté Baka est le nouveau commanditaire dans ce projet ».

Par ailleurs, « Les Nouveaux Commanditaires », c’est un programme de soutien à la réalisation des commandes artistiques et culturelles contemporaines. Peuvent ainsi en bénéficier les membres de la société civile à l’instar des groupes d’habitants.  C’est ainsi que les Bakas de Bifolone en bénéficient de l’accompagnement pour le Grand Mungulu depuis 2015. Le Goethe Institut participe à la mise en route de ce projet depuis deux ans auparavant. « Depuis les 2013 – 2014, le Goethe Institut était en échanges avec les Nouveaux Commanditaires », précise Thekla Worch-Ambara.

 

© La Voix Des Décideurs

 

 

 

Exhortations

Pour la Directrice du Goethe Institut, « nous souhaitons fortement que le Grand Mungulu devienne un lieu de rencontre ». Bien plus, le cadre devra servir « d’échanges et de découverte pour de multiples visiteurs d’ici et d’ailleurs ».

En outre, Thekla Worch-Ambara recommande aux pygmées Bakas de Bifolone des échanges mutuels qu’ils savent si bien pratiquer. Aussi, souhaite-t-elle pour le Grand Mungulu  “que ce lieu invite plutôt à de débat mutuel que de discussion sur l’autre”.

 

Musée des Pygmées Bakas de Bifolone – Crédit photo – © Institut Goethe

 

De ce fait, le projet, aujourd’hui réalisation, doit bénéficier d’une attention particulière du people autochtone bénéficiaire. C’est ainsi “pour préserver cette maison Baka, ce musée qui contribuera à faire connaitre leur nom”. Cette recommendation est du Préfet du Département du Haut-Nyong, Joseph Bertrand Mache Njouonwet qui présidait l’inauguration de ce patrimoine.

 

 © La Voix Des Décideurs ► Eric Martial NDJOMO E.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici