An ambazonian ex-fighter: “My brothers, cam join me” for the national dialogue

L’ex-combattant ambazonien, Kawa Yannick est déjà présent à la capitale politique camerounaise, pour participer au Grand dialogue national convoqué par le président camerounais Paul Biya pour le retour de la paix.

 

© Marcien Essimi ⌊ La Voix Des Décideurs l Yaoundé – L’ancien combattant ayant été actif au sein de  bandes terroristes dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest, s’est reconverti. Il a confirmé sa présence dans une vidéo réalisée dans la rue qui porte le nom de l’ancien et premier président  camerounais Ahmadou Ahidjo.

«  My brothers, came join me »

Dans une vidéo, l’ex sécessionniste accueilli par le Comité National de Désarmement, de Démobilisation et Réinsertion (CNDDR), invite ses compatriotes originaires des régions en crise à  adhérer à l’initiative  lancée le Chef de l’Etat pour le retour de la paix.«  My brothers come join me », a lancé Kawa Yannick sans indiquer précisément le groupe armé auquel il appartenait.

Son appel à ses frères du Nord-Ouest et du sud-Ouest  est lancé un jour avant la sortie des leaders de la Southern Cameroons Civil Society Consortium(SCASCS). Ces derniers acceptent de participer au dialogue, dans une lettre adressée au Premier Ministre Cameroun Joseph Dion Ngute, qui reste fortement critiqué jusqu’ici par une certaine opinion de manquer de hauteur dans la relève des défis liée à la conduite du Grand Dialogue National.

LIRE AUSSI ⇒ Dialogue National:  Le Casting tronqué de Joseph Dion Ngute

La Scascs conteste quant à elle l’autorité de Joseph Dion Ngute. « En tant qu’agent de l’administration coloniale de la République du Cameroun, nous vous considérons comme une partie intégrante de la cause du conflit en cours au Sourthern Cameroon. En outre, en tant que Camerounais du Sud, vous ne pouvez pas présider une telle réunion, sauf pour perpétuer le problème. » Lit-on dans lettre.

Et pour participer à ce Dialogue National, la SCASCS pose quatre conditions. Pour y prendre part, elle veut  que « le dialogue soit déplacé vers un lieu neutre où les problèmes de sécurité mentionnés ci-dessus vont se poser » et qu’un « médiateur neutre (tierce partie) acceptable pour les deux parties au conflit soit désigné».

Dion Ngute et le manque de tact

« Le Premier Ministre Joseph Dion Ngute n’a que le sourire pour offrir. Il n’a pas l’intelligence de négociateur »

Faut-il le souligner. La stratégie adoptée visiblement par le pouvoir de Yaoundé pour encourager la participation des leaders sécessionnistes installés à l’étranger est jugée inefficace. Comment comprendre que  des invitations au Grand Dialogue National leur sont adressées par Joseph Dion Ngute alors qu’au même moment, ils font l’objet des poursuites judiciaires. Une remarque observation pertinente faite par  Ayah Ayah Abine, président de la Fondation Ayah lorsqu’il s’interroge au cours interview accordée à journaliste camerounais Jean Bruno Tagne.

Il serait sage pour le pouvoir de Yaoundé  notamment pour Joseph Dion Ngute d’œuvrer, dans les plus brefs délais,  pour l’arrêt de ces poursuites judiciaires.  Et là, Henri KWEUBO, Président du Syndicat National des Journalistes du Cameroun (SNJC) par ailleurs membre d’un parti politique de l’opposition, aura plus ou moins raison de dire  que  « Le Premier Ministre Joseph Dion Ngute n’a que le sourire pour offrir. Il n’a pas l’intelligence de négociateur ». Une déclaration faite le 22 septembre 2019 sur la chaîne de télévision STV.

Crise dite Anglophone : Le Grand Dialogue National convoqué par Paul Biya ouvert aussi aux séparatistes

Commentaires Facebook
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici