Innovations technologiques : Le Camerounais Pyrrus Koudjou Kouoplong dévoile ses ambitions africaines

 

Le promoteur  de la startup camerounaise PROMAGRIC désignée lauréate du Prix coup de cœur Euroméditerranée MED’INNOVANT AFRICA 2019 pour son application d’intelligence artificielle CLINICPLANT,  permettant aux agriculteurs de diagnostiquer rapidement les maladies des cultures et d’obtenir instantanément les traitements biologiques adéquats à partir d’une simple photographie de la plante,   a accordé une interview au journal panafricain La Voix Des Décideurs. Il présente ses projets technologie à avenir pour aider les agriculteurs africains.

 

Bonjour ! Qui est Pyrrus KOUDJOU KOUOPLONG ?

Je suis Pyrrus Koudjou Kouoplong, j’ai 30 ans,  entrepreneur camerounais dans le développement de l’économie numérique orienté Agritech. J’ai une formation d’analyste/programmeur en informatique et diplômé de l’institut Supérieur de l’Entreprise et du Management de Douala. J’ai lancé deux startups, PROMAGRIC (spécialiste dans le développement des solutions digitales orientées agriculture) et Ya Suh (Entreprise de production et de transformation du piment). Je suis également engagé sur le plan local. En effet je suis conseillé  du Chef de ma Commune de Bazou (village situé à l’ouest du pays) sur les questions liées à l’Agriculture, l’élevage et l’Artisanat.

Votre  start-up Promagric est  lauréate du Prix coup de cœur Euro méditerranée Med’Innovant Africa 2019. Comment avez-vous accueilli cette nouvelle ?

 

Je tiens à remercier toutes l’équipe de Euroméditerrannée, pour l’ensemble de leur accompagnement pendant toute la durée du concours.  Être parmi les deux lauréats de la première édition du prix Med’Innovant Africa est une grande fierté et beaucoup de joie. Et la pression est encore plus grande maintenant car, j’ai le devoir de continuer de travailler pour atteindre mes objectifs (permettre aux agriculteurs du monde entier d’améliorer leur productivité et rentabilité tout en respectant la sécurité alimentaire pour la promotion d’une agriculture durable et saine) avec cette startup afin de permettre à des jeunes Africains de croire en eux, de croire à leur projet.

Comment êtes-vous retrouvé là ? Pouvez-vous nous raconter votre aventure Med’Innovant ?

Au Cameroun, je suis dans une communauté d’entrepreneurs de l’Agritech, et un des membres a publié l’annonce du concours. Je suis allé visiter le site https://www.euromediterranee.fr/ pour en savoir davantage sur le concours et sur l’initiateur et j’ai très vite compris que mon projet cadrait avec leur vision de la ville durable.

J’ai donc postulé à ce concours afin de mieux connaître mon business, challenger mon modèle économique et affiner ma vision stratégique. Cela aller également me permettre d’agrandir mon réseau et échanger avec d’autres entrepreneurs et professionnels. Sans oublier toute la visibilité que peut m’apporter ce prix grâce à la compagne de communication mise en place par Euroméditerrannée à l’internationale.  Mais surtout avoir un soutien financier et un accompagnement technique de l’ensemble des partenaires de Med’Innovant Africa pour m’aider à développer mon projet.

Pouvez-vous nous présenter votre solution digitale et votre startup ?

 PROMAGRIC est une startup créée en 2017 et nous développons les solutions innovantes afin d’améliorer la productivité et la rentabilité du secteur agricole. Nous avons déjà sur le marché 2 solutions numériques.

La première est Clinicplant, un laboratoire d’analyses des plantes/animaux dans un smartphone. Notre solution est déjà opérationnelle en version web dans 4 pays (Cameroun, Côte d’Ivoire, Sénégal et Mali) et la solution mobile est déjà opérationnelle chez 400 agriculteurs pour les tests mais elle n’est pas encore publiée sur playstore,  mais nous espérons la rendre disponible gratuitement sur ce canal avant la fin de l’année 2019.

Notre deuxième solution est MALAPSE, une plateforme de mise en relation par SMS entre les agriculteurs et les acheteurs dans la perspective d’une conclusion de vente.

Comment est accueillie cette solution numérique ?

Cette solution vient aider l’agriculteur à identifier, à obtenir les diagnostics instantanés et à proposer des traitements biologiques à partir d’une simple photographie de la plante. Nous avons intégré aussi un module vétérinaire afin d’aider les éleveurs à obtenir les diagnostics basés sur les l’analyse des symptômes sans se déplacer.

Un mois après le lancement de la plateforme web, nous avons enrôlé environ 400 agriculteurs et convertis 220. Et trois mois après ces agriculteurs nous ont demandé de concevoir une application mobile qui est plus intuitive et facile à utiliser.

Et d’après nos prévisions, nous allons toucher en moins un mois 1000 agriculteurs dans toute l’Afrique Francophone avec l’application mobile.

Quel est le plus qu’apporte votre solution  technologique à la révolution agricole en Afrique à côté des solutions technologiques existantes ?

  Nous proposons un laboratoire d’analyses à portée de mains. Donc aujourd’hui, l’agriculteur obtiendra instantanément des résultats d’analyses et des traitements biologiques à appliquer sans se déplacer et gratuitement.

Par ailleurs, nous proposons uniquement des traitements biologiques ce qui impacte positivement l’environnement à trois niveaux : réduction de la pollution des sols, préservation de la biodiversité et respect des standards de production en culture bio.

Nous permettons aussi aux éleveurs d’avoir des diagnostics et des traitements sans se déplacer. Notre solution est complète et unique sur le marché mondial.

 

Votre solution peut-elle au service du développement agricole hors de l’Afrique ?

Le problème que nous sommes en train de résoudre sont les pertes agricoles et animales et ça touche le monde agricole. Aujourd’hui, à cause des pertes agricoles, les agriculteurs ne peuvent satisfaire la demande alimentaire agricole. D’après le FAO, les pertes agricoles sont l’une des causes importantes de famine dans le monde, elles réduisent leur potentiel de rendement(agriculteurs) chaque année d’au moins de 40% donc , c’est un problème qu’il faut résoudre.

Nous envisageons aussi d’intégrer un traducteur audio en langue locale et un accès offline afin d’aider les agriculteurs qui sont situés dans les zones couvertes par la connexion internet.

Pour déployer notre solution/service dans tous les autres pays du monde, nous avons besoin de travailler avec les ingénieurs agronomes locaux afin de ressortir les réalités locales et d’intégrer dans la solution. Car les maladies se caractérisent d’une zone agroécologique à une autre. Une fois ces réalités intégrées dans l’application, l’application aura la capacité de reconnaître une plante attaquée en France par exemple.

Après le Prix coup de cœur Euro méditerranée Med’Innovant Africa 2019. Quel est votre futur challenge ?

Le Prix coup de cœur Euro méditerranée Med’Innovant Africa 2019 représente un vrai booster pour notre développement. Mais comme je l’ai dit précédemment nous allons continuer à travailler pour atteindre d’autres objectifs et l’accompagnement que propose tous les partenaires du challenge tels que l’accélérateur, Agence française de développement ou encore le groupe Fidal va nous aider dans ce sens.

Concernant notre application, à très court terme, notre futur challenge est de publier l’application sur playstore avant la fin de ce mois et d’être présent à court terme dans toute l’Afrique Francophone.  Également, d’acquérir une base de données d’images afin d’étoffer notre base de données de cultures. Nous envisageons aussi d’intégrer un traducteur audio en langue locale et un accès offline afin d’aider les agriculteurs qui sont situés dans les zones couvertes par la connexion internet.

 

Par Marcien Essimi Bela l La Voix Des Décideurs

 

Commentaires Facebook
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici