Migration : L’initiative UE-OIM encadre les journalistes

0
5798

Migration : L’initiative UE-OIM encadre les journalistes sur les questions migratoires

Les hommes de médias ont participé les 03 et 04 juillet 2019 à Yaoundé, à une formation sur le traitement des questions migratoires.

Le traitement des questions migratoires par les médias est parfois fait avec beaucoup de violence et un regard figé ou erroné des concepts liés à la migration. C’est dans cet esprit que la majeure partie de la population conçoit ces déplacements humains comme une activité essentiellement négative et ses pratiquants des paresseux, des incapables brefs des rêveurs. Concevoir la migration en s’appuyant sur ce point de vue serait ne pas percevoir l’activité dans tous ses contours. En organisant ce séminaire, les encadreurs de l’Union Européenne (UE) et de l’Organisation Internationale des Migrations (OIM)  ont voulu outiller les hommes de médias sur la question pour un changement du regard de la société sur la pratique et ses pratiquants.

La migration comme concept pluridimensionnel

La migration est un droit fondamental qui ne peut être aliéné parce que consacré par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Elle peut être perçue, selon l’OIM, comme le déplacement d’une personne d’un endroit à un autre pour une durée plus ou moins longue. Partant de cette perception, la migration est pratiquée tant bien à l’interne qu’à l’international. Le phénomène peut donc se présenter sous diverses formes.

La migration pour des raisons économiques est celle dans laquelle les adeptes se déplacent dans l’optique d’améliorer leurs conditions de vie. Il y a aussi les réfugiés qui migrent en quête d’un lieu paisible dans l’optique de fuir les guerres et les violences. Cette activité peut aussi se pratiquer pour des raisons culturelles voire religieuses. Percevoir le phénomène de migration du seul angle des embarcations de fortune et de multiples cadavres qui gisent le long de la Méditerranée, serait avoir une vision erronée de la chose et de ceux qui la pratiquent.

Le migrant dans la peau d’une personne énigmatique

Les migrants sont considérés par l’opinion commune comme des personnes qui ont raté leur vie, qui sont des incapables, pauvres et mis à part voire des terroristes. Force est de constater, selon l’agence des Nations Unies en charge des migrations, que les migrants sont de nature variée. Tous les migrants ne sont pas des pauvres. Car certains se lancent à l’aventure munis de fortes sommes d’argent.

Parmi eux, nombreux sont les intellectuels qui n’ayant pas trouvé un emploi décent dans leur pays, décident d’aller le chercher ailleurs, on parle ici de fuite des cerveaux. Les migrants peuvent aussi être des déplacés internes ou des réfugiés qui partent d’une région à une autre, d’un pays à l’autre pour des raisons sécuritaires. L’initiative UE-OIM, dans l’optique d’amener les populations à changer de regard sur les questions migratoires et sur les citoyens de retours, voudrait rectifier la donne en formant ceux qui forgent l’opinion publique.

Objectif visé par l’initiative  

L’Organisation Internationale pour les Migrations est une agence onusienne qui vient en aide aux migrants désireux de rentrer dans leur pays. L’OIM s’occupe grâce au financement de l’Union Européenne de l’intégration et du suivi médical des cas urgents en vue de donner aux réfugiés la chance de pouvoir se réinsérer dans leurs pays. L’OIM est d’avis que les migrations ordonnées, s’effectuant dans des conditions décentes, profitent à la fois aux migrants et à la société tout entière.

Sans s’opposer à la migration qui est un droit fondamental et consacré par les textes internationaux, l’agence des Nations Unies en charge des questions migratoires opte pour une migration légale afin de réduire la migration illégale dont les conséquences causent de lourdes pertes et souffrances à l’humanité. L’Organisation Internationale pour les Migrations veut mettre un terme à la traite et au trafic dont ces hommes et femmes sont victimes sur les routes de l’immigration clandestines. Les journalistes doivent donc communiquer davantage sur les voies légales de la migration, au lieu de faire un cadrage systématique sur la migration clandestine qui est une activité illégale.

 

©Martin Ngane » La Voix Des Décideurs

] lavoixdesdecideurs@gmail.com

 

Commentaires Facebook
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici