” Mairie de Yaoundé 6 : Yoki Onana au cœur d’un scandale politico-financier

Arrivé au forceps le 23 juin 2017 à la tête de la commune d’arrondissement du Mfoundi VI, le jeune maire brille par une gestion calamiteuse de la commune dont il à la charge.

 

 

Yoki Onana Jacques, un nom qui résonne comme innocence, pourtant son porteur n’a rien d’innocent, il est plutôt un monstre froid. Au commencement, Yoki Onana est un simple chauffeur, celui du défunt Maire Adjessa Melingui. Avec le temps, il va se tisser avec ce dernier une complicité étonnante et prêtant à confusion. Le maire met même la plupart de ses biens au nom de Yoki. Ce dernier en devient le prête-nom et gagne des marchés fictifs à la mairie de Yaoundé 6. Ils commencent à se partager le magot tant et si bien que Yoki Onana va se tailler une fortune de véhicules de luxe.

En 2007, dans la salle La Colombe du Centre des handicapés d’Etoug-Ebe se tient l’élection du président de l’OJRDPC. A la surprise générale, le maire Adjessa impose à tous les militants le nom de son filleul. « Votez Yoki Onana sinon je vais couper les têtes », avait-il menacé. Toujours en 2007, René Emmanuel Sadi alors Secrétaire général du Comité central du RDPC, recommande Yoki Onana à la Camwater pour qu’il y travaille. Il avait déclaré lors de l’entretien qu’il est détenteur d’un BTS. Mais au moment venu, il n’a pas pu fournir ledit diplôme, encore moins le Baccalauréat et le probatoire. C’est plutôt un BEPC douteux qu’il avait pu fournir.

A la vérité, aucune personne de sa génération ne réclame avoir été son camarade de classe au secondaire. En 2008, le ministre Laurent Serge Etoundi Ngoa a décidé d’octroyer 5,5 millions de FCFA à chaque section OJRDPC pour soutenir les projets jeunes. Par une alchimie dont lui seule maitrise le secret, Yoki Onana décide de falsifier les signatures des présidents des comités de base pour percevoir tout l’argent.

 

 

Abanda, président de la 12e sous-section OJRDPC, a été demis de ses fonctions pour avoir réclamé la lumière sur cet argent. Acculé, il avait présenté un car, la sonorisation, des chaises, des tentes. Juste après cette présentation, tout ce matériel a disparu. Seul Yoki Onana en connait la destination jusqu’aujourd’hui. Le 07 septembre 2013, le maire Adjessa décède. La famille de ce dernier soupçonne que Yoki en sait quelque chose. Chantal Adjessa, la veuve du defunt maire ne veut plus le voir. Après la mort d’Adjessa, Yoki pense que son temps est venu. On l’a même vu un jour sortir nu chez le marabout dénommé Souley au niveau de Melen-Polytec. Il avait été surnommé « Mekarga », Le Marabout. Mais le comité central du RDPC jette son dévolu sur Lolo Paul Martin qui devient le nouveau chef de l’exécutif municipal de Yaoundé 6.

Au début de l’année 2014, un incendie ravage les locaux abritant les services de la mairie au lieu-dit Rond-point Express Biyem-assi. Un incendie dont l’un des auteurs serait Yoki Onana pour effacer les manigances avec feu M. Atanga, chef service financier qui s’est bâti une fortune énorme. Yoki Onana sera même entendu à la PJ après cet incendie. Le désir viscéral de pouvoir de Yoki avait réussi à envenimer les relations avec son chef hiérarchique, le maire Lolo. Cette mésentente tumultueuse avait créé des camps au sein de la mairie.

Lors d’une réunion pour préparer la fête du 20 mai 2015, la colère du maire Lolo sur les manigances incompréhensibles de Yoki avait atteint le point où il sorti son arme et demanda à Yoki de quitter son domicile sur le champ. Après le défilé au Boulevard du 20 mai, il avait continué avec son esprit de divisionnisme en détournant les jeunes du parti pour une réception dans une salle à côté de La Brigade de Mvog-Betsi au détriment du lieu habituel. Le 10 janvier 2017, le maire Paul Martin Lolo décède.

 

 

 

Avant sa mort, l’animosité avait atteint son paroxysme avec Yoki au point que ce dernier ne passait plus à la mairie. Il avait ainsi abandonné son bureau de 2e adjoint au maire et vice-président de la section du Mfoundi 6. Curieusement, lorsque la maladie du maire Lolo a empiré, Yoki est devenue régulier au travail. Préparant assurément le terrain pour la succession du maire.

Lorsque Lolo est décédé, les Mvog Wotsogo se sont réunis pour lui dire qu’il en sait quelque chose. Lors des obsèques, le patriarche Joseph Owona lui avait parlé en parabole dans son témoignage. Yoki n’y avait pas mis les pieds comme lors des obsèques de son parrain Adjessa. Après la mort de Lolo, Yoki Onana Jacques s’est autoproclamé président de section. Pourtant il n’y a eu ni élection, ni consigne du comité central du RDPC. Avec cette nouvelle casquette, il décide de bousculer Madame Effa Esther, 1e adjointe au maire et assurant déjà l’intérim du maire décédé.

Lorsque l’élection de l’exécutif municipale de la commune de Yaoundé 6 est programmée, Gilbert Tsimi Evouna, en tant que chef du parti des flammes dans le Mfoundi, appelle Yoki Onana en présence de Madame Effa Esther. Il lui dit que selon les consignes du comité central il doit laisser Madame Effa Esther être l’unique candidate.

Mais à la surprise générale, au moment de passer au vote, Yoki Onana présente sa candidature. Malgré toutes les négociations et les injonctions de la hiérarchie du parti, Yoki n’en démord pas. L’élection est reportée à la demande du représentant du comité central du RDPC, le ministre Eyebe Ayissi, dépassé par les événements. Lors de la deuxième tentative le 23 juin 2017, Yoki ne retire pas sa candidature et défie alors les consignes fermes du comité central du RDPC. Le résultat, on le connait, il est élu devant Effa Esther. Il a su soudoyer les conseillers municipaux avec l’argent amassé des marchés fictifs.
Une fois que Yoki Onana a pris les rênes de la commune de Yaoundé 6, il a lancé son opération « règlement des comptes ».

 

 

Il a ainsi baissé les salaires de certains employés de façon injustifiée. Il n’a pas confirmé l’embauche de certains employés qui étaient déjà à la mairie. Il a plutôt recruté les gens de son quartier et même de Tsinga qui se trouve pourtant dans l’arrondissement du Mfoundi 2. De ses quatre adjoints, il se dit qu’il ne collabore qu’avec un seul. Les présidents des comités de base sont dépassés. Car pour faire signer un document, on les oblige de débourser des sommes d’argent injustifiables.

Les militants de la 11e et de la 13e sous-section du Mfoundi 6 l’ont en horreur et ont même juré de ne plus le voir dans leur périmètre. Pour laver un peu son image, et ce malgré les injonctions du ministre Séraphin Fouda, membre du comité central, il a miroité un ralliement massifs des militants du SDF au RDPC contre une forte somme d’argent. Mais rien n’a été fait par la suite et Yoki Onana ne leur décroche même plus.

Depuis que Yoki Onana est devenu maire, une gabegie financière étonnante assombrie le ciel de la commune de Yaoundé 6. Le jeune maire inexpérimenté s’est engagé à acheter 2 pick-up pour le personnel qui finalement ne servent à rien. La mairie de Yaoundé 6 ne se trouvant pas en zone rurale. En outre, la mairie possédait déjà un grand bus et d’autres véhicules. Ce qui est surprenant c’est qu’il a priorisé l’achat de pick-up au détriment de l’achèvement du chantier de construction de l’hôtel de ville de Yaoundé 6.

 

 

Un chantier lancé par le défunt maire Adjessa et abandonné par le jeune maire. Pourtant le personnel est à l’étroit dans les locaux qu’il occupe actuellement à Mvog-Betsi. D’autres projets sont également à l’abandon. L’axe qui mène à la mairie est dans un piteux état. Il n’organise pas de descentes sur le terrain. Le maire passe le plus clair de son temps dans les cabarets « Carrousel », « Bois d’ébène », etc. On l’a surnommé « Le Maire des Cabarets », « Le Maire fêtard ». Il ne manque pas une seule occasion de sortir d’importantes sommes d’argent des caisses de la mairie pour organiser les fêtes.

En tant que président de section par intérim, il n’a organisé aucune conférence de section, de sous-section, de comité de base. Le parti RDPC perd sa flamme dans le Mfoundi 6. Aucun sondage actuel ne donne le RDPC gagnant devant le SDF et le MRC si une quelconque élection venait à être organisée dans le Mfoundi VI. L’opposition gagne vraiment du terrain, et c’est très peu de le dire ainsi. Le mentor de Yoki Onana, le ministre Mbarga Mboa et autres qui l’ont soutenu bec et ongle en empruntant certains couloirs tortueux dans le but de nuire à leur frère Gilbert Tsimi Evouna, devrait se poser des questions. Ils devraient rechercher une solution de rechange. Le principe d’autochtonat dont certains se prévalent volerait en éclat. Car Yoki est d’origine Mbamoise. Yoki n’a jamais été un nom Beti.

L’élite du Mfoundi devrait se poser des questions. On ne comprend pas comment ils ont confié la commune à un maire aussi irresponsable. Un maire qui serait prêt à massacrer tout le monde pour rester en poste. ”

 

 

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.