Aquaculture au Cameroun : Le Docteur TAIGA parle des nouvelles mesures incitatives du gouvernement pour  booster le secteur

0
2065

Aquaculture au Cameroun : Le Docteur TAIGA parle des nouvelles mesures incitatives du gouvernement pour  booster le secteur

L’histoire retiendra que c’est sous l’ère du Docteur TAIGA au Ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries Animales  que le Chef de l’Etat Paul Biya a acté pour le décollage du secteur aquacole au Cameroun, avec l’instauration de nouvelle mesures incitatives  du gouvernement introduites dans la nouvelle Loi des Finances 2021.

 

 

La Voix Des Décideurs – Il s’agit des exonérations douanières et fiscales sur certains équipements et intrants agricoles consacrées par cette nouvelle Loi dont les effets positifs sont attendus par la ménagère au Cameroun, confronté par un déficit criard des produits halieutiques. Le pays a importé plus 57 000 tonnes de poissons au premier trimestre 2020 pour un montant de 40 milliards de Francs CFA. Invité du 13 H du 30 décembre 2020 à la Radio gouvernementale,  le Ministre TAIGA est revenu  sur ces mesures.

Docteur TAIGA bonjour.

Bonjour.

L’article 5 de la Loi des Finances de 2021 prévoit des exonérations sur les importations de matériels avicoles. Quel impact cela va-t-il avoir sur le secteur  de la pêche ?

Les dispositions particulières consacrent un certain nombre de mesures incitatives exceptionnelles que le Chef de l’Etat a bien voulu consentir pour faire décoller ce secteur. Ces mesures incitatives vont surement booster les productions animales et halieutiques. Ces mesures concernent à la fois les équipements qui rentrent dans la production animale. Il s’agit d’une exonération de droit de douane et de la TVA sur certains équipements qui rentrent dans la production et des intrants essentiels à la production animale et halieutique ; ce qui est exceptionnel et devrait permettre de booster la production animale ; la production halieutique à travers les intrants qui seront produits localement. Donc il s’agit pour nos acteurs de cette chaîne de tirer avantage de ces opportunités qu’offre cette loi des finances 2021.

 

 

Monsieur le Ministre comment interpréter l’appel à manifestation d’intérêt que vous venez de lancer en direction des nationaux et des étrangers ? Est-ce à dire que vous privilégier les grandes exploitations au détriment des petits producteurs ?

Il s’agit d’un appel à manifestation instruit par le Premier Ministre Chef du Gouvernement et le processus a été mis en œuvre et il concerne l’ensemble des acteurs qui souhaitent investir dans le secteur aquacole et piscicole pour les petites, les moyennes et les grandes exploitations. Donc c’est ouvert aux Camerounais qui désirent investir. Et la base de ce travail c’est que nous visons le secteur privé qui devrait s’investir dans la production. Le gouvernement se réservant ses activités régaliennes d’accompagnement, de règlementation, de contrôle et de surveillance. Donc tous les acteurs petits, grands et moyens sont concernés par cette opération et une première liste a été publiée pour ceux qui répondent à ces différents critères. Nous leur demandons de bien vouloir mettre en œuvre leurs projets confortés par toutes les dispositions que le Chef de l’Etat a prescrites dans le cas de la Loi des Finances.

Une attitude du Minepia lors de sa visite de travail le 17 décembre 2020à Bamenda

Cette Loi des Finances a intérêt certainement d’être soumise à la compréhension des acteurs du secteur.

Il va de soi qu’il faudrait une très large activité de sensibilisation de tous ces acteurs. Donc il faudrait évidement que les acteurs s’approprient cette loi et il est question d’envisager effectivement des descentes vers ces opérateurs de toute la chaîne de valeur des filières de l’élevage ; des filières aquacoles pour que ces acteurs s’approprient cette loi des finances et en tirer profit des opportunités qui s’offrent à eux pour le bien de la production animalière halieutique.

 

 

Est-ce en 2020 le secteur aquacole aura fait preuve de beaucoup de résilience ?

Au Ministère de l’Elevage, l’année 2020 a été placée sous le thème essentiel de l’année du poisson, de mettre en œuvre des activités qui devraient concourir à la promotion de la production nationale et ceci vient conforter le fait que nous ayons des instructions relativement à l’import substitution. Donc le poisson est l’un des produits qui est ciblé. Le secteur démarre et je pense qu’il démarre très bien. Le secteur nécessite un engagement plus fort des acteurs privés dans le processus de production. Nous allons continuer à encadrer le secteur pour que le poisson augmente de façon à satisfaire la demande nationale.

Merci Monsieur le Ministre.

Je vous remercie. »

 

Par Marcien Essimi l Une transcription de Branding Africa

 

Commentaires Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici